Culture
11 décembre 2020

Le 11 décembre 2020

-Karine Fleury

 

 Chuck Arsenault est enseignant de musique à l’école Évangéline et il est celui qui coordonne le projet.

 

Les deux premières fins de semaine de décembre ont été particulièrement occupées pour certains élèves de l’École Évangéline.  Avec le support de leur enseignant de musique, Chuck Arsenault, ils ont transformé le Centre Goéland en véritable studio d’enregistrement.

 

Au Centre Goéland, c’était le branle-bas de combat.  Une pièce avait été transformée pour l’enregistrement du piano et de la batterie, une autre pièce pour l’enregistrement du banjo ténor.  Dans la pièce principale se trouvaient les guitaristes et bassistes, tous séparés par des panneaux acoustiques.  «Les jeunes d’aujourd’hui sont plus occupés que jamais.  C’était difficile de trouver un temps et un endroit pour enregistrer.  Avoir pu transformer [pendant les fins de semaine] le Centre Goéland était l’idéal», a expliqué l’enseignant de musique, Chuck Arsenault. 

 

Le projet a reçu un coup de main de toute la communauté.  Le programme PassepART a accordé du financement pour la location d’équipements et pour aider à couvrir les frais de l’ingénieur du son, Donald Richard.  Le Conseil scolaire-communautaire Évangéline s’est aussi beaucoup impliqué dans le processus.  Patricia Richard, agente de développement du CSCÉ et la Sirène de Sirène et Matelot, est aussi venue passer du temps en classe pour aider les jeunes.  «Le plus qu’on pensait à ce projet et le plus qu’il commençait à prendre forme.  Quand tu essayes de faire la bonne chose, avec de la bonne musique, le bon monde finit par te trouver», a raconté Chuck Arsenault.

 

Pour que les élèves apprennent encore plus de leur expérience, ils ont été séparés en trois équipes.  L’équipe associée à la préproduction, l’équipe technique et l’équipe responsable de l’aspect promotionnel et médiatique du lancement du disque.  De la pochette, jusqu’à l’emballage des CD’s, les élèves ont pu toucher à tout.

 

Les profits iront à la campagne «Ça va bien aller, Tracy»!

 

«On avait parlé de le faire l’année passée [l’enregistrement du disque], mais on a manqué de temps.  Cette année, dès la première journée

 

de classe on a décidé de le faire», a expliqué Mia Bernard, qui est à la basse et au chant.  «Tous les profits iront pour la campagne de financement pour Tracy Arsenault.  Si ce n’était pas d’elle, il y en a beaucoup d’entre nous aujourd’hui qui n’auraient pas l’intérêt qu’ils ont pour la musique».

 

Chuck Arsenault s’est dit très fier que ses élèves aient pensé à donner tous les profits pour Tracy.  «Elle a donné beaucoup à ce groupe de jeunes là.  Elle a été chauffeuse d’autobus pendant les activités musicales qu’on a faites au Nouveau-Brunswick, elle a été enseignante de danse et c’était une de ses idées, de recommencer le programme de violon à l’école Évangéline».

 

Le disque, qui sortira en février, sera mis en prévente via le nouveau site web promotionnel, au musiqueévangéline.com.  Des vidéos des concerts de Noël des années passées seront mises en ligne sur le site, en plus des vidéos de cette année.  Pour plus d’informations, contactez Chuck Arsenault au Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

 

Les profits iront à la campagne «Ça va bien aller, Tracy», une des personnes que les jeunes désirent remercier pour leurs intérêts qu’ils ont pour la musique. Tracy a été paralysés des jambes après avoir été diagnostiquée d’un cancer rare

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Culture