FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 29 janvier 2019

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blain Higgs, qui participait pour la première fois à une réunion du Conseil des premiers ministres de l’Atlantique, a avoué, d’entrée de jeu, qu’il avait quelques appréhensions au départ, mais que finalement, il avait été accueilli comme un partenaire prêt à jouer son rôle pour le développement de la région tout entière. 

«Nous ne sommes pas de la même parenté politique, mais certainement nous avons la région à cœur et c’est ce que j’ai découvert en participant à cette rencontre.  L’Atlantique n’est pas à la traîne du reste du Canada.  Nous avons été des leaders dans le passé et j’ai vu ici une volonté de remettre le Canada Atlantique sur la carte», a-t-il dit, dans des propos qui n’étaient pas sans rappeler le slogan «Make America Great Again» du président des États-Unis, Donald Trump. 

En conférence de presse à la fin de leur rencontre de quelques heures, réparties sur deux jours (et trois repas) à Charlottetown, les quatre premiers ministres de l’Atlantique ont montré un front commun sur plusieurs dossiers jugés importants, comme l’énergie et les meilleures façons de maximiser sa production et son acheminement efficace vers la demande, par l’aménagement de «corridors» d’énergie et de service publics. 

La nécessité de mettre à profit les énergies propres a été reconnue par tous, en particulier la nécessité de faire en sorte que les citoyens profitent des formes d’énergie propre que la région Atlantique offre dans l’ensemble : l’éolien, l’hydroélectricité, l’énergie marée motrice et le nucléaire, qui participent à la réduction des gaz à effet de serre (GES). 

«Il est essentiel, pour développer au maximum nos ressources d’énergie propre, d’en assurer le transport fiable, efficace et coordonné», ont dit les quatre premiers ministres dans le communiqué final.  Le premier ministre Wade MacLauchlan a précisé trois critères en «able» qui devraient s’appliquer à l’énergie produite en Atlantique : renouvelable, abordable et fiable. 

«La question de l’énergie est cruciale pour toutes les provinces, mais en particulier pour nous à Terre-Neuve-et-Labrador.  Je suis heureux des progrès, car nous ne pouvons pas espérer attirer des investisseurs et créer des emplois sans être capables de garantir un approvisionnement fiable en énergie», a dit le premier ministre Dwight Ball de Terre-Neuve et Labrador.

En santé

En matière de santé, les premiers ministres ont semblé très conscients des caractéristiques régionales qui font que la planification et la livraison des soins de santé sont de réels défis.  Le manque de ressources humaines, le vieillissement de la population et les maladies chroniques plus courantes qu’ailleurs au Canada s’ajoutent au fardeau déjà lourd d’assurer des soins de santé constants et compétents. 

Les premiers ministres disent que depuis une dizaine d’années, des progrès «considérables» ont été réalisés pour l’harmonisation des formulaires et l’amélioration de l’accès à la protection relative aux médicaments sur ordonnance pour la population, mais qu’il y a encore du travail à faire, notamment sur la reconnaissance des compétences d’une province à l’autre. 

«Franchement, nous ne voyons pas pourquoi un professionnel de la santé pourrait exercer dans une province et pas dans l’autre, alors que nous sommes, après tout, dans le même pays.  C’est une question pour les ordres des professions médicales de chaque province», a précisé le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil.

En même temps qu’ils se réjouissent que le fédéral étudie actuellement les possibilités d’établir un régime national d’assurance-médicaments, les premiers ministres ont averti qu’il n’est pas question pour eux d’accepter un program-me qui ne prévoirait pas un financement fédéral bien défini et qui imposerait un fardeau supplémentaire ou disproportionné sur les Canadiens et les Canadiennes de la région de l’Atlantique.

Commerce mondial

Au chapitre du commerce mondial, les premiers ministres ont discuté des difficultés et des possibilités associées aux récents développements en matière de commerce pour l’économie régionale. 

Dans la dernière année, plusieurs nouveaux accords de commerce international sont entrés en vigueur, affectant du même coup, positivement ou négativement, la place que les entreprises de l’Atlantique occupent sur les marchés.  Les gouvernements des provinces de l’Atlantique continuent donc de défendre et promouvoir les intérêts des entreprises, des travailleurs et des établissements d’enseignement de la région sur les principaux marchés, dont ceux des États-Unis, de l’Asie et de l’Europe. 

Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan.


Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil.




Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blain Higgs.




Le premier ministre de Terre-Neuve et Labrador, Dwight Ball.  (Photos : J.L.)


- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images