Sports
15 décembre 2020

La Société des Jeux de l’Acadie (SJA) en compagnie du comité organisateur de la 41e finale (COFJA) annonce un second report de la finale des Jeux de l’Acadie, en raison de la pandémie.  Dans le contexte actuel, malgré bien des progrès, il est difficile d’imaginer que les Jeux de l’Acadie, tels qu’on les connait, pourraient avoir lieu de façon sécuritaire en juin 2021.  La SJA et le COFJA ont donc pris la difficile décision de reporter de nouveau la finale, afin de garantir un événement de qualité, à la hauteur des 40 éditions précédentes, pour tous les participants, spectateurs, bénévoles et partenaires. 

 

Advenant de la situation et de l’évolution des choses, la finale de Quispamsis et de Saint-Jean se déroulerait en juin 2022. 

 

Le président de la SJA, Yves Arsenault se dit quand même déçu : «C’est une décision très difficile à prendre, mais on se devait de la prendre.  Bien qu’il ait eu une progression énorme et que nous ayons mis énormément d’effort à la mise en place de plans divers, trop d’inconnu cogne encore à notre porte au sujet de cette pandémie.  Une finale des Jeux de l’Acadie ne s’organise pas en quelques semaines et nécessite une logistique considérable, c’est pourquoi nous préférons annoncer notre décision dès maintenant».

 

Cela dit, une annonce tôt permet à la Société et aux comités régionaux et provinciaux de développer une stratégie forte intéressante pour poursuivre dans son mandat d’être des leaders dans le développement sportif et culturel de la jeunesse, de la langue française et de la culture acadienne. 

 

«Les Jeux de l’Acadie ne se résument pas qu’à 5 jours d’activités par année, c’est bien plus grand que ça et nous allons justement en profiter.  Des rencontres ont récemment eu lieu et un comité ad hoc est né de celles-ci», ajoute le président de la SJA.

 

Des annonces sont donc à prévoir au début de la prochaine année.  Les Jeux de l’Acadie et Acajoux seront plus présents que jamais, et nous avons à cœur de veiller et de promouvoir à l’épanouissement de la jeunesse francophone des provinces Atlantiques par l’entremise de compétitions et d’activités sportives et culturelles même sans une finale».

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Sports