FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 17 juin 2020

- Par Laurent Rigaux

La ministre des finances Darlene Compton.

 

La ministre des finances Darlene Compton a présenté mercredi 17 juin le budget 2020/21 à l’assemblée législative.  “C’est l’un des budgets les plus difficiles”, a-t-elle confié à la presse. Le déficit de 3,7 millions de dollars observé à la fin de l’année fiscale 2019/2020 explose pour atteindre 172,7 millions.  La pandémie de COVID-19 explique la situation. Les dépenses sont en hausse de 308 millions, dont 153 pour répondre à la crise sanitaire, devenue une crise économique. Sur ces 153 millions, 65 sont répartis dans tous les départements comme provisions, pour faire face à la suite de la pandémie.

 

Des investissements sont réalisés, notamment pour l’environnement et la lutte contre les changements climatiques. 5 millions sont annoncés pour le fonds de développement des transports actifs, 2 millions pour développer l’usage de l’énergie solaire, un million pour un nouveau fonds appelé Climate Challenge ou encore 300 000 dollars pour accroître le nombre d’abeilles dans la province. Mais globalement, le département de l’environnement est l’un de ceux dont l’augmentation de budget est la plus faible (+2,4% si l’on retire le million provisionné pour la COVID-19).

 

En ce qui concerne l’éducation, le gouvernement prévoit l’embauche de 24 enseignants et 15 assistants d’éducation (2 millions) et le lancement du programme de lunch (1,8 million). Des investissements sont également prévus pour améliorer les services en santé mentale et pour l’embauche de médecins, ainsi que pour améliorer les soins dentaires pour les séniors (1,25 million). Plus de 6 million de dollars sont alloués au plan pour le logement.

 

Pour accroître ses revenus et diminuer le choc financier de la pandémie, le gouvernement compte sur une augmentation des ressources fédérales. Ces dernières passent de 822 million à plus d’un milliard de dollars. Les ressources provinciales restent constantes, sachant que le gouvernement prévoit des mesures pour réduire les impôts des Insulaires les plus modestes, ainsi qu’une réduction des taxes pour les petites entreprises. Les taxes sur le tabac, par contre, vont augmenter.

 

Le déficit va perdurer jusqu’en 2023/24. Le gouvernement l’estime à 69,5 millions pour 2021/22, et à 38,4 millions pour 2022/23. La charge de la dette augmente également, pour retrouver son niveau d’il y a 4 ans, à 35%, contre 30,7 l’année passée.

L'Île-du-Prince-Édouard en images