Patrimoine
Par Jacinthe Laforest 

Bien connu des lecteurs de La Voix acadienne, Louis Arsenault est très actif dans le domaine de la préservation du patrimoine, en particulier pour ses recherches en généalogie.  Récemment, il a fait les manchettes pour son projet sur la petite école de Saint-Hubert.  Le dimanche 17 mars, il a reçu un bel encouragement sous la forme du Prix de généalogie Mary Cornfoot Brehaut.  

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest 

Au cours des 40 dernières années, la région Évangéline a vu naître de nombreuses troupes de danse traditionnelle.  Depuis les Danseurs Évangéline à la fin des années 1970 jusqu’aux Steppeuses, en passant par Les Pas d’Folie, l’accent était mis sur la synchronisation et le respect de la chorégraphie.  En adoptant ce «nouveau style», on a mis de côté le vieux style et les vieux pas qui constituent la vraie danse traditionnelle de la région Évangéline.  C’est ce vieux style que Megan Bergeron et sa mère Hélène veulent ramener à l’avant plan, afin qu’il cohabite avec le «nouveau style»

Patrimoine
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Les côtes et les plages de l’Île-du-Prince-Édouard abritent des traces de vie fossilisées, vieilles de près de 300 millions d’années. Ces fossiles sont aujourd’hui menacés par l’érosion. Le paléontologue John Calder revient sur un pan de l’histoire naturelle de la province unique au monde. 

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest

Quand on aime les chevaux, c’est pour la vie.  C’est ce que diraient Melvin Gallant, Jimmy Gallant et Cyrus Bernard.  Tous les trois étaient les invités d’une causerie sur les chevaux au Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard à Miscouche le dimanche 11 février. 

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest 

Généalogiste amateur, Louis Arsenault, natif de Saint-Hubert, a entrepris de retracer l’histoire de la petite école de son quartier et des familles qui l’ont fréquentée.  D’ici l’été, si tout va bien, il espère produire un document souvenir d’environ 400 pages, rempli de photos et d’informations.

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne - ATL 

L’année 2023 marquait le 30e anniversaire de fonctionnement du foyer de soins communautaire, Le Chez-Nous, à Wellington. Depuis son ouverture, cette résidence pour personnes âgées semi-autonomes a permis à de très nombreuses personnes de rester plus longtemps dans leur communauté, conformément à la vision d’une des principales fondatrices, Lorraine Gallant, qui vit au Chez-Nous depuis 2017.  

Patrimoine

Joshua MacFadyen, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sciences humaines géospatiales, lancera un nouveau livre offrant une vue aérienne des paysages changeants de l’Île-du-Prince-Édouard le 29 novembre 2023, à 19 h 30, dans le Salon des professeurs (salle 201), bâtiment principal de la SDU, Université de l’Île-du-Prince-Édouard.

Patrimoine
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Plus de 7000 insulaires ont combattu aux côtés des Alliés durant la Première Guerre mondiale entre 1915 et 1918. Parmi eux, de nombreux Acadiens. Les soldats qui ont eu la chance de survivre et de revenir à l’Île-du-Prince-Édouard ont souvent été contraints de repartir pour trouver du travail.

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest

En octobre 2020, La Voix acadienne a publié un article à propos d’un homme de North Tryon, Pieter Valkenburg, qui demandait de l’aide afin de découvrir des informations sur un certain Arthur DesRoches, qui serait né à Miscouche le 8 août 1891. Selon les informations qu’il possédait à l’époque, Arthur DesRoches était marié avec Mary Ann Wedge et ils avaient quatre enfants : Elizabeth-Eileen, Joseph-Alfred, Lucy-Pricilla et Charles-Arthur (ce dernier est mort en bas âge). Joseph-Arthur DesRoches est mort le 4 septembre 1918, après avoir été blessé à Ligny-St-Flochel en France. 

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest

Wilfrid Gallant et sa sœur Mary Beth habitent à Colombus, en Ohio, dans le centre des États-Unis.  Le vendredi 8 septembre, ils étaient au Lieu historique national Skmaqn-Port-la-Joye-Fort-Amherst, où se trouve le monument commémorant leurs ancêtres, Michel Haché dit Gallant et Anne Cormier. 

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Le Lieu historique national Skmaqn—Port-la-Joye—Fort-Amherst est encore largement sous-exploité.  Le centre d’accueil des visiteurs, ouvert en juillet et août, a accueilli environ 60 personnes chaque jour au cours de la récente saison.  Des efforts sont faits pour rendre le site plus attrayant et éducatif, avec l’ajout d’une nouvelle vidéo et de nouveaux médias d’interprétation très bien accueillis. 

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest

Récipiendaire d’un prix du patrimoine de Musée et Fondation du patrimoine de l’Île-du-Prince-Édouard, Clem Gallant, maintenant de Rustico, ne s’est pas assis sur ses lauriers.  De fait, il poursuit un projet en généalogie dont le résultat pourrait intéresser passablement de monde dans la paroisse Saint-Augustin et au-delà. 

