FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 18 mars 2020

- Par Jacinthe Laforest

Les premiers répondants de l’Île-du-Prince-Édouard prendront des mesures pour se protéger de la contagion lorsqu’ils répondront à des appels d’urgence santé.  À Wellington, les premiers répondants ont voulu montrer aux gens les habits blancs qu’ils porteront.  De gauche à droite : Christian Arsenault, Leon Perry, Shawn Lebob et Rick Arsenault.  Ils ont fait le point sur la situation le dimanche 15 mars en soirée.  (Photo : J.L.)     

 

Le dimanche 15 mars à 19 h, les premiers répondants de la caserne de Wellington étaient réunis pour faire le point sur la situation et pour partager des consignes et les protocoles d’intervention destinés à protéger autant les premiers répondants que les personnes qui font appel à eux. 

 

Leon Perry qui menait la réunion a été très clair.  «Si vous êtes appelés sur une scène d’accident, même si ça peut sembler ignorant de votre part, demandez si les personnes ont voyagé à l’extérieur.  En cas de doute, portez vos masques».

 

Les premiers répondants ont aussi reçu des habits blancs de protection, les mêmes qu’on voit dans les séries télé.  «Ça peut impressionner le monde s’ils nous voient débarquer quelque part avec nos habits blancs.  C’est juste pour créer une barrière en cas où le virus serait présent», a indiqué Leon Perry. 

 

Dans chaque véhicule de premier répondant, il y aura une trousse de protection sur chaque siège, incluant l’habit, le masque et les lunettes. 

 

Chaque véhicule sera muni de trousses de protection, chacune  contenant une combinaison blanche, un masque et des lunettes.  (Photo : J.L.)

 

Après chaque intervention, tout le matériel devra être scrupuleusement désinfecté.  «Même si ça vous prend deux heures, faites-le», a dit Leon Perry. 

 

En ce qui concerne le service de protection des incendies, les casernes sont toutes dans la même situation.  C’est le temps de l’année où les voyages dans le sud sont très populaires.  «Plusieurs de nos pompiers sont à l’extérieur du pays et devront rester en isolement 14 jours.  En cas d’incendie, nos collègues des départements environnants vont nous prêter main-forte et si c’est eux qui ont besoin d’aide, on sera là aussi».

 

Le pompier Terry Arsenault est l’un de ceux qui devaient partir en croisière familiale pour célébrer la graduation de son fils.  «Il y en a qui sont tout de même allés aux États.  Nous avons décidé de rester ici.  La croisière a été annulée tout net.  On n’a pas été remboursés, mais on a eu un crédit pour plus tard, l’année prochaine peut-être», dit celui qui était présent à la réunion d’information du 15 mars.

L'Île-du-Prince-Édouard en images