Sports
22 avril 2022 Par Jacinthe Laforest 
Kevin Douillette est le coordonnateur des services médicaux pour les Jeux du Canada de 2023. Le recrutement se poursuit. (Photo : J.L.)

Kevin Douillette de Charlottetown est le coordonnateur des services médicaux pour les Jeux du Canada de 2023.  Depuis novembre dernier, il s’attache à recruter le nombre requis de professionnels de la santé pour la tenue des Jeux. 

Parmi les 5 000 bénévoles recherchés pour la tenue des Jeux du Canada de 2023, un certain nombre sera assigné aux services de santé.  «On a besoin de 1 à 4 bénévoles en santé, sur les sites de compétition, pour chaque quart de travail de quatre ou huit heures et pour chaque site.  On a 18 sites, incluant le patinage longue piste à Halifax et le ski alpin à Crabbe Mountain au Nouveau-Brunswick.  C’est pour les athlètes, évidemment, et aussi pour le public», dit Kevin Douillette, coordonnateur des services médicaux dans l’organisation des Jeux du Canada de 2023. 

En plus des 18 sites de compétition, il y aura des services médicaux lors des activités culturelles, pour les artistes et aussi pour le public.  L’idéal serait que les bénévoles médicaux n’aient absolument rien à faire pendant les deux semaines des jeux, mais outre des blessures sportives, une foule d’autres situations peuvent survenir : une réaction allergique, une perte de conscience, une crise de panique.  «On sait qu’il y aura des situations à gérer», dit Kevin Douillette. 

En plus des lieux sportifs et culturels, une polyclinique sera installée au Village des athlètes, sur le campus universitaire.  Et là aussi, du personnel médical sera requis en tout temps. 

«On recrute des médecins, des infirmiers, des chiropraticiens, des massothérapeutes, une variété de professions médicales associées au sport, mais pas uniquement.  On peut avoir autre chose que des blessures sportives», dit lejeune homme.

La première phase du recrutement se fait sur place à l’Île.  Certainement, on ne veut pas viser les cliniques de santé ni les hôpitaux pendant deux semaines.  Une partie des bénévoles viendra d’ailleurs au Canada.  «En tout temps, n’importe qui de n’importe où au Canada peut faire du bénévolat aux Jeux du Canada, du moment qu’il peut se déplacer.  Ça sera pareil pour les services médicaux.  On aura des bénévoles qui viendront de l’extérieur de la province.»

Kevin Douillette n’est pas un inconnu des lecteurs et lectrices de La Voix acadienne.  Il y a quelque temps, il avait expliqué son projet de mobilité pour les personnes en hémodialyse à l’hôpital Queen Elizabeth.  Son projet est maintenant terminé et les résultats étaient probants. 

Le jeune homme poursuitses études de maîtrise en biologie humaine, à UPEI.  Lorsque le poste des Jeux du Canada a été affiché, ça m’a tout de suite intéressé.  À cause de mes études en kinésiologie, de mon projet avec QEH, de mon autre projet d’exercice avec des personnes en convalescence d’un cancer, et aussi, parce que j’ai toujours fait du sport.  Et en plus, en 2007, j’ai participé aux Jeux d’hiver à Whitehorse en badminton.  J’en ai gardé d’excellents souvenirs.» 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Sports