Actualités
02 avril 2019
Le 2 avril 2019
- Par Ericka Muzzo

La rumeur d’une élection provinciale devancée planait depuis un certain temps déjà. Elle a été confirmée le mardi 26 mars dernier. Le chef du Parti libéral, Wade MacLauchlan, en a fait l’annonce lors de l’assemblée d’investiture d’un candidat de son parti à Charlottetown. Cela laisse donc 28 jours aux quatre partis pour présenter leurs plateformes électorales et faire campagne auprès des votants. À l’Î.-P.-É., la période électorale doit impérativement se situer entre 26 et 32 jours. Normalement, les élections provinciales auraient dû avoir lieu le premier lundi d’octobre 2019. Elles auraient toutefois chevauché la période des élections fédérales, prévues pour le lundi 21 octobre 2019. Le premier ministre sortant a dû choisir une autre date, qui sera celle du 23 avril 2019. 


C’est également à ce moment que les électeurs devront se prononcer sur le référendum concernant une réforme du mode de scrutin. La campagne référendaire a été lancée le 1er février dernier, et les groupes pour ou contre le changement du système de vote se font entendre depuis. 

Plateformes et promesses

En plus des panneaux électoraux qui se multiplient dans les rues de la province, les quatre partis – Parti libéral, Parti progressiste-conservateur, Parti vert et Nouveau Parti démocratique – présenteront dans les semaines à venir leurs programmes électoraux. Certains ont déjà commencé à le faire, les Libéraux ayant dès le 27 mars présenté leur plateforme économique. 

Au pouvoir depuis 2007, le parti se place troisième dans les intentions de vote avec 27 % d’appuis, d’après un sondage paru au mois de mars. Réalisé par la firme «Corporate Research Associates» (CRA), il place le Parti vert et son chef, Peter Bevan-Baker, en tête avec 38 % des intentions de vote parmi les électeurs ayant fait leur choix.

Le Parti progressiste-conservateur, mené par son nouveau chef Dennis King, récolte 29 % des intentions de vote. C’est un bond de 9 % depuis septembre. Le NPD se place en quatrième position avec 7 % des électeurs qui prévoient voter pour le parti et son chef, Joe Byrne. 

Il est à prévoir que les partis multiplieront les promesses électorales et les annonces d’ici le 23 avril. La session parlementaire qui devait débuter le 2 avril est repoussée jusqu’après les élections. L’Assemblée législative a également été dissoute, et comptait 16 députés libéraux, 8 progressistes-conservateurs, 2 verts et 1 indépendant.