FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 4 février 2020

Gabriel Arsenault, expert-conseil, Brad Samson, directeur de l’infrastructure, des services administratifs et des finances à la CSLF, et Nick Arsenault, directeur du CSCÉ.  (Photo : J.L.)

 

En novembre dernier, le gouvernement provincial a annoncé la somme de 8,8 millions de dollars, répartie sur plusieurs années, pour effectuer des travaux à l’École Évangéline, dont certaines parties datent de 1960.  Dans tout projet de cette envergure, l’étape de la planification n’est pas la plus visible ni la plus médiatisée, mais elle est cruciale.  «Les négociations avec le gouvernement provincial avancent bien, mais le coût estimé de notre projet dépasse les fonds accordés.  Nous avons besoin d’ajuster nos attentes de part et d’autre, mais ça va bien», dit Gabriel Arsenault, expert-conseil pour le Conseil scolaire–communautaire Évangéline (CSCÉ) dans ce dossier. 

 

Le vendredi 31 janvier, Gabriel Arsenault, Brad Samson de la Commission scolaire de langue française (CSLF), Nick Arsenault, directeur du CSCÉ ainsi que Gilles Arsenault, du ministère de l’Éducation et de l’Apprentissage continu se sont réunis pour faire le point sur les progrès, considérant toujours que le concept présenté à la communauté, il y a quelque temps déjà, est ce vers quoi il faut viser. 

 

Ce matin là, dans l’École Évangéline, il faisait très chaud et on sentait que l’air circulait mal.  «C’est sur notre liste de choses à changer.  C’est un vrai problème dans cette école», note Brad Samson, directeur de l’infrastructure, des services administratifs et des finances à la CSLF. 

 

Le travail du comité inclut aussi des négociations avec le gouvernement fédéral, pour un éventuel financement de la partie communautaire.  Les attentes pour ce projet dans la communauté sont vraiment très hautes.  «Je dois dire que nos pourparlers avec les instances gouvernementales vont très bien.  C’est positif», dit Brad Samson.  (J.L.) 

L'Île-du-Prince-Édouard en images