Communauté
04 août 2021 Par Jacinthe Laforest
Alfred Arsenault a confiance que la métamorphose qui s’opère dans les quatre caisses fondatrices de la nouvelle institution sera pour le plus grand bénéfice des membres. (Photo : J.L.)

Alfred Arsenault, directeur général de la Caisse populaire Évangéline-Central jusqu’au 1er octobre prochain, assure que toutes les étapes de transformations qui peuvent se faire maintenant sont en cours.  Plusieurs tâches se font à l’abri de l’œil du public, un peu comme la métamorphose qui s’opère à l’interne lorsque la chenille s’enveloppe dans son cocon.  Ce n’est toutefois pas un papillon complètement transformé qui jaillira du «cocon» le 1er octobre, car il restera beaucoup de travail à faire.

Dès le départ, assure Alfred Arsenault, trois objectifs ont motivé les quatre établissements : de meilleurs services aux membres; une organisation plus forte et stable, et une capacité accrue d’appuyer nos communautés.  

«Ces trois objectifs sont encore ce qui nous motive à continuer.  Personnellement, je me suis engagé dans cette aventure parce que je pensais que c’était bon pour nos institutions.  Je ne sais pas encore exactement quel sera mon rôle dans l’organisation, mais je vais faire partie de cette équipe», dit Alfred Arsenault, qui se dit heureux de travailler avec ses collègues des autres caisses fondatrices, dans des responsabilités encore à déterminer en date du 28 juillet 2021.  

Le directeur général (Chief Executive Officer ou CEO en anglais) sera Bernard Gillis, qui dirige à présent la Provincial Credit Union.  «C’est un homme très compétent qui compte des années d’expérience.  Nos postes à nous, les DG actuels, vont changer.  Nous deviendrons des “Chief Officers” de divers départements comme les finances, les opérations, etc., et l’organigramme des fonctions sera revu pour que tout le monde trouve sa place dans l’organisation.  C’est un travail qui se fait dans l’ombre.  Nos membres, pour la plupart, ne se doutent pas de tout le travail qui se fait derrière la scène.  J’aime bien l’image de la chenille qui se transforme en papillon.  Notre transition sera peut-être moins colorée, et je ne dirais pas que nous étions juste une chenille, mais c’est tout de même un peu ça», ajoute-t-il avec un peu de poésie. 

Il reste huit semaines avant la transition prévue le 1er octobre.  D’ici là, de nombreuses décisions auront été prises, notamment sur le nom de la nouvelle super caisse.  

«On a établi une courte liste de six noms.  Tous les noms se disent aussi bien en français qu’en anglais.  Il y en a que j’aime et d’autres moins. On a sélectionné un échantillonnage de 1 500 membres par caisse et on leur a envoyé le sondage avec les six noms.  Ce que nous espérons, c’est qu’un nom va se démarquer clairement sur les autres, et que ce sera presque unanime.  Sinon, ça se pourrait qu’on opte pour un autre nom.  À ce point-ci, on ne sait pas», avoue Alfred Arsenault.

À l’interne, pas moins de huit comités ont été mis en place, pour transformer les entrailles de la chenille et réaménager la structure pour lui donner des ailes.  

«Notre but, c’est vraiment d’être plus fort, de faire plus pour nos membres, et pour les communautés où nous sommes présents : Tignish, Alberton, O’Leary, Tyne Valley, Wellington, Rustico, Kensington, Stratford, Montague et Charlottetown.  Nous ne savons pas encore quelle forme notre appui à nos communautés pourrait prendre.  Nous explorons tout ça.  Nous avons cependant que tous nos engagements actuels seront respectés», confirme Alfred Arsenault. 

Le président du conseil d’administration nouvellement formé est Corey Tremere de la Provincial Credit Union, Gail Shea, de la Tignish Credit Union, est la vice-présidente et Jacinta Doiron de Rustico Provincial Credit Union est la secrétaire. 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Communauté