FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 5 août 2020

- Par Jacinthe Laforest

Le Conseil canadien de la jeunesse agricole est à présent sur pied et compte 25 jeunes de partout au Canada, incluant une représentante de l’Île-du-Prince-Édouard, Ila Matheson, que l’on peut voir à la 3e rangée de la dernière colonne.  (Photos : Gracieuseté) 

 

De passage à l’Île-du-Prince-Édouard au début du mois de mars dernier, la ministre fédérale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire parlait avec enthousiasme de la création prochaine du tout premier conseil canadien de la jeunesse agricole.  Le conseil est dès à présent sur pied et compte 25 jeunes de partout au Canada, incluant une représentante de l’Île-du-Prince-Édouard, Ila Matheson. 

 

Comme environ 800 jeunes Canadiens issus du monde agricole, Ila Matheson a soumis sa candidature pour faire partie de ce tout nouveau conseil, dans l’espoir d’être sélectionnée.  «L’agriculture, c’est toute ma vie.  Ce conseil me donne une occasion d’avoir une incidence significative et durable sur la communauté agricole au sens large», confie la jeune agricultrice. 

 

En tant qu’organe de consultation auprès d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, le Conseil canadien de la jeunesse agricole aura l’occasion d’offrir des suggestions sur les priorités du gouvernement, de même que de mettre en évidence certains problèmes et de proposer des solutions sur les questions qui leur tiennent le plus à cœur, tout en développant, par le fait même, des compétences en leadership et des relations professionnelles.

 

Ila Matheson est particulièrement préoccupée par «la perception de l’agriculture et les idées fausses véhiculées dans les médias et la publicité mensongère» et elle espère pouvoir contribuer à mettrefin aux préjugés. 

 

Les membres du Conseil donneront leur avis sur une variété de sujets, qui pourraient comprendre : la façon dont le secteur s’adapte à la COVID-19, les programmes de gestion des risques de l’entreprise, l’agriculture durable, la diversification des marchés, les compétences et la main-d’œuvre, les transferts intergénérationnels d’exploitations agricoles et la santé mentale.  Le Conseil se réunira plusieurs fois par an, et une réunion inaugurale virtuelle est prévue pour août 2020.

 

Ila Matheson est la fille de George et Melaney Matheson, les propriétaires de la ferme Springwater Farm à Albion Cross, dans la région de St Peters, dans le comté de Kings.  «J’ai grandi dans notre ferme d’élevage de moutons où nous vendons des produits d’agneau et de peau de mouton à l’échelle locale.  Nous fabriquons de petites balles de foin et en vendons à des propriétaires de chevaux ou d’animaux domestiques», décrit la jeune femme. 

 

Sur le point d’entamer la quatrième année de son baccalauréat en agriculture, au «Dalhousie Agriculture Campus», elle poursuit une majeure en sciences animales et une mineure en sciences végétales.

 

Quand elle n’est pas à l’école, elle travaille à la ferme.  «Je travaille avec mes parents à la ferme familiale.  Je m’occupe à la fois de la production fourragère, de l’élevage et du tannage des peaux, ainsi que des activités quotidiennes de la ferme.  J’ai également amorcé une formation pour tondre les moutons».

 

Avec sa formation pour la tonte des moutons, ses activités pour le fonctionnement de la ferme, ses études à l’Université et sa participation à la production et la mise en marché de produits de la ferme, la jeune femme estime avoir une bonne compréhension de l’interconnexion des disciplines agricoles, une compréhension qui lui sera utile lors de la toute première réunion du tout nouveau conseil, plus tard au mois d’août. 

 

Pour sa part, la ministre Marie-Claude Bibeau s’est dite impatiente de discuter avec les membres du Conseil canadien de la jeunesse agricole. 

 

 

Ila Matheson.

L'Île-du-Prince-Édouard en images