FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 23 juin 2020

- Par Jacinthe Laforest 

Le président du conseil communautaire, Yoan Rousseau.  (Photo tirée du rapport annuel)

 

Le Carrefour de l’Isle-Saint-Jean a clos les activités de l’année 2019-2020 par la tenue de son assemblée générale annuelle via l’application Zoom, le mercredi 17 juin.  L’année 2020-2021 est quant à elle bien entamée et le président du conseil communautaire, Yoan Rousseau, se fixe des objectifs 2020-2021. 

 

«J’aimerai consacrer la saison à l’importance qu’est l’essence même du Carrefour CISJ», dit Yoan Rousseau dans le rapport de sa première année à la présidence.  «Que serait-il sans ces femmes et ces hommes, travaillant chaque jour pour une communauté diverse et francophone au sein de la capitale de l’Î.-P.-É.?»

 

Le président «et tout le comité» s’engage à faire les démarches nécessaires pour atteindre un financement annuel qui sera à même de recruter et de retenir des ressources humaines compétentes et engagées et de faire face aux frais de fonctionnement qui ne cessent d’augmenter.   

 

«Cela fait trop longtemps que nous nous complaisons ou contentons des enveloppes distribuées chaque année ne nous permettant pas de faire face à l’implosion des tarifs de l’alimentaire et de suivre l’inflation.  Nous aimerions garder la même qualité de cuisine pour nos jeunes, nous voulons respecter l’évolution salariale de notre personnel selon leur ancienneté, leur expérience, leur professionnalisme et leur dévouement, nous voulons pouvoir enfin garder des équipes talentueuses, dévouées et investies dans leur mission, dans la durée.  Nous ne pourrons faire aussi bien demain avec les fonds d’hier», a exposé Yoan Rousseau dans son rapport. 

 

Outre le rapport du président, les documents présentés à l’AGA incluaient des rapports d’activités, secteur par secteur, ainsi que l’état des finances.  À ce dernier chapitre, comme la crise sanitaire a commencé vers la mi-mars soit deux semaines environ avant la fin de l’année financière 2019-2020, l’impact de la COVID ne s’est pas fait énormément sentir.

 

Sur un total de revenus de 532 300 $, il est resté un léger surplus de 7 200 $.  Traditionnellement, le secteur de la cuisine engendre des pertes et cette année n’est pas exception.  Le secteur a affiché un négatif d’environ 21 000 $. 

 

Tous les jours, les élèves et le personnel ont le choix entre le plat chaud, son option végétarienne, une salade, un sandwich, une assiette de crudités, un fruit et un smoothie et l’option, plat chaud et salade, peut être emportée.  En janvier dernier, un bar à salade a été installé et a eu un grand succès pendant quelques semaines, jusqu’au congé de mars. 

 

La cuisine a aussi conclu des partenariats locaux avec la ferme d’agriculture biologique Shurman Family Farm et la ferme MacQuarrie’s Meats.  Elle utilise des produits du jardin extérieur et du jardin hydroponique pour les repas.  À l’initiative des enseignants de l’école, un projet de tri des restes de cafétéria a été mis en place.  Les ustensiles et contenants jetables ont été minimisés.  Pour réduire davantage le gaspillage, les épluchures sont distribuées à un éleveur de poules. 

 

Malgré cette démonstration citoyenne hors du commun, la cafétéria fait encore des déficits.  Les chiffres pourraient être différents l’an prochain puisque Chef Pierre et son équipe ont fabriqué et livré pas moins de 8 000 repas dans le cadre du programme des repas gratuits du gouvernement provincial, en plein cœur de la COVID-19. 

 

En 2019-2020, bien avant la COVID, il y a eu le Congrès mondial acadien, qui a permis au Carrefour d’augmenter la «Présence acadienne en ville» au moyen d’embellissement, les couleurs acadiennes peintes sur les passages piétonniers, des parterres de fleurs, des drapeaux et bannières, etc. 

 

La participation à l’«Old Home Week», le 15 août sur Victoria Row et surtout le grand tintamarre de la Parade de la Golden Cup sur le thème Vive l’Acadie : chars allégoriques aux couleurs acadiennes et fanfare, en plein centre-ville de Charlottetown. 

 

Les produits «Je parle français et toi» sont devenus une marque de commerce pour le Carrefour, mais aussi pour l’ensemble de la collectivité et auprès des francophones de passage à l’Île.

 

La programmation culturelle, communautaire, environnementale et autre du Carrefour a offert à la population d’amples occasions de se réunir. 

 

Les membres du conseil communautaire sont Yoan Rousseau (président), Natacha Soliman (vice-présidente), David Pendergast (trésorier), Bill Wiltshire (conseiller), Adina Nault (conseillère), Monia Kayijuka (conseillère), Chérine Stévula (conseillère) et Dominique Chouinard (conseillère).  Les postes à pouvoir sont ceux de représentant du conseil des élèves EFB et de secrétaire. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images