FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 26 mars 2020

- Laurent Rigaux / Initiative de journalisme local - APF – Atlantique

Heather Morrisson. (Photo : Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard)

 

En date du 26 mars, 9 personnes sont touchées par la maladie, confirme le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard.

 

Il s’agit de quatre hommes, âgés de 55 et 70 ans, qui sont tous revenus de voyage à l’étranger : deux d’Europe, un des États-Unis et un des Caraïbes. Ils sont rentrés à l’Île il y a une semaine environ et ont développé des symptômes une fois sur place. «Ils se sont auto-isolés dès leur arrivée», a souligné Heather Morrison. Leurs symptômes sont typiques (fièvre, toux, courbatures) et ne nécessitent pas d’hospitalisation. Deux habitent dans le comté de Queens, les deux autres dans le comté de Prince.

 

La province compte désormais 9 cas de COVID-19, dont 6 apparus en deux jours seulement. Une personne est considérée comme rétablie. Heather Morrison s’attend à ce que le nombre de cas positifs augmente, rendant le suivi des parcours et des contacts de chacun plus compliqué. «C’est pour cela qu’il est très important de s’auto-isoler comme ils l’ont fait», souligne-t-elle, avant de présenter en contre-exemple le cas de cet homme à Terre-Neuve qui en a contaminé des dizaines d’autres en se rendant à des funérailles.

 

Heather Morrison n’a pas donné de détails sur les vols par lesquels ces nouveaux malades sont revenus au pays (les 4 d’aujourd’hui et les 2 annoncés hier). Ces informations seront directement mises en ligne à cette adresse sur le site du gouvernement.

 

Un peu plus tôt dans l’après-midi, elle avait dressé un bilan à l’échelle du pays où la pandémie a contaminé près de 3900 personnes et en tué 39. «2,6% des malades sont aux soins intensifs», a noté la médecin-hygiéniste en chef de la province. Elle attendait à ce moment-là 212 résultats du laboratoire de Winnipeg pour 556 tests effectués au total.

 

Une décision pour les écoles à la fin de la semaine

 

La liste des services considérés comme essentiels a été mise à jour pour être «plus cohérente» avec ce que font les autres provinces. Par ailleurs, une partie des ressources mises en ligne sur le site du gouvernement est maintenant disponible en français, notamment l’outil d’autoévaluation.

 

En début d’après-midi, la médecin-hygiéniste en chef a aussi voulu rassurer sur ses intentions concernant les magasins d’alcool. «En tant que médecin, je me soucie des problèmes de dépendance qui touchent beaucoup d’Insulaires, a-t-elle assuré. Il est difficile de trouver une seule famille qui n’ait pas été touchée par des soucis d’alcoolisme dans cette province, y compris la mienne.»

 

Toutes les succursales avaient fermé le 19 mars en attendant qu’une solution soit trouvée pour protéger les employés. Une première a rouvert le 24 mars à Charlottetown, avec des horaires aménagés. Les magasins privés, situés notamment dans des dépanneurs et des épiceries, ainsi que dans les brasseries, ne sont pas touchés par la mesure.

 

Alors que les écoles sont fermées jusqu’au 6 avril, elle a déclaré qu’une décision serait prise d’ici la fin de la semaine sur une éventuelle prolongation.

L'Île-du-Prince-Édouard en images