FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 3 juin 2020

- Par Jacinthe Laforest

À 91 ans, Aline Caissie est fragile et facilement désorientée.  Privée de ses enfants depuis plusieurs semaines, ces derniers considèrent qu’elle a fait sa part.  Ses enfants s’opposent à ce qu’elle soit déménagée et obligée de partager sa chambre au foyer Summerset.

 

Lorsque Marcel Caissie et sa femme Denise ont entendu le ministre de la Santé et du Mieux-être déclarer que l’ancien foyer de soin de longue durée de Montague allait être remis en état pour y accueillir des résidents atteints de la COVID, ils ont presque sauté de joie.  Leur soulagement a été de courte durée. 

 

Le mardi 26 mai, Marcel et Denise ont suivi attentivement les travaux de l’Assemblée législative, diffusés en direct.  Depuis plusieurs semaines, Marcel Caissie se préoccupe du sort de sa mère, âgée de 91 ans.  «Comme personne-ressource entre le foyer Summerset où elle habite, et mes frères et sœurs, j’ai reçu un appel du Summerset pour m’informer que ma mère pourrait devoir changer de chambre.  Ils avaient identifié deux établissements dans la province, le foyer Prince Edward à Charlottetown, et le foyer Summerset, à Summerside, pour y créer des unités séparées où on isolerait les résidents de n’importe quel foyer dans l’éventualité qu’ils soient atteints de la COVID.  Tout de suite, j’ai été contre cette idée.  Je sais que ça serait terrible pour ma mère à cause de son tempérament, et que ça serait terrible pour toutes les autres personnes âgées.  J’ai entrepris d’alerter le public, de poser des questions, j’ai tenté d’obtenir des réponses, mais jusqu’à présent, on a été tenus dans le noir».

 

Espoir de courte durée

 

Donc, lorsque le 26 mai, Marcel a entendu le ministre de la Santé et du Mieux-être, James Aylward, affirmer que l’ancien foyer Riverview allait reprendre du service dans le contexte de la COVID-19, il a d’abord cru que la partie était gagnée.  Mais non.  Cet établissement pourra accueillir un maximum de 50 résidents, et les deux établissements précités sont toujours considérés dans le plan.  «Selon ce que je comprends, dès qu’un cas est déclaré, l’ensemble du plan sera mis en œuvre.  Je sais que toutes ces personnes qui prennent les décisions font de leur mieux et que leurs intentions ne sont pas de faire du mal aux personnes âgées, mais je pense que ce plan en particulier est mauvais.  Il met nos personnes âgées à risque, en faisant entrer la COVID sous leur toit».

 

D’autres familles sont concernées

 

Autre famille, même histoire.  «Je ne veux pas que ma mère soit déménagée», dit la fille d’une dame qui habite au Summerset, qui préfère rester anonyme.  «Pour ma mère, sa chambre, c’est sa maison.  Elle s’y sent en sécurité.  Et je sais, parce qu’on l’a vécu dans le passé, la changer de place mettrait son esprit en danger.  Elle a presque 100 ans et elle a mérité qu’on la laisse tranquille», a insisté cette dame. 

 

La mère de Marcel, Aline, habite dans le voisinage bilingue appelé «Villa familiale».  Selon ce que nous avons déduit des informations disponibles, les personnes logées dans cette unité seront relocalisées dans le voisinage appelé «Maison des amis».  C’est dans cette unité que Claire Bernard est logée.  Rejoint par téléphone le 26 mai, son mari Adrien disait n’avoir reçu aucun appel sur la possibilité d’un changement de chambre pour sa femme.  «Ça me surprend parce que dès qu’ils font un petit changement, ils me mettent au courant.  S’ils décidaient de mettre une autre personne dans sa chambre, je m’attendrais à être mis au courant».  Disant cela, il a affirmé qu’il allait tenter d’en savoir plus. 

 

Le Riverview à Montague devrait être prêt sous peu, a mentionné la directrice des soins infirmiers Marion Dowling.  L’établissement a été nettoyé, désinfecté, et réaménagé pour y accueillir les résidents atteints de la COVID qui n’ont pas besoin d’aller à l’hôpital, ou qui «ne veulent pas y aller», dit-elle dans les médias.  D’ici à ce que cet établissement soit prêt, les premiers cas seront logés à l’hôpital de Charlottetown. 

 

Selon les informations disponibles, il est possible de déduire que les unités «isolées» dans des établissements Prince Edward et Summerset sont graduellement libérées.  Si une éclosion devait se produire (un cas constitue une éclosion) les préparatifs seraient accélérés. 

 

«On n’a pas tellement d’information.  Dans les médias, ils disent qu’ils nous ont envoyé des lettres.  On n’a rien reçu du tout» dit Marcel Caissie. 

 

La province doit renoncer à cette idée

 

Marcel Caissie va continuer sa croisade jusqu’à ce que quelqu’un déclare que la province change de direction et qu’elle renonce à faire entrer la COVID-19 dans des établissements pleins de personnes âgées, fragiles et vulnérables. 

 

«C’est la seule option qui serait satisfaisante pour moi.  Je suis certain qu’il y a d’autres options pour prendre soin des personnes atteintes, tout en protégeant les personnes qui ne le sont pas», dit Marcel Caissie. 

 

Extraits de l’échange entre le député Gordon McNeilly et le ministre de la santé et du Mieux-être James Aylward à l’As-semblée législative le 26 mai dernier.  (Photos : Capture d’écran)

L'Île-du-Prince-Édouard en images