FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 19 juin 2019

- Par Ericka Muzzo

La lieutenante-gouverneure Antoinette Perry a lancé la 66e assemblée générale de l’Î.-P.-É., vendredi dernier, en prononçant son deuxième discours du Trône. Il y était question de collaboration, d’inclusion et de priorités communes aux trois partis siégeant à l’Assemblée législative. (Photo : E.M.)

 

Pour la première fois dans l’histoire contemporaine de la province, c’est un gouvernement progressiste-conservateur minoritaire qui a lancé la 66e assemblée générale de l’Île-du-Prince-Édouard.  Ces circonstances appellent à un grand esprit de collaboration de la part des trois partis de l’Assemblée législative. 

 

Le discours du Trône, prononcé le vendredi 14 juin par la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry, se veut un reflet de cette situation inédite. 

 

«Les résultats historiques de la récente élection ont prouvé clairement que l’Île-du-Prince-Édouard abrite une multitude de voix, d’opinions et de points de vue.  L’exercice électoral et les semaines qui ont suivi ont démontré que nous, en tant que leaders et représentants, sommes capables de collaborer dans l’intérêt des Insulaires, malgré nos différences d’opinions», insiste le discours de 19 pages, qui comporte 14 occurrences de termes liés au mot «collaboration». 

 

Plusieurs thèmes, mais peu de délais

 

Le gouvernement de Dennis King s’est assuré que le discours fasse une place aux demandes du parti de l’opposition et du troisième parti, respectivement les Verts et les Libéraux. 

 

Ainsi, on y retrouve des thèmes chers à Peter Bevan-Baker, tels que le logement, la lutte à la pauvreté et la lutte aux changements climatiques.  La santé et l’éducation y sont considérées comme les priorités du parti sortant, et de son chef par intérim, le libéral Robert Mitchell. 

 

«Le discours du Trône était rempli d’intentions louables, et d’une vision charmante pour la province.  Le défi est maintenant d’en tirer un plan, et notre travail en tant que parti de l’opposition sera de nous assurer que la législation ap-propriée soit mise en place pour qu’on assiste à des mesures concrètes», nuance le chef du Parti Vert, Peter Bevan-Baker.  Il déplore un manque de détails et de cibles temporelles dans le discours du Trône, qui indique les priorités du nouveau gouvernement. 

 

Les Insulaires pourront tout de même s’attendre à quelques objectifs concrets d’ici les six prochains mois : la création d’un groupe pour examiner une réforme du mode de fonctionnement de l’Assemblée législative, la mise en place de recommandations clés pour éliminer la pauvreté, la création d’outils éducatifs et la formation des membres de l’Assemblée au sujet de la Loi sur la protection des terres, et finalement des consultations au sujet de l’établissement d’une réserve foncière des terres et au sujet du régime réglementaire de la Loi sur l’eau, en prévision de sa mise en œuvre complète. 

 

Les Progressistes-Conservateurs devraient aussi faire paraître d’ici deux semaines leur premier budget, qui indiquera la répartition des fonds pour accomplir l’ensemble des objectifs visés par le discours du Trône. 

 

Les élus progressistes-conservateurs, verts et libéraux ont siégé pour une première fois dans l’Assemblée législative, où ils ont écouté avec attention la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry prononcer le discours du Trône. (Photos: E.M.)

 

Équité pour tous les Prince-Édouardiens 

 

Ce gouvernement «axé sur la collaboration» semble miser grandement sur l’équité dans la répartition des richesses de l’Île-du-Prince-Édouard.  Ainsi, un programme pilote de revenu garanti sera lancé comme moyen d’éradiquer la pauvreté, une demande de longue date de plusieurs groupes communautaires. 

 

Conformément à sa pro-messe électorale, le premier ministre Dennis King prévoit placer le «complexe provincial de santé mentale» en tête de liste des projets d’infrastructure.  Le budget d’immobilisation, qui pourrait paraître au mois de novembre, détaillera les fonds consacrés à chaque projet d’infrastructure. 

 

Pour la communauté acadienne et francophone, ce pourrait être l’occasion de mettre de l’avant les besoins de rénovations à l’école Évangéline.  «J’en ai discuté brièvement avec l’élu de la circonscription, Sonny Gallant, et j’en ai entendu parler au cours de la campagne électorale.  J’ai l’intention d’aller voir l’école par moi-même, et bien sûr le budget d’immobilisation sera le moment où l’école pourra avoir l’attention qu’elle mérite», indique Dennis King. 

 

Le premier ministre a rencontré la semaine dernière la présidente de la Société Saint-Thomas-d’Aquin, Colleen Soltermann, qui lui a fait part de quelques-unes des priorités de la communauté.  «Le modèle de centre scolaire communautaire est vraiment spécial, et c’est quelque chose qu’on pourrait éventuellement penser étendre au reste de la province.  Je désire travailler de près avec les francophones, et je suis ouvert à savoir ce que je peux faire de plus en tant que premier ministre», assure Dennis King. 

 

Dans son discours du Trône, la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry a cité quelques extraits dans la langue de Molière, et fait mention du Congrès mondial acadien 2019.  C’est que la vision du nouveau gouvernement se veut «diversifiée dans sa nature, mais unifiée dans son objectif», en collaboration non seulement entre les partis politiques, mais aussi avec tous les peuples de l’Île-du-Prince-Édouard. 

 

Colin LaVie est le nouveau président de l’Assemblée législative de l’Î.-P.-É. Il a été élu par ses collègues de la 66e législature. 

 

Quelques membres du groupe Extinction Rebellion, qui milite pour davantage d’actions gouvernementales dans le domaine de l’environnement, a manifesté devant l’Assemblée législative vendredi dernier.  (Photos : E.M.) 

L'Île-du-Prince-Édouard en images