FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 20 mars 2020

- Laurent Rigaux – Initiative de journalisme local - APF

Heather Morrisson.  (Photo : Courtoisie du Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard)

 

La médecin-hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard a profité de sa conférence de presse quotidienne du 20 mars sur la COVID-19 pour demander aux parents d’être particulièrement vigilants à l’approche de la fin de semaine. «Les enfants peuvent tomber malade et transmettre le virus», a-t-elle rappelé.

 

Heather Morrison comprend l’impatience des plus jeunes et le besoin d’être dehors, mais tient à ce que l’éloignement social soit respecté : «Il faut que les enfants évitent de se réunir, pas de soirées-pyjama. Ce qu’on fait aujourd’hui diminuera l’impact de l’épidémie dans les semaines à venir».

 

Visiblement fatiguée après cette semaine intense à l’Île, elle s’est confiée brièvement sur son ressenti : «Mes enfants me manquent, je ne les vois pas beaucoup en ce moment. C’est dur, et ça continuera à être dur.»

 

Le vol Air Canada 7564

 

Elle a également donné une mise à jour sur les tests de dépistage effectués à l’Île. En tout, 240 ont été effectués en date de vendredi matin, 167 sont revenus négatifs, deux sont positifs et 71 en attente. Concernant le vol avec lequel le second cas est entré dans la province : il s’agit du vol Air Canada 7564 du 11 mars, parti de Toronto à 9h et arrivé à Charlottetown à 12h28.

 

«Toutes les personnes à bord qui revenaient de l’étranger doivent s’auto-isoler, a expliqué la médecin-hygiéniste en chef. Ceux qui n’étaient pas en dehors du pays doivent surveiller l’apparition de symptômes». Elle reste confiante, car la personne aujourd’hui malade, un homme dans la quarantaine revenu du Royaume-Uni, ne présentait pas de symptômes avant son arrivée. «Les deux malades vont bien», a-t-elle précisé.

 

Heather Morrison fait deux demandes aux Insulaires qui ne sont pas confinés. D’une part, de donner du sang afin d’éviter une éventuelle pénurie dans les semaines à venir et de ne pas faire des stocks de médicaments.

L'Île-du-Prince-Édouard en images