FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 24 juillet 2019

- Par Pénélope Leblanc 

Claude Pitre à bord de l’avion qu’il a construit lui-même. Ce tout petit appareil a permis à M. Pitre de voyager de l’Alberta jusqu’à Summerside.

 

L’informaticien Claude Pitre a volé de l’Alberta jusqu’à l’Île-du-Prince-Édouard à bord de l’avion qu’il a fabriqué lui-même pour y visiter ses parents et sa sœur.  M. Pitre a atterri à Summerside le mercredi 3 juillet 2019. 

 

«C’était un rêve d’enfant de construire mon propre avion et d’y voler», explique Claude Pitre.  Il a décidé d’obtenir son permis de pilote il y a cinq ans.  Il a par la suite complété ses heures de pilotage obligatoires, puis il a acheté la base pour construire son propre avion.  Claude a alors pu voler à bord de son avion pour la première fois en août 2018, après avoir travaillé sur ce dernier presque tous les jours pendant les trois années précédentes. 

 

Il explique que l’aviation n’est pas son domaine, puis-qu’il œuvre avec les ordinateurs.  Claude ne se considère pas particulièrement comme un manuel non plus.  «J’apprenais au fur et à mesure et c’était satisfaisant de ne pas avoir d’échéance à mon projet», précise-t-il.  «J’avais toujours quelque chose à faire, et quand j’en avais assez de travailler sur un élément en particulier, je travaillais tout simplement sur quelque chose d’autre», ajoute-t-il. 

 

La première fois qu’il a piloté son avion, Claude Pitre devait s’assurer que l’appareil fonctionnait comme prévu.  Il n’a donc pas complètement pu en profiter dès son premier vol.  Il a tout de même confié se sentir plus en sécurité dans son avion que dans n’importe quel autre, puisqu’il en connaissait toutes les particularités.  «C’est aussi un sentiment spécial que d’avoir la possibilité de voler n’importe quand», ajoute-t-il.

 

Claude pense vraiment qu’il faut être très discipliné pour avoir le courage de sortir de sa zone de confort tous les jours dans le but de fabriquer un avion.  «Mais c’est emballant.  Ça me manque même un tout petit peu!» rigole-t-il. 

 

Il explique également que le modèle de son avion, un Van’s RV/9A, n’est pas trop compliqué à monter, parce qu’il arrive sous forme de «kit» avec les étapes à suivre.  En 2019, plus de 10 000 de ces «kit planes» volent un peu partout. 

 

 

Un long voyage 

 

Pour se rendre jusqu’à Summerside, Claude Pitre a dû passer 16 heures dans les airs.  Il a divisé ce voyage en cinq jours en s’arrêtant à plusieurs endroits en cours de route, comme à Estevan en Saskatchewan, à Kingston en Ontario et à Fredericton au Nouveau-Brunswick.  Claude explique qu’il a dû réajuster son plan de vol régulièrement en raison de la météo difficile. 

 

La prochaine aventure aérienne de Claude Pitre est sans doute le voyage qu’il devra faire pour retourner jusqu’en Alberta.  Par la suite, il souhaite se promener de manière un peu plus locale pour quelque temps.

 

Adélard et Yvonne Pitre, les parents de Claude (au centre), sont heureux de la visite de leur fils.  (Photos : Jacinthe Laforest) 

 

 

L'Île-du-Prince-Édouard en images