FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 30 septembre 2019

- Par Jacinthe Laforest

Lawrence MacAulay, député de Cardigan depuis 1988, était ministre des Anciens Combattants à la dissolution du gouvernement.  Inutile de dire qu’il était ravi d’accueillir le chef libéral Justin Trudeau non seulement dans sa circonscription, mais aussi dans sa propre ferme, située à St. Peters.  (Photo : J.L.)

 

Moins d’une semaine après le déclenchement officiel de la campagne électorale, le premier ministre sortant, Justin Trudeau, a fait une visite éclair dans la circonscription de Cardigan, détenue par Lawrence MacAulay depuis des lustres.  L’événement public a eu lieu à la ferme de Lawrence MacAulay, à St-Peters Bay, le mardi 17 septembre, dans le froid, le vent et la pluie occasionnelle. 

 

«Le choix qui s’offre à vous, c’est de continuer à construire sur les progrès réalisés au cours des quatre dernières années, ou de retourner aux politiques des années Harper», a dit Justin Trudeau, devant des partisans enthousiastes malgré le froid. 

 

Maître dans l’art de faire une entrée remarquée, Justin Trudeau est sorti de la maison de Lawrence MacAulay au son de la chanson thème de sa campagne, en serrant des mains, arborant un blouson noir avec le mot Canada brodé dans le dos.  À son habitude, il s’est arrêté auprès de quelques personnes pour prendre des égoportraits, sans pour autant interrompre le rythme de son avancée parmi les gens. Il a pris des enfants dans ses bras, fait de nombreuses accolades et présenté ses dents blanches aux photographes, pour finalement prendre place sur le podium et prendre la parole. 

 

Défense du bilan libéral

 

«Après 10 ans de politiques conservatrices qui ne fonctionnaient pas, l’économie canadienne était au neutre.  La croissance économique, la création d’emplois, les salaires, rien de tout ça ne bougeait parce que le gouvernement conservateur croyait que l’austérité et les coupures étaient la réponse à tout.  En 2015, vous avez choisi une autre approche qui fonctionne pour l’ensemble du Canada, pour l’Île-du-Prince-Édouard et pour l’Atlantique», a soutenu Justin Trudeau. 

 

Le premier ministre sortant a rendu hommage aux citoyens de l’Île, qui se sont relevé les manches pour faire face aux dommages causés par Dorian.  Il a affirmé que contrairement à Stephen Harper, qui parlait de culture défaitiste des Canadiens de l’Atlantique, lui même voyait des «gens honnêtes qui travaillent fort».   

 

«Plus tôt cet été, j’étais à Charlottetown pour annoncer de nouveaux emplois.  Cela veut dire que vos jeunes qui veulent du travail n’auront plus besoin de s’exiler pour en trouver.  Nos politiques de création d’emplois et d’investissement fonctionnent pour vous», a affirmé Justin Trudeau. 

 

Le premier ministre a aussi rappelé que son gouvernement a été là pour les jeunes, pour l’environnement, et pour les aînés.  «Nous étions là pour ramener à 65 ans l’âge de la retraite, après que Stephen Harper ait annoncé, depuis la Suisse, qu’il allait reporter à 67 ans l’âge de la retraite et du versement des pensions.  Et nous sommes aussi là pour l’environnement.  Nous investissons dans les énergies vertes, nous travaillons pour réduire l’usage du plastique, tout comme vous, qui êtes la première province à bannir entièrement l’usage des sacs de plastique à usage unique», a scandé Justin Trudeau, applaudi par la foule. 

 

Dans cette foule, justement, il y avait Vincent Torres.  «Je suis libéral, mais libéral vert.  J’aimerais que le parti soit plus consistant dans ses politiques environnementales», a indiqué ce Canadien originaire d’Espagne, qui a une propriété à Victoria By The Sea ainsi que tout près de la ferme de Laurence MacAulay, à St Peters. 

 

Des promesses pour les familles

 

Plus tôt dans la journée du mardi 17 septembre, Justin Trudeau était à Terre-Neuve-et-Labrador pour annoncer qu’un gouvernement libéral réélu :

 

• versera jusqu’à 1 000 $ de plus aux familles, afin de les aider, au moment où le coût d’élever les enfants est le plus cher, en augmentant de 15 % l’allocation canadienne pour enfants (ACE) pour les enfants de moins d’un an;

 

• veillera à ce que les familles aient plus d’argent tout de suite, en rendant non imposables les prestations de maternité et les prestations parentales;

 

• rendra plus équitables les congés payés pour les familles, en instaurant un congé de 15 semaines pour les parents adoptifs, afin qu’ils reçoivent autant en prestations que les autres parents pour prendre soin de leurs enfants.

 

Ces mesures importantes s’harmonisent à une vision à long terme consistant à aider les familles qui en ont le plus besoin.  «Nous travaillerons, au cours de la première année de notre mandat, à instaurer un congé familial payé garanti, un programme ambitieux qui veillera à ce que les parents qui ne sont pas admissibles à un congé payé par le biais de l’assurance emploi (AE) ou qui n’en reçoivent pas suffisamment, que ce soit parce qu’ils se retrouvent entre deux emplois, gagnent peu ou n’ont pas accumulé assez d’heures travaillées, reçoivent un revenu garanti pendant la première année de vie de leur enfant.  Cela signifie que chaque parent canadien pourra se permettre de passer la première année à la maison avec son enfant», a dit le chef libéral. 

 

À Saint John’s TNL et de nouveau à St Peters, Justin Trudeau a dit que «les conservateurs comme Andrew Scheer et Doug Ford aiment dire qu’ils sont pour les gens, mais à la première occasion, ils coupent les impôts des plus riches et coupent dans les services sur lesquels les familles canadiennes comptent.  Nos enfants méritent le meilleur départ possible dans la vie, et c’est exactement ce que notre annonce d’aujourd’hui leur propose».

 

L'Île-du-Prince-Édouard en images