Actualités
06 mars 2019
Le 6 mars 2019
- Par Ericka Muzzo


Comme le veut la tradition, la cérémonie d’ouverture a été immortalisée par une photo en compagnie du drapeau acadien. De gauche à droite, la présidente de la SSTA Colleen Soltermann, le ministre de la Main-d’oeuvre et des Études supérieures Sonny Gallant, la maîtresse de cérémonie Monique Lafontaine et la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry. (Photo : Gracieuseté)

 

Sans tambour ni trompette, le gratin francophone de la province s’est réuni le vendredi 1er mars à la Maison du gouvernement pour proclamer l’ouverture officielle des «Rendez-vous de la Francophonie» (RVF), qui ont lieu du 1er au 31 mars.  À l’aube d’une année qui promet d’être chargée pour l’Île-du-Prince-Édouard, avec entre autres le Congrès mondial acadien 2019 (CMA) et le 100e anniversaire de la Société Saint-Thomas-d’Aquin (SSTA), cette 21e édition a un petit arrière-goût politique. 

Car 2019 est également le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles, comme plusieurs l’ont noté dans les discours précédant l’ouverture officielle des RVF.  «C’est une occasion de faire résonner notre fierté d’être francophones et acadiens, et de souligner que les deux langues sont au cœur de l’identité canadienne.  Permettons à tous de goûter à la vibrante et dynamique communauté francophone insulaire», a suggéré la lieutenante-gouverneure, Antoinette Perry, dans sa demeure de Fanningbank.

Comme l’a souligné la maîtresse de cérémonie, Monique Lafontaine, plus de 3000 activités en français auront lieu à travers le pays durant tout le mois de mars.  «On a souvent tendance à rester dans notre coin, mais là il y aura des événements incroyables à travers toute la province.  C’est une occasion encore une fois de montrer à quel point notre communauté est vivante, et aussi d’y inviter les gens qui ne sont ni francophones ni francophiles», note celle qui est aussi présidente de la Fédération culturelle de l’Î.-P.-É.(FCÎPÉ). 

À ses yeux, il s’agit certainement de mettre en valeur la langue française, mais aussi la culture acadienne, qui se reflète différemment dans chaque communauté.  «Certaines activités sont plus traditionnelles, alors que d’autres, comme le Carnaval en promenade, sont un vent de renouveau.  On garde certaines traditions, mais on essaye aussi d’en créer de nouvelles», constate-t-elle. 

Une atmosphère chargée

Partout au pays, les RVF s’ouvrent sur un climat particulier pour les communautés francophones minoritaires.  Des tensions ont éclos dans plusieurs endroits au cours des derniers mois, et à l’aube d’une année d’élections fédérales et provinciales pour l’Î.-P.-É., cela donne peut-être aux activités du mois de mars une importance renouvelée. 

«L’atmosphère cette année donne des défis aux communautés francophones, et des événements comme ceux-ci font valoir notre langue et notre culture.  Il faut s’afficher et être fiers» affirme la présidente de la SSTA, Colleen Soltermann.  Elle espère voir aucours du mois un fort dialogue avec les francophiles et les anglophones.  «La culture, ce n’est pas seulement la langue, mais aussi la joie de vivre de la communauté acadienne et francophone qui se traduit bien dans la participation de tous», expose-t-elle. 

Elle s’accorde pour dire que les événements du mois de mars seront en quelque sorte une «rampe de lancement» pour une année bien remplie en activités francophones.  «Il est très important cette année de s’afficher.  On a certains services en français à l’Île, on veut encourager le gouvernement à continuer d’augmenter ce nombre.  L’année prochaine, ce sera le 300e anniversaire de la présence d’Acadiens et de francophones dans la province, on en est fiers et on compte sur l’appui du gouvernement pour continuer à créer des liens», ajoute Colleen Soltermann. 

C’est également l’objectif de la lieutenante-gouverneure, Antoinette Perry, qui voit dans les RVF une occasion idéale pour unir les cultures et mettre l’accent sur le fait que le Canada possède bel et bien deux langues officielles.  «Nos communautés sont multiculturelles, et lorsqu’on se sent bien dans sa peau et dans sa culture, on peut encore mieux accueillir les autres et faire preuve d’ouverture.  J’encourage tout le monde à assister aux activités, car c’est là que se créent les liens», souligne-t-elle. 

Pour un aperçu des activités qui se dérouleront à travers la province du 1er au 31 mars, rendez-vous sur le site Web www.rvf.ca, sous l’onglet «calendrier». 

À la suite de la cérémonie, les participants ont pu profiter d’un thé à l’anglaise dans une des salles de la Maison du gouvernement.




L’audience s’est levée pour entonner en coeur l’Ave Maris Stella, le chant national acadien choisi en 1884 à Miscouche, lors de la deuxième Convention nationale des Acadiens. (Photos: E.M.)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités