Culture
22 juillet 2021 Par Aveyanna Poulin
Le Festival Route 11 accueillera une panoplie d’artistes, dont Lennie Gallant, Vishtèn, Irish Mythen, Catherine MacLellan, Shane Pendergast, Kinley et Liam Corcoran ainsi que Tim, Kevin et Brent Chaisson. Pour connaître tout les artistes, visitez le http://festivalroute11.com.

Le comité organisateur du Festival Route 11, en partenariat avec la Fédération culturelle de l’ÎPÉ, invite le public à participer à ce tout nouveau festival, qui aura lieu du 28 juillet jusqu’au 1er août 2021, comme son nom l’indique, autour de la route 11, dans le comté de Prince. 

«C’est la première année du Festival Route 11.  Avant c’était le Jamboree atlantique des violoneux, qui n’a pas eu lieu l’année passée, mais on part avec ce que le Jamboree des violoneux avait déjà bâti et on l’a vraiment transformé», partage Germain Arsenault, coordonnateur de projets à la Fédération culturelle de l’Î.-P.-É.

Pour sa première édition, le Festival Route 11 englobera différents arts.  «Avant c’était vraiment centré sur le violon, là, cette année, on a plusieurs autres types de musique; surtout de la musique folk.  On a aussi les arts visuels qui vont se passer au Centre Goéland (le long de la route 11), avec des installations d’arts et il y a aussi les arts culinaires qui vont être mis de l’avant, alors il va y avoir des chefs qui vont être en vedette durant ces trois jours de programmation», explique le coordonateur.

Lors des trois jours de programmation, le Festival accueillera des artistes locaux tels que Irish Mythen, Kinley Corcoran, Shane Pendergast, Lennie Gallant et plusieurs autres artistes musicaux.  «L’accent, c’est vraiment les artis-
tes de l’Île, de toutes les régions de la province».  

Le Festival comptera trois principaux évènements, qui se dérouleront au Centre Goéland, dans la soirée du vendredi, de samedi et de dimanche.  «Les trois gros évènements sont des activités culinaires associés à des spectacles.  Trois différents chefs vont préparer un mets qui va avec chaque spectacle.  Alors, lorsque tu fais l’achat d’un billet, cela inclut un met différent pour chacun des événements», explique Germain Arsenault.  Les familles sont les bienvenues au Festival Route 11. «C’est vraiment ouvert à tous les âges, s’il y a une activité qui est vraiment plus spécifique pour les familles, c’est l’activité du samedi, qui est en fait la journée des châteaux de sable.  Alors il va y avoir un artiste, Maurice Bernard qui va venir faire des sculptures de château de sables, il y aura aussi une pièce de théâtre de marionnettes, puis aussi un pique-nique à l’extérieur», continue le coordonnateur.

Le Festival Route 11 se déroulera, majoritairement, au Centre Goéland où un chapiteau sera dressé pour les plus gros évènements.  Quelques activités seront également organisées le long de la route 11, qui part de Summerside et s’en va vers l’ouest en longeant la côte, en partenariat avec Culture Summerside, Evermore Brewery et le Centre scolaire-communautaire Évangeline. 

«Il y a quelques partenariats qu’on essaye de créer et on espère que cela formera une boule qui va grandir chaque année, pour qu’on ait vraiment une bonne représentation de tous les établissements le long de la route 11», exprime Germain Arsenault.  

Les Prince-Édouardiens auront l’occasion de découvrir la route 11, tout en se joignant aux artistes et aux entreprises de l’Île.  «La route 11 a toujours été une route touristique avec ses belles vues et je pense qu’on veut vraiment amplifier cela avec le festival.  On veut démontrer les paysages, faire découvrir la culture et les gens, le patrimoine (comme l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel) et faire découvrir les communautés de l’Île dans son ensemble», commente Germain Arsenault.

Avec les restrictions du COVID, les inscriptions se feront en ligne.  «Alors la meilleure manière, c’est d’aller sur le site Web à festivalroute11.com, le public peut voir la programmation et y acheter leur billet pour les divers spectacles”, ajoute le coordonateur.

À l’occasion du festival, les intéressés pourront également participer à l’activité familiale gratuitement. 

«Je pense que c’est vraiment une occasion pour se réunir en communauté.  Ce n’est pas seulement un festival pour les visiteurs, c’est aussi une rencontre communautaire et une occasion de découvrir nos propres artistes, puis de se rassembler pour fêter», conclut Germain Arsenault. 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Culture