Société
11 juin 2021 Par Jacinthe Laforest
Une marche pour dénoncer les injustices subies par les Palestiniens a eu lieu le 22 mai à Charlottetown.

Le 22 mai dernier, 250 marcheurs ont manifesté pacifiquement à Charlottetown, en réponse à l’appel lancé par la Société musulmane de l’Île-du-Prince-Édouard.  «Dans les deux heures suivant la publication de notre invitation, nous avions le maximum d’inscriptions permis par la COVID-19 et les autorités de santé qui avaient approuvé notre plan», dit Zaïn Esseghaïer, porte-parole de la Société musulmane de l’Île.  

Outre ses origines arabe et musulmane, ce qui interpelle Zaïn Esseghaïer dans cette situation, c’est la dimension des droits de la personne.  «Avant tout, toutes les questions de droits de la personne, peu importe où elles sont dans le monde, me tiennent à cœur.  Je n’aime pas les injustices, je n’aime pas que des peuples ou des états en oppriment d’autres, peu importe les raisons.  Et je n’approuve pas le recours à la violence, que ce soit bien clair, pas plus pour les Palestiniens que pour les autres.  Mais je comprends qu’un peuple auquel on a enlevé tout espoir, toute perspective d’avenir, puisse considérer que c’est la seule option possible», dit-il.

La majorité des Palestiniens qui vivent dans la Bande de Gaza sont des réfugiés ou des descendants de réfugiés qui ont été forcés à quitter leurs villes et villages qui se trouvent dans l’Israël d’aujourd’hui. La Bande de Gaza constitue avec la Cisjordanie et Jérusalem-Est le territoire d’un éventuel État palestinien. 

«La Bande de Gaza, c’est tout petit, sa superficie est deux fois et demie plus petite que l’agglomération de recensement de Charlottetown. Il y vit 2 millions d’habitants.»

Pour mettre les choses en perspective, Zaïn compare le sort réservé aux Palestiniens au sort que les Européens ont fait subir aux Autochtones lorsqu’ils ont «découvert» le Canada.  

De fait, l’analogie aide à comprendre.  Tout comme les colonisateurs ont pris possession du territoire qu’ils ont appelé Canada, en poussant les peuples autochtones dans des réserves, l’État d’Israël a lui aussi été créé sur un territoire où vivaient des autochtones, les Palestiniens.   

Le création de l’État d’Israël relève de bonnes intentions : donner aux Juifs, persécutés, déracinés et disséminés de par le monde, une patrie.  De par le monde, les Juifs ont afflué sur le territoire de la Palestine, avant et après la création de l’État d’Israël, à titre d’immigrants et de réfugiés.  De persécutés, ils sont devenus intolérants à la présence de tout ce qui n’était pas juif sur «leur» territoire.  

La proposition des Nations Unies, en 1947, de séparer la Palestine en trois juridictions : arabe, juive et Jérusalem (cette dernière placée sous le contrôle de l’ONU) a donné aux opposants de nouvelles raisons de se battre.  

«Personnellement, et je ne suis pas le seul qui pense cela, l’idée de séparer le territoire en deux [ou en trois] est dépassée.  Je pense maintenant que la seule façon d’établir une paix juste et durable serait de créer un seul État démocratique où Juifs et Palestiniens seraient tous égaux et auraient tous les mêmes droits.  Actuellement, il y a des Palestiniens qui vivent en Israël, mais leurs droits ne sont pas respectés.  Dans les infos, on entend qu’Israël est le pays ayant le plus haut taux de vaccination à la COVD. Toutefois le gouvernement israélien avait refusé d’offrir le vaccin aux Palestiniens sous occupation en dépit des ses obligations de puissance occupante envers les millions de Palestiniens», soutient Zaïn Esseghaïer.  

La situation dans cette région du globe est difficile à saisir pour quiconque ne suit pas assidûment la scène géopolitique et religieuse de cette grande région.  «On peut simplifier. Israël est un État colonial, un État d’apartheid qui opprime le peuple palestinien autochtone.  Ce n’est pas juste».

«S’il n’y avait pas eu la COVID, nous aurions réuni des milliers de personnes.  Les gens sont de plus sensibilisés aux injustices que subissent les Palestiniens», dit Zaïn Esseghaïer.  (Photos : Société musulmane)  

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Société