FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 23 janvier 2019

À la demande de l’Association touristique Évangéline dans le cadre de son mandat provincial, Linda Lowther anime une série de consultations pour aider les communautés acadiennes à créer une identité visuelle, à l’occasion du CMA.  Les prochaines rencontres seront le 12 février à 18 h 30 au Centre acadien Grand-Rustico et le 13 février à 19 h au Centre acadien de Prince-Ouest à DeBlois.  (Photos : J.L.)


Le Congrès mondial acadien sera bientôt sur nous.  L’hiver va céder la place au printemps, puis l’été va se pointer.  Il reste très peu de temps pour réfléchir, développer et réaliser des initiatives qui permettront aux huit municipalités hôtesses, de l’Île-du-Prince-Édouard, de se présenter sous leur meilleur jour.


C’est avec ces courts délais en tête que la consultante Linda Lowther a entrepris de visiter les régions hôtesses, afin de recueillir des idées qui pourraient, grâce à un financement éventuel, embellir et faire surgir la fierté de participer à cette grande manifestation. 


«On cherche surtout des initiatives qui pourraient devenir permanentes et s’ajouter au paysage culturel de vos régions, pour les définir davantage», dit Linda Lowther.  C’est à Abram-Village, lors du premier arrêt de sa tournée de consultation, que Linda Lowther a lancé le constat suivant : «Lorsque j’arrive à Rustico, il n’y a rien qui m’indique que j’entre dans une région ou un village acadiens.  Quand j’arrive dans la région Évangéline, malheureusement, c’est la même chose.  Vos affiches routières à l’entrée des villages sont très belles, mais elles ne disent nulle part qu’on est dans une région acadienne.  On peut voir le drapeau avec l’étoile et ne pas savoir ce qu’il veut dire», a-t-elle soutenu.


En gros, ce que Linda Lowther veut savoir, c’est quels sont les symboles, les lieux, les personnes, les phénomènes et les événements qui font partie du patrimoine acadien d’une région donnée et de quelles façons on pourrait s’en servir pour créer une identité visuelle. 


Certaines idées pourraient demander des investissements, certaines autres pourraient se faire sans aucune mise de fonds.  «Selon mes contacts avec le bailleur de fonds, on peut dire qu’on joue avec des budgets de 20 000 à 25 000 $ par communauté et que la répartition des fonds serait de 70 %/30 %, le 30 % étant pour les municipalités».


Linda Lowther a été embauchée par l’Association touristique Évangéline pour faire ce travail.  Lorsqu’elle aura complété sa tournée des régions, elle préparera ses rapports et commencera à dégager les idées maitresses pour chaque région et des estimations des coûts.  Puis, la consultante retournera dans chaque collectivité pour valider ces idées.  Par la suite, l’Association touristique Évangéline préparera une demande de financement globale en vue d’une approbation rapide. 




Edgar Arsenault, Zita Gallant et Henri Gallant étaient parmi les personnes qui ont participé à la consultation à Abram-Village le 15 janvier dernier.



- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images