Communiqués de la province de l’Île-du-Prince-Édouard
25 avril 2014
Le 23 avril 2014
Les exploitants forestiers détenteurs de permis pourront bientôt mener des activités d’amélioration dans les zones tampons, a annoncé la ministre de l’Environnement, du Travail et de la Justice, Janice Sherry.

« L’amélioration de la gestion des zones tampons se traduira par une meilleure protection des cours d’eau et des zones humides, tout en générant des retombées économiques liées à l’exploitation forestière et aux activités d’amélioration, a expliqué la ministre Sherry. Les permis ne sont pas habituellement délivrés pour la récolte du bois dans les zones tampons, mais seront maintenant autorisés lorsqu’il s’agit
d’exploitants détenteurs de permis et qu’un plan approuvé de gestion des forêts est suivi. »

Dans le cadre de cette nouvelle initiative, les exploitants n’auront pas besoin de permis pour récolter des arbres dans les zones tampons dans le but précis d’améliorer ces régions. Les activités d’amélioration pourraient inclure des mesures pour augmenter la diversité des espèces, promouvoir les corridors et les habitats fauniques, accroître la santé des forêts ou veiller au rétablissement de la forêt acadienne. Toute coupe doit être faite à la main, et le personnel du ministère de l’Agriculture et des Forêts inspectera et vérifiera les sites de récolte. 

Il est possible d’obtenir un permis en suivant un cours et en écrivant un examen. La formation débutera en mai.

Le nouveau projet pilote a été développé par le ministère de l’Environnement, du Travail et de la Justice, le ministère de l’Agriculture et des Forêts, la Prince Edward Island Woodlot Owners Association et la Watershed Alliance.

La ministre Sherry ajoute : « En établissant de bons plans d’aménagement forestier, nous continuerons de gérer les zones tampons afin de protéger les cours d’eau et les zones humides. »