FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 8 avril 2020

- Par Laurent Rigaux

Ernie Hudson, ministre du Développement social. (Photo : Gouvernement de l'Î.-P.-É.)

 

Selon les informations données par Heather Morrison, mercredi 8 avril, il y a maintenant 25 cas positifs à l’Île. 17 personnes sont guéries.

 

Deux des nouveaux malades sont revenus d’un voyage à l’étranger, et ils se sont auto-isolés dès leur retour. Il s’agit d’un homme dans la vingtaine et d’une femme dans les 70 ans.

 

Le troisième, un homme dans la cinquantaine, est le premier cas lié à un voyage inter-provincial, ce qui montre « l’importance de s’auto-isoler dès qu’on arrive à l’Île », selon Heather Morrison.

 

Il n’y a toujours aucun cas de transmission communautaire dans le province. 1574 tests ont été effectués, 1445 sont revenus négatifs de Winnipeg (dont 449 hier), 104 sont en attente. Ces résultats sont un « soulagement » pour Heather Morrison qui encourage les Insulaires à continuer leurs efforts, surtout à l’approche de Pâques. «La transmission communautaire reste possible, prévient-elle. Vous ne devez pas rendre visite à des gens qui ne vivent pas avec vous.»

 

Interrogée sur les prévisions et sur les modèles de propagation de la pandémie à l’Île, la médecin-hygiéniste en chef déclare que ces études sont en cours et qu’elle espère pouvoir donner des informations prochainement. Elle rappelle aussi que les masques artisanaux ne protègent pas ceux qui les portent, mais ceux qui sont autour. Ils ne remplacent pas l’éloignement physique et le lavage des mains, mais peuvent être utilisés en complément dans les endroits comme les supermarchés ou les transports publics pour freiner la propagation de l’épidémie par les personnes sans symptômes.

 

Violences familiales : l’aide reste disponible

 

En fin de journée, les ministres Nathalie Jameson, Ernie Hudson et Bloyce Thompson ont fait un point rapide sur la prévention de la violence familiale. «Ça existe dans nos communautés, et ça existera encore après la Covid-19», lance le ministre Thompson. Il appelle toutes les personnes qui sont en danger à appeler le 911, «n’y réfléchissez pas deux fois».

 

Un comité spécial sur le sujet est créé pour s’assurer que les parents, les enfants ou les personnes victimes de violences aient les ressources nécessaires. «Nous réduisons les contacts, pas le soutien», affirme Ernie Hudson, ministre du Développement social.

 

La province a également acheté 150 licences pour le programme d’aide aux parents «Triple P». Des sessions de 30 à 60 minutes sont disponibles gratuitement, en anglais et en français, avec des conseils spécifiques pour s’occuper des enfants pendant la pandémie. Ceux qui en ont besoin peuvent y accéder en suivant ce lien : www.triplep-parenting.ca/can-en/find-help/triple-p-parenting-in-prince-edward-island/.

 

La ministre Jameson, responsable du Statut de la femme, assure que celles qui doivent fuir leur domicile pour rejoindre un refuge trouveront le soutien dont elles ont besoin. Les places sont cependant limitées à la Anderson House ou au refuge de Lennox Island. Ernie Hudson déclare, sans donner de détails, que des lieux ont été réservés dans la province, pour faire face à une augmentation du nombre de personnes à héberger. Cinq familles seraient d’ores et déjà logés dans des chambres d’hôtel autour de Charlottetown.

 

Si vous avez besoin d’aide, voici une liste de ressources :

- 911 en cas de danger immédiat

- Services de protection de l’enfance : 1-877-341-3101 ou 1-800-341-6868 (24h) (il est obligatoire de signaler des cas d’abus ou de négligence envers des enfants)

- Pour accéder à un refuge : 1-833-220-4722

 

- Plus d’informations : www.princeedwardisland.ca/familyviolenceprevention

L'Île-du-Prince-Édouard en images