FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 17 novembre 2020

- Laurent Rigaux

 

«C’est le moment d’utiliser tous les outils disponibles», selon Heather Morrison, alors que la seconde vague continue de faire des dégâts à l’ouest de la bulle Atlantique, aux États-unis et dans le reste du monde. Les masques deviennent obligatoires à l’Île-du-Prince-Édouard à partir de jeudi 19 novembre à minuit jusqu’au 15 février dans tous les lieux publics intérieurs. 

 

Les voyages pour Noël fortement déconseillés

 

Cela concerne par exemple les magasins, les gym, les restaurants (sauf quand on est à table), les églises, les taxis, les bus et tous les lieux publics. La médecin hygiéniste mentionne une approche coopérative et non punitive concernant cette obligation, même si des discussions sont encore en cours pour les contrôles. Les Insulaires ont montré depuis des mois qu’ils portent le masque par eux-même, ont souligné Heather Morrison et le Premier ministre Dennis King. 

 

Des exceptions sont prévues, pour les enfants de moins de deux ans et pour les personnes qui ont des restrictions médicales ou ne peuvent pas enlever un masque sans assistance. Heather Morrison demande de la compréhension et du respect envers les personnes qui ne peuvent pas porter un masque.

 

Les Insulaires sont aussi invités à télécharger l’application Alerte COVID sur leur téléphone, et à rester dans la bulle, voire même à l’Île, pour les fêtes de Noël, et à ne pas voyager sauf si cela est vraiment nécessaire. Les personnes voulant venir à l’Île devront déposer une demande avant le 1er décembre. 

 

«Personne n’a envie de porter un masque, convient la médecin hygiéniste en chef, en réponse à une question sur les anti-masques. Mais je dirais à ceux qui estiment que ce n’est pas nécessaire d’être prêts à répondre aux Insulaires quand on aura une transmission communautaire.» «Quand on voit ce qu'il se passe ailleurs, porter un masque ou télécharger une application semble mineur», a insisté le Premier ministre.

 

Transmission communautaire suspectée au Nunavut 

 

En début de conférence de presse, Dennis King a fait un bilan de la situation depuis mi-mars, insistant sur la situation dans le reste du pays. Le Nunavut a notamment vu apparaître 26 cas, avec une suspicion de transmission communautaire, et vient d’annoncer un confinement complet. Heather Morrison compare la COVID-19 à un ouragan, pour lequel on se prépare afin d’éviter les dégâts: «Ça m’inquiète», dit-elle en évoquant la seconde vague ailleurs au pays.

 

Il n’y a pas de nouveau cas à l’Île et trois cas sont encore actifs sur les 68 au total. Les efforts doivent continuer pour 6, 8 semaines. Heather Morrison rappelle que la limite de 20 personnes à l'intérieur n'est valable qu'avec le respect de la distance physique. Des modifications vont aussi entrer en vigueur pour les visites dans les établissements de santé et les centres de soins longue durée. Elles seront détaillées en ligne.


« La bulle demeure fragile», selon la médecin hygiéniste en chef, pour répondre à une question sur son maintien. Evidemment, cela dépend de l'évolution dans les provinces voisines. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images