Culture
12 mai 2021 Par Jacinthe Laforest
«ManifestJeunesse 2.0» sera diffusé en direct sur Facebook le mardi 8 juin à 19 h

En cette période de pandémie, la Fédération culturelle de l’Î.-P.-É., en partenariat avec Jeunesse acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., a décidé de revisiter son concept «ManifestJeunesse» mis au point durant les années 2015-2016, pour le mettre au goût du jour, dans une version très réelle pour les participants, mais virtuelle.  Bienvenue dans «ManifestJeunesse 2.0»

Le spectacle sera diffusé en direct sur Facebook le mardi 8 juin à 19 h.  Ce sera l’aboutissement de deux mois de travail de la part de l’équipe de production et d’encadrement, et des artistes de 12 à 27 ans qui ont été sélectionnés.  

«Nous avons des artistes des six régions acadiennes et francophones qui représentent le théâtre, la musique, les arts visuels et la danse», précise Pastelle LeBlanc qui, avec son conjoint Pascal Miousse et sa sœur jumelle, Emmanuelle LeBlanc, a formé l’équipe de direction artistique, technique et logistique du projet.  

«C’était un peu différent à cause de la pandémie.  Mais on s’est dit que c’était une occasion de donner aux jeunes une expérience de tournage dans un cadre professionnel, avec tout ce que cela comporte.  C’est différent que de participer à un spectacle sur scène, mais c’est tout de même une expérience utile, parce que dernièrement, tous les spectacles ou presque sont filmés et diffusés, sans public en direct», élabore Pastelle
LeBlanc.  

Depuis environ deux mois, les artistes ont travaillé leur numéro, certains en groupe, d’autres de façon individuelle.  Des formateurs et mentors ont accompagné les jeunes artistes dans leurs projets respectifs, pour la musique, l’interprétation, la mise en scène, la chorégraphie, l’écriture, la préparation, et les numéros ont été filmés durant le week-end du 1er mai.  

«Nous avons loué le petit théâtre Watermark à Rustico.  C’est une belle petite salle.  Nous avons embauché la compagnie Confound Films, celle qui avait travaillé sur les films du festival Drive In.  On a vraiment eu de belles sessions d’enregistrement.  C’est différent parce qu’à cause des contraintes de santé publique, les jeunes n’ont pas pu voir les numéros des autres.  Ils ont fait leur partie et c’est tout.  Ils savent qu’il y aura du montage et je pense qu’eux-mêmes vont être surpris du résultat.  Si les restrictions nous le permettent, nous allons avoir une avant-première pour les participants, quelques jours avant la diffusion sur Facebook», précise Pastelle LeBlanc.  

Les participants

D’ici le 8 juin, les participants au projet seront présentés sur les réseaux sociaux.  Plusieurs élèves de l’École Évangéline forment deux groupes de musique.  Le premier réunit Andraya Gallant, Mia Bernard, Alyssa Gallant, Amber Arsenault, Dawson Arsenault, Briley Cameron, Gilbert Arsenault et Jade McInnis (le groupe qui a enregistré l’album des Vieilles Nouvelles).  Le second groupe est formé de Mia MacInnes, Ella Jane Adams, Muireann McGuire et Samantha Thompson.  Elizabeth Profit est l’artiste visuelle, Marissa Ladéroute, Ayelén Baka et Joëlle Blanchard, ont conçu une danse originale, Kalista Thériault (chant), Brennen Gallant (guitare percussive), Julien et Annie Kitson (musique et chant), Jenn Lewis (chant), Jenna-Marie Gallant (chant) et Rowen Gallant qui sera son accompagnateur et finalement, en théâtre, Mathilde Sinnasse.

Un fil conducteur 

Pour ajouter à la trame du spectacle et pour donner aux participants l’occasion de partager ce qu’ils vivent, l’équipe de «ManifestJeunesse» a fait appel à Claudia Marchand, une artiste de l’Île Madame en N.-É.  Elle a parlé avec les jeunes artistes, leur a posé des questions sur tout.  Il en a résulté un texte qui servira de fil conducteur, de trame narratrice au spectacle.  «Les jeunes ont enregistré chacun une partie du texte, sans vraiment savoir ce que ça va donner.  Ça va enrober les numéros.  Je pense que ce sera pas mal bon», promet Pastelle LeBlanc. 

Jenna-Marie Gallant accompagnée de Rowen Gallant.

Marissa Ladéroute, Ayelén Baka et Joëlle Blanchard ont conçu une danse originale.

Mathilde Sinnasse. (Photos : ManifestJeunesse)

 Un des groupes formés d’élèves de l’École Évangéline.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Culture