Communauté
23 avril 2020

Le 23 avril 2020

- Par Marcia Enman

Serge Bernard tient dans ses mains l’un des bébés oies nouveaux-nés.  (Photo : Gracieuseté) 

 

À Saint-Philippe, Serge Bernard est témoin de la naissance de petites oies (pirounes) récemment.  «Ça ajoute du positif dans cette période de pandémie qui laisse les gens tellement en noirceur, et c’est un beau passe-temps pour moi», souligne Serge. 

 

À la ferme familiale de ses parents, Marcel et Jeannita Bernard, Serge fait l’élevage d’oies et aussi de quelques canards.  En effet, il a deux trios d’oies.  Un trio inclut un mâle et deux femelles.  En date du dimanche 19 avril, trois œufs avaient donné des bébés oies parmi une trentaine d’œufs sous l’incubateur.  «C’est juste un petit pourcentage des œufs qui produiront des oies», explique-t-il.  «Mais il y en aura peut-être d’autres dans les prochains jours».  «Ça prend environ 28 à 30 jours dans l’incubateur». 

 

Et que fait-on avec les bébés oies : «On les garde d’abord dans une boîte, sous une lampe chauffante et ensuite, ils restent dans la grange pour les prochains mois, jusqu’au mois de juillet environ, ils seront prêts pour le transfert dans l’étang que nous avons derrière la maison», explique Serge Bernard très informé de ce genre d’élevage.  Dans l’étang, on y retrouve aussi 5 canards et eux aussi vont pondre des œufs et parfois on verra toute une famille de petits canards se promener dans l’étang.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Communauté