Culture
03 novembre 2020 Par Karine Fleury
Victor Cal y Mayor a livré un concert de chant classique au Centre Belle-Alliance.  Seul en scène, accompagné en musique pré enregistrée, il a offert un éventail surprenant de la flexibilité de la voix humaine, y allant d’airs classiques, extraits d’opéra ou encore, tirés du répertoire populaire.

Le 27 octobre dernier, dans le cadre du Festival de la citrouille de Summerside, le contre-ténor Victor Cal y Mayor a offert une représentation d’opéra au Centre Belle-Alliance.  Pour la plupart des personnes dans la salle, c’était une découverte.         

Victor Cal y Mayor a un parcours impressionnant.  Il est originaire de Tuxtla Gutiérrez, au Mexique.  C’est en 2016 qu’il a déménagé à l’Île-du-Prince-Édouard, pour poursuivre ses études.  Victor parle 4 langues couramment et chante dans plus de 18 langues. 

 

«Je parle espagnol, français, italien et anglais.  En ce qui concerne le français et l’italien, c’était assez facile à apprendre, car elles sont de la même famille linguistique, alors il y a beaucoup de similarité.  On doit seulement s’adapter à la prononciation.  L’anglais, grammaticalement, c’est plus facile, car il n’y a pas beaucoup de conjugaisons et tout ça.  Mais pour la prononciation, c’est un défi parfois».

 

Son parcours musical

 

L’intérêt de Victor pour l’opéra a commencé très tôt.  «Mon intérêt a commencé dans mon enfance : on avait une bibliothèque musicale très vaste, alors j’ai toujours eu accès à beaucoup de genres de musique.  Ma famille aimait la musique.  Ma mère et ma grand-mère chantaient aussi, pas de l’opéra, mais elles chantaient.  Et mon oncle jouait de la guitare», a-t-il expliqué en entrevue. 

 

«J’ai commencé en chantant des chansons traditionnelles mexicaines, mais une fois que j’ai essayé l’opéra, je suis tombé amoureux.  Je sentais la puissance de la musique et de la voix humaine en même temps».Au début, il a commencé en écoutant et en tentant de reproduire, sans se blesser la voix, des chanteurs d’opéra.  Il a, par la suite, commencé à écouter des «masterclass» sur YouTube.  «J’ai appris tout ce que j’ai pu, jusqu’à un certain niveau.  Ça fait seulement quatre ans que j’ai l’opportunité d’avoir une professeure», a-t-il expliqué.

 

Victor Cal y Mayor est un contre-ténor.  Dans la musique classique, un contre-ténor est un chanteur masculin qui utilise sa voix de tête, plus aiguë.  Celle-ci est donc plus féminine, comparativement à celle d’un ténor ou d’un baryton.

 

Dans les derniers mois, à cause de la pandémie, les occasions de chanter dans une salle se sont faites rares, mais les concerts virtuels ont pris le relai.  Victor s’est dit tout de même content d’avoir eu la chance de continuer à exercer sa passion et à connecter avec l’auditoire, même si ce n’était pas la même chose que les représentations en direct. 

 

«On est chanceux, à l’Île, la situation n’était pas aussi difficile qu’à d’autres endroits dans le monde.  À la fin de l’été, on a recommencé à faire plus de représentations en direct», a-t-il indiqué.  Il s’est dit très heureux d’avoir reçu une invitation du Centre Belle-Alliance et tout particulièrement de faire partie d’un événement en français à l’Île-du-Prince-Édouard.

 

La représentation d’opéra, qui a duré une heure, était très émouvante.  Victor Cal y Mayor, chante à la fois avec douceur et force.  On ressent, à travers sa voix, une riche gamme d’émotions. 

 

Pour en apprendre plus sur le contreténor, rendez-vous sur la page Facebook de celui-ci. 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Culture