FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 5 février 2019

Sonia Archambault, tutrice linguistique attitrée au Café de Paris.  (Photos : J.L.)

Depuis quelques mois, chaque vendredi après-midi, le Café de Paris ouvre ses portes à l’hôpital du comté de Prince à Summerside.  Initié en 2017 par le Collège de l’Île en collaboration avec le Réseau Santé Î.-P.-É., le Café de Paris offre une formation linguistique d’appoint en français aux professionnels de la santé, sur leur milieu de travail. 

D’abord piloté dans deux établissements de santé de l’ouest de l’Île et un établissement de la capitale provinciale d’octobre 2017 à mars 2018, le programme a été évalué et devant les réactions très positives, il a été repris avec les trois établissements d’origine auxquels on a ajouté, en novembre 2018, les deux principaux hôpitaux de la province.  En plus, le Café de Paris, pourtant conçu pour les travailleurs de la santé, est en train de se ramifier vers la fonction publique provinciale. 

La tutrice linguistique attitrée au Café de Paris est Sonia Archambault de Summerside.  «La formule plait, car c’est sur le lieu de travail.   C’est sans contraintes, c’est ludique et convivial.  Ce n’est pas un programme qui vise à atteindre un niveau spécifique de français et il n’y a pas d’examen à la fin.  Et c’est gratuit pour les participants», souligne Sonia Archambault. 

Dans son Café de Paris, elle reçoit des infirmiers, des préposés aux soins, des médecins, des techniciens de laboratoire, du personnel de cuisine : cela varie selon les établissements.    

«Chaque personne a un objectif différent.  Ce peut être un objectif relié directement aux tâches professionnelles ou ça peut être un objectif plus personnel.  Le but c’est de motiver ces personnes à améliorer leur français et leur donner confiance dans leur capacité d’apprendre, avec des petites leçons simples et très ciblées, sous forme de jeux ou de mises en situation.  Par exemple, l’autre jour, pour aider une participante à apprendre ses chiffres en français, j’ai imaginé un jeu de bingo.  Elle était l’animatrice qui devait annoncer les chiffres pour quelques clientes francophones de son établissement», raconte Sonia Archambault. 

Enseigner quelques notions de français de cette façon a plusieurs avantages, mais le principal est d’associer l’apprentissage à des émotions et à un contexte humain, ce qui permet de le graver encore plus profondément dans la mémoire.  De plus, peu importe le sujet enseigné, si on l’associe à du négatif, l’apprentissage ne se fera pas. 

Apprentissage continu

Bien que le Café de Paris ne soit pas un programme de formation structuré menant à des progrès mesurables, certains participants sont inscrits dans le programme de formation linguistique du Collège, alors que d’autres ont suivi des cours dans le passé, et d’autres pourraient vouloir s’inscrire dans l’avenir. 

«Au Café de Paris, on accepte tous les niveaux et on part du besoin spécifique de la personne.  Je suis francophone et mon anglais est loin d’être parfait.  Il m’arrive de buter sur des mots, de devoir chercher des traductions pour mieux comprendre ce qu’on me dit, et je pense que ça les met à l’aise et en confiance de voir qu’on n’a pas besoin d’être gêné de ne pas tout savoir et de vouloir apprendre», dit Sonia Archambault. 

Le Café de Paris ouvre ses portes les lundis et les mercredis matin à l’hôpital Queen Elizabeth.  Les mardis matin et les vendredis après-midi, il a pignon sur rue à l’entrée de l’hôpital du comté de Prince.   Le mercredi après midi, il se déploie au foyer de soins de longue durée Beach Grove.  Le jeudi, ce sont les employés du foyer de soins de longue durée Maplewood à Alberton et l’hôpital communautaire d’O’Leary qui en profitent, et la fonction publique provinciale y a, depuis peu, accès deux demi-journées par semaine. 

«J’ai vraiment le sentiment d’être utile et de véritablement aider les gens à mieux communiquer et à mieux se comprendre», conclut Sonia Archambault. 



Parmi les outils développés et utilisés par Sonia Archambault, figurent des cartes de prononciation de quelques phrases clés en français.



- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images