FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 28 avril 2020

- Par Jacinthe Laforest

 

Le pont de la Confédération est le seul lien fixe qui relie l’Île-du-Prince-Édouard au reste du continent, via le Nouveau-Brunswick à longueur d’année.  Depuis l’entrée en vigueur des mesures d’urgence sanitaires, et la mise en place de contrôles pour limiter les risques d’importer le virus en provenance d’autres provinces, le trafic sur le pont a été réduit de façon draconienne. 

 

Michel Le Chasseur, directeur général de la compagnie «Strait Crossing Bridge LTD», affirme que le trafic des véhicules à deux essieux est à 10 % de la normale.  «Actuellement, c’est très limité.  Par chance, le trafic des camions d’approvisionnement s’est maintenu, je dirais, à 85 ou 88 %.  C’est ça qui nous sauve la mise actuellement».

 

Michel Le Chasseur considère que les revenus perdus au cours des dernières semaines et des prochaines semaines ne seront jamais repris.  «Nous ne sommes pas à plaindre, cependant, et nous voyons les signes d’une reprise.  Ça se fera lentement, mais il y aura un retour à la normale.  Le trafic va augmenter.  Je pense qu’en automne, si tout va bien, ce sera meilleur.  Je ne peux pas dire si les tarifs sur le pontvont augmenter en raison de la perte de cette année.  Nous avons un contrat assez contraignant sur les hausses permises, qui sont d’habitude, liées à l’inflation», analyse Michel Le Chasseur, ajoutant que ces temps-ci, l’inflation est pratiquement nulle. 

 

Les gestionnaires du pont n’ont aucun contrôle sur les décisions qui sont prises.  Ils s’ajustent, comme tout le monde.  «Je travaille de chez-moi, et mon équipe en administration aussi.  Vous n’imaginez pas le surcroît de travail que ça occasionne.  Ce ne sont vraiment pas des vacances.  Mais je ne me plains pas.  Nous sommes choyés d’avoir si peu de cas sur l’Île», dit le grand patron. 

 

L’hiver est une saison difficile pour les structures comme le pont.  Ces temps-ci, des équipes se concentrent sur l’entretien, les travaux de maintenance, tout en respectant au maximum les consignes d’éloignement social. 

 

Aux automobilistes, Michel Le Chasseur recommande de suivre les directives de la province, sur les déplacements interprovinciaux, élaborées dans le processus d’approbation au préalable des déplacements vers la province, tout déplacement non essentiel de l’extérieur de la province vers l’Île-du-Prince-Édouard est interdit.  Les agents de la paix sont autorisés à forcer toute personne, qui tente d’entrer dans la province pour y effectuer un déplacement superflu, à rebrousser chemin et sont autorisés à exiger qu’une ou des personnes quittent la province immédiatement.  (www.princeedwardisland.ca/fr/information/justice-et-securite-publique/processus-dapprobation-au-prealable-deplacements-province).

 

De l’autre côté du pont, le Nouveau-Brunswick a lui aussi mis en place des restrictions pour tous les voyageurs qui arrivent de l’extérieur de la province.  Cela comprend les voyages interprovinciaux, territoriaux et internationaux.  À l’heure actuelle, des exemptions sont accordées à certaines personnes, mais cette situation est susceptible de changer.  Ces exemptions sont destinées à permettre la circulation continue des marchandises, la prestation continue des services essentiels ainsi que le déplacement des personnes qui ont besoin des soins de santé essentiels dans une autre province.  (www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/h-s/pdf/InterprovincialTerritorialInternationalTravelers-f.pdf).

 

Le trafic en provenance du pont de la Confédération est dérouté vers un poste de contrôle.  Plusieurs automobilistes portent des masques.  À droite, le gendarme Gavin Moore était en renfort le mardi 21 avril. 

 

Siège social de Strait Crossing à Borden-Carleton. (Photos : J.L.)

L'Île-du-Prince-Édouard en images