FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 28 août 2019

- Par Jacinthe Laforest

Marie (Arsenault) Livingstone et sa belle sœur, Marcia Arsenault, ont aidé des gens à approfondir davantage leur connaissance de leur généalogie.  «J’ai découvert que j’avais une cousine des États, ici même à la réunion.  C’était beaucoup de plaisir», a indiqué Marie Livingstone.  Toutes deux étaient au local de généalogie le samedi 17 août.  Selon Louis Arsenault, environ 200 personnes seraient passées par ce local dans la seule journée de samedi.  (Photo : J.L.)

 

Les organisateurs de la Rencontre des Arsenault dans la région Évangéline sont ravis de la participation et même si tout n’a pas été calculé, le bilan provisoire est très positif.

 

La veille de l’événement, Gabriel Arsenault, membre du comité organisateur, parlait de plus de 300 inscriptions faites à l’avance et il ne doutait pas que les gens viendraient plus nombreux que cela.  Il avait raison. 

 

«Selon nos estimations, nous pensons qu’au moins 1 000 membres des familles Arsenault de partout en Amérique du Nord ont circulé sur le terrain pour participer aux activités», a confirmé Gabriel Arsenault, aussitôt approuvé par le président du comité organisateur, Georges Arsenault.  «Juste au spectacle de clôture, le dimanche soir, il y avait 750 personnes», a-t-il ajouté. 

 

Bonnes finances

 

Du point de vue financier, les organisateurs ne craignent pas de faire un déficit.  «Selon le bilan provisoire que nous pouvons faire, nous estimons que l’événement a coûté dans les environs de 17 000 $ et que nous ne devrions pas faire de déficit.  Au contraire, nous prévoyons un léger surplus», a indiqué Gabriel Arsenault. 

 

Pour rentabiliser, mais aussi, pour mettre les Arsenault de la région en valeur, les organisateurs ont sollicité des commandites auprès des propriétaires d’entreprise et gens d’affaires faisant partie de la famille Arsenault. 

 

«Les entrepreneurs ont été très heureux qu’on pense à eux, pour contribuer à l’événement.  Ils étaient fiers d’en faire partie et fiers aussi qu’on re-connaisse leur apport économique.  Nous avons eu ainsi 20 commanditaires», a expliqué Gabriel Arsenault. 

 

Une autre source de revenus a été la vente de ticheurtes portant le logo de la rencontre 2019.  Le comité organisateur en a vendu 300 et le dimanche 18 août, la compagnie Création M.R. était sur place pour faire imprimer le logo sur des ticheurtes de toutes les tailles.  La présence de ce fournisseur sur le site a dû satisfaire plusieurs personnes, car sur la page Facebook du groupe, des gens se désolaient de ne pas trouver de ticheurtes à leur taille. 

 

Témoignage éloquent 

 

Justement, les messages publiés sur la page Facebook sont très élogieux.  En voici un, posté en anglais le jeudi 22 août en matinée : «De retour à la maison, nous nous reposons après la Réunion.  Félicitation aux organisateurs, aux bénévoles et à tous ceux qui ont travaillé en arrière-scène.  Merci aux conférenciers qui ont partagé leur passion et leurs immenses connaissances accumulées au fil des années.  Nous sommes arrivés vendredi (le 16) août et avons rencontré Darren et Claude qui se préparaient pour le weekend.  Nous avons su dès lors que ce serait un événement spécial, car leur enthousiasme était contagieux.  La Rencontre des Arsenault était un parfait mélange de nourriture, de plaisirs et d’esprit de famille (Fun, Food and, dans le texte original).  La musique était incroyable et nous sommes restés une journée de plus pour visiter.  Nous avons quitté l’Île à reculons».  Et c’est signé Cynthia and Charles Arsenault. 

 

La généalogie fait des adeptes

 

Au deuxième étage du centre de récréation Évangéline, une salle servait de quartier général de généalogie.  «Samedi, nous avons eu 200 personnes et dimanche, je pense qu’au moins 100 personnes sont venues.  Toutes les situations étaient différentes», a raconté Louis Arsenault, qui était responsable du sous-comité de généalogie de la Rencontre des Arsenault.

 

Ce dernier a toutefois été frappé par une situation en particulier : «Il y avait ce couple âgé qui venait des États-Unis.  Je ne sais pas quel bénévole s’est occupé d’eux, mais comme ils s’en allaient, j’ai vu que la dame pleurait à chaude larme.  Je me suis approché pour savoir si tout allait bien, et l’homme m’a expliqué qu’elle tentait de remonter sa généalogie depuis longtemps et qu’elle bloquait toujours au même endroit.  Et finalement, elle avait trouvé les informations qu’il lui manquait.  Elle pleurait de joie», a dit Louis Arsenault, encore touché par cette histoire. 

 

Muni d’un petit budget de fonctionnement, le comité de généalogie avait acquis du papier, une petite imprimante et d’autres accessoires pour que les gens puissent repartir avec le fruit de leurs recherches en main.  Le matériel restant a été donné au Musée acadien de l’Île.  «Nous allons aussi leur faire un petit don en argent, car les gens ont été généreux.  Le Musée nous rend de grands services, alors nous aimons redonner», dit Louis Arsenault. 

 

Les grimpeurs de poteaux ont offerts un spectacle le dimanche après-midi de la rencontre des Arsenault.  On peut voir un extrait du spectacle où Jeremy, Marcel et Gerry joue une partie de poker.   (Photo : Réjeanne Arsenault)

 

La mère de Marcel et Gerry, Denise Arsenault ainsi que leur soeur, Claudette McNeill étaient dans la foule pour surveiller le spectacle.  «Ça me fait peur, mais je surveille quand même», dit la maman. (Photo : Réjeanne Arsenault)

 

Britney Arsenault, Avery Arsenault, Nick Arsenault et Géraldine Arsenault étaient parmi les artistes qui ont participé au spectacle de clôture de la rencontre des Arsenault.  Le spectacle était de très haut calibre.  (Photos : M.E.)

L'Île-du-Prince-Édouard en images