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Le regroupement des Francophones de l’âge d’or de l’Île-du-Prince-Édouard organise, pour septembre, un voyage sur les plateaux de La Matapédia, entre autres Saint-Alexis et les villages environnants.  Les participants à ce voyage seront parmi les premières personnes à voir le tout nouveau spectacle racontant l’histoire locale, depuis l’arrivée des Acadiens de Rustico en 1860 jusqu’à aujourd’hui. 

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest

L’Association du Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard a profité du Festival Route 11 pour présenter au groupe musical Vishtèn son prix, La Petite Nyctale, pour l’année 2022.  La présentation a eu lieu après le spectacle de Vishtèn, le samedi 5 août, sous la tente au parc provincial d’Union Corner.  

Patrimoine

Le Musée et la Fondation du patrimoine de l’Î.-P.-É. invite les visiteurs de tout âge à une série d’événements au Musée des pêches de Basin Head, à la Maison historique Beaconsfield, au Musée de la construction navale et à la Maison Yeo de Green Park, ainsi qu’au Village historique d’Orwell Corner. Cette année marque un jalon important pour ces musées et sites patrimoniaux, puisqu’ils célèbrent leur 50e anniversaire.  Des prix réduits de 3 $ seront en vigueur une seule journée dans chacun des sites:  

Patrimoine
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

L’Île-du-Prince-Édouard célèbre cette année le 150e anniversaire de son entrée dans la Confédération. À l’époque, la majorité des habitants de l’Île s’y opposait, y compris les Acadiens. C’est une dette écrasante qui a forcé l’Île à devenir la septième province canadienne.  

Patrimoine

Les festivités de la Saint-Jean-Baptiste approchent à grands pas. Le 23 juin prochain, c’est au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean, à Charlottetown et au Centre Belle-Alliance à Summerside qu’elles se dérouleront. C’est une occasion parfaite pour manger de la poutine, revêtir ses plus beaux vêtements bleus et écouter du rigodon. Mais en fait, qu’est-ce qu’on fête?

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest

C’est dans le cadre de son assemblée générale annuelle que l’Association du Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard a remis aux Amis de la Banque des fermiers de Rustico le prix annuel de La Petite Nyctale pour leurs très nombreux projets réalisés au fil des années.   

Patrimoine

Un comité d’anciennes employées et anciens employés du défunt journal l’Évangéline et le Cercle des journalistes du Grand Moncton ont rendu hommage à cet ancien quotidien, le samedi 13 mai 2023, en dévoilant deux encadrés contenant la première édition du journal en 1887 et la dernière édition de septembre 1982.

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest 

De nombreuses personnes ont assisté, le mercredi 10 mai, au lancement officiel de la campagne de financement pour la restauration et la mise en valeur des monuments en pierre de la paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel. L’objectif de 20 000 $ est déjà presqu’à moitié atteint, car la Légion de Wellington a profité du lancement pour faire une contribution de 7 500 $. 

Les monuments de pierre des champs qui ornent le paysage autour de l’église et du cimetière de la Paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel, construits entre 1923 et 1927, entament cette année leur cycle de 100e anniversaire.  C’est une motivation supplémentaire pour assurer qu’ils «vivent» 100 ans de plus, au moins.  

La paroisse de Mont-Carmel et le Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches collaborent dans un effort pour redonner aux monuments leur lustre d’antan et surtout, pour assurer leur intégrité, car certains, notamment celui qui se trouve devant l’église, commencent à perdre des pierres.  

Afin de réparer les monuments et d’augmenter leur valeur historique en ajoutant un panneau d’interprétation, une campagne de financement a été lancée.  L’objectif de base est de 20 000 $, pour couvrir les travaux de réfection par un maçon expérimenté et la fabrication et l’installation d’un panneau d’interprétation.  Dans l’éventualité que la campagne rapporterait plus que 20 000 $, d’autres initiatives de mise en valeur pourraient être entreprises notamment, de l’éclairage nocturne.  

Les travaux de réfection seront faits par Dean MacArthur, de DinoMac Masonry Ltd.  Ce dernier s’est dit très impressionné par le savoir-faire du constructeur des monuments (Cajétan Arsenault).  Il a aussi été étonné que la structure soit faite en pierre des champs, alors que l’Île est surtout faite de grès. «Ça semble être unique à l’Île», a-t-il dit.  

Au départ, le maçon a cru que les pierres des champs des monuments, si peu typiques aux paysages de l’Île, avaient été importées, mais il semble que ce sont les paroissiens qui ont fourni les pierres, à la demande du curé de l’époque, l’abbé Pierre-Paul Arsenault, qui a aussi fait construire l’église (1898), et le presbytère (1902).  

Dean MacArthur croit aussi que les structures sont autoportantes, c’est-à-dire que c’est la gravité et la façon dont les pierres s’imbriquent les unes aux autres qui assurent la stabilité de l’œuvre.  Un monument