FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 30 juillet 2019

- Par Pénélope Leblanc 

Edmond et Imelda Arsenault sont mariés depuis le 14 juillet 1948. (Photo : P.L.)

 

L’un des vétérans prince-édouardiens de la Deuxième Guerre mondiale, Edmond Arsenault, vient de fêter son 97e anniversaire de naissance à l’Île-du-Prince-Édouard.  Il est venu jusqu’ici de Toronto, où il réside avec sa femme Imelda Arsenault depuis les années 1950, pour une réunion de famille.

 

Edmond Arsenault avait 22 ans lorsqu’il est parti sur la première ligne de défense.  Il y a passé 16 mois. «Je me rappelle de la plupart des affaires», a-t-il avoué, malgré que les événements se soient déroulés il y a plus de 70 ans.

 

En effet, le vétéran explique qu’il a d’abord été emmené en Angleterre avant de se rendre en Afrique.  Edmond a ensuite été envoyé avec l’équipe qui se dirigeait en Italie. Finalement, M. Arsenault s’est retrouvé en Hollande quand la guerre s’est terminée.  De là, il a pris un bateau qui l’a ramené à Halifax. 

 

À partir d’Halifax, Edmond a pris un train vers l’Île-du-Prince-Édouard.  «Mon frère est venu me rencontrer à la station de Wellington. Il était à cheval!» s’est exclamé Edmond Arsenault, constatant l’évolution des choses au cours de sa longue vie.  

 

«Un jour, en revenant au camp, on a trouvé deux soldats allemands qui n’étaient pas censés être là.  Ils n’étaient pas armés. Ils se sont donné la mort!», se rappelle Edmond, fragilisé par ce souvenir. 

 

Même si Edmond n’était pas encore marié à Imelda Arsenault quand il a quitté le Canada pour la guerre, les tourtereaux étaient certainement déjà attachés l’un à l’autre, puisqu’ils se sont écrit des lettres tout au long de leur temps éloigné.  Cela fait maintenant 71 ans qu’Imelda et Edmond Arsenault sont mariés. 

 

L’un des derniers 

 

«Je connaissais deux ou trois autres soldats avec lesquels j’ai combattu pendant la guerre, mais ils sont tous partis», a expliqué l’ancien soldat. 

 

Le dernier homme avec lequel Edmond Arseneault a combattu s’appelait John Nazaire (Ned) DesRoches.  Malheureusement, Ned est décédé en novembre 2018, à l’âge de 94 ans. «Je n’ai plus personne avec qui en parler», a ajouté Edmond en parlant des survivants qui ont vécu les mêmes expériences.

 

Devenir bilingue à la guerre 

 

«On m’a donné le choix entre une troupe française et une troupe anglaise, et à ce moment-là je ne parlais pas un mot d’anglais, donc j’ai trouvé que c’était le bon temps pour l’apprendre», a-t-il mentionné en souriant. 

 

Aujourd’hui, Edmond Arsenault parle toujours très bien le français, même après toutes ces années à Toronto. 

 

Edmond a expliqué qu’il travaillait à l’aéroport de Summerside à son retour de la guerre, lorsque deux des frères d’Imelda lui ont suggéré de venir travailler à Toronto, là où il y avait plus d’offres d’emploi.  Le couple a donc déménagé en Ontario, mais n’a jamais hésité à revenir à l’Île chaque été depuis.

 

L'Île-du-Prince-Édouard en images