FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 18 juin 2019

- Par Jacinthe Laforest

Tenant fièrement un des panneaux d’interprétation qui seront dévoilés le 11 août, de gauche à droite, Raymond Arsenault, Gilles Painchaud (président du comité du 60e), Marcia Enman, Imelda Arsenault (employée), Lynn Gaudet et Giselle Bernard.  Les autres membres du comité sont Kelly Richard et Cécile Arsenault.  (Photo : J.L.)

 

La municipalité rurale de Wellington sera en vedette le 11 août, dans le cadre du Congrès mondial acadien.  Les activités tourneront autour du 60e anniversaire d’incorporation du village et du riche patrimoine de cette communauté acadienne.

 

«Nous avons créé trois beaux grands panneaux d’interprétation.  Nous en avons un sur la présence très importante du chemin de fer, sur l’industrie de l’élevage du renard et un autre sur le magasin Arsenault et Gaudet», explique Imelda Arsenault, employée de la municipalité. 

 

Le 11 août, ces panneaux seront installés de façon temporaire aux endroits où des personnes présenteront des vignettes informelles.  De façon un peu improvisée, sans script défini, les comédiens en costume accueilleront les visiteurs et répondront à leurs questions, à partir de 11 h 30 jus-qu’à 13 heures.  «Nous aurons des personnes pour parler du renard, du chemin de fer, du magasin Arsenault & Gaudet, et nous aurons également une vignette autour de l’histoire du Dr Raymond Reid, qui a été très important dans notre village.  Pour ce site-là, nous n’avons pas fait de panneau parce que c’est une maison privée», a indiqué Imelda Arsenault.  Les panneaux devraient être installés de façon permanente au Parc des Vieux moulins. 

 

Pour trouver les informations et rédiger les textes des panneaux, le comité du 60e anniversaire de Wellington a pu compter sur Jean-Paul Arsenault qui, bien qu’il vive à Charlottetown depuis des années, a grandi à Wellington et s’est intéressé à l’histoire de ce beau village. 

 

La période d’interaction avec les vignettes devrait prendre fin vers 13 heures, à temps pour les activités protocolaires de la journée.  D’anciens maires parleront des accomplissements durant leurs mandats respectifs et un hommage sera rendu aux citoyens les plus âgés du village, en marge du 60e anniversaire de l’incorporation. 

 

Une fête acadienne ne serait jamais complète sans musique et sans gigue.  Le spectacle en après-midi mettra en vedette Adrienne Gallant, qui a vécu à Wellington plusieurs années, ainsi que Roger (à Alyre à Calixte) Arsenault etses descendants.  Ils vont offrir un bout de musique et de divertissement.  Alex Arsenault, le fils de Donnie et de Christine, un excellent danseur, sera également de la partie. 

 

Également, durant l’après-midi, il y aura un carnaval du bon vieux temps, avec des jeux variés : le jeu de bouteilles, la pêche à l’étang, le jeu de poches, coller la pince sur le homard, un coin pour les histoires, et un coin de maquillage.  «Ce sera très intéressant de voir tout cela au Parc des Vieux moulins.  Nous espérons évidemment qu’il fera beau, mais ça se pourrait qu’il pleuve.  Nous avons commencé à dresser les détails pour un plan B», indique Imelda Arsenault. 

 

Pour nourrir les gens qui auront bougé toute la journée, les organisateurs ont prévu de quatre à cinq kiosques de nourriture.  Il y aura aussi un marché des artisans locaux (indépendant de celui de la Fédération culturelle).  «Nous sommes encore dans notre recrutement.  Nous mettons l’accent sur le local, évidemment», insiste Imelda Arsenault. 

 

Les organisateurs de cette belle journée aimeraient attirer 2 000 personnes, mais seraient aussi satisfaits de voir 1 000 ou 1 500 personnes.  «Nous voulons que les gens célèbrent avec nous notre 60e anniversaire.  Nous sommes fiers de notre village et je pense que ça va paraître», a indiqué le président du comité du 60e, Gilles Painchaud, également ancien maire de Wellington. 

 

Le comité n’a pas prévu d’activités en soirée, car il espère que les gens vont se rendre en masse au spectacle de la Coopérative de développement culturel et patrimonial à Mont-Carmel. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images