FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 12 mars 2014
La ministre fédérale de Pêche et Océans, Gail Shea, également députée conservatrice d’Egmont, s’est adressée aux pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard le 28 février dernier, lors du banquet de la réunion annuelle de l’Association provinciale des pêcheurs qui avait lieu à Charlottetown.  

Elle a d’abord rappelé aux pêcheurs que le budget fédéral présenté quelques semaines auparavant prévoyait un ajout de 40 millions de dollars pour la réparation de ports de petits bateaux de pêche.  «Nous savons que c’est important pour vous d’avoir accès à des installations portuaires adéquates.  Nous avons donc mis plus d’argent dans ce programme.»

La ministre a aussi rappelé que les pêcheurs qui participent aux efforts de recherche et sauvetage lorsqu’un pêcheur manque à l’appel ou qu’il est en difficulté ont maintenant droit à un crédit d’impôt de 3 000 $.  «Ce n’est pas un gros crédit, mais cela reconnaît vos efforts et je sais que plusieurs d’entre vous font partie de ces pêcheurs qui sortent lorsque tous les autres rentrent au port, pour aider et sauver des vies», dit la ministre.  

La ministre Gail Shea n’a pas sorti de son sac des solutions magiques à tous les problèmes auxquels les pêcheurs et l’industrie font face.  Les prix, les débarquements et les marchés ont tendance à fluctuer de façon peu avantageuses pour les pêcheurs.  Mais selon la ministre Gail Shea, l’accord d’échanges commerciaux avec l’Europe pourrait ouvrir des marchés encore inexploités vers 500 millions de nouveaux clients.  De plus, ce marché, une fois ouvert, réduirait de plusieurs millions de dollars les tarifs d’importation et d’exportation. 

«Je suis contente que les pêcheurs approuvent la perception de 1 sou par livre de homard pour faire du marketing.  Nous avons vraiment besoin de faire de la promotion pour notre homard.  Aux États-Unis, lorsque le homard canadien se vendait très peu cher, j’ai entendu des vendeurs me dire que le homard canadien n’était pas de bonne qualité.  À Taïwan, on ne sait même pas qu’il y a du homard au Canada et encore moins à l’Île-du-Prince-Édouard.  Nous avons vraiment beaucoup de marketing à faire», dit la ministre.  

Un autre dossier très cher au cœur de Gail Shea est celui des propriétaires qui contrôlent des flottes de bateau.  «Il y a sept ans, notre ministère avait donné à ces propriétaires sept ans pour changer leurs façons de faire et à compter de 12 avril 2014, nous n’accorderons aucun permis de pêche aux propriétaires-contrôleurs», a-t-elle affirmé.   

Tout au long de son allocution, elle a rappelé qu’elle souhaitait travailler de concert avec l’industrie et collaborer pour trouver des solutions aux nombreux défis de cette industrie importante.  


Gail Shea révise ses notes quelques minutes avant de monter sur scène pour parler aux pêcheurs.  


Gail Shea a reçu une caricature signée Wayne Wright qui l’a fait bien rire.

- Par Jacinthe Laforest -

L'Île-du-Prince-Édouard en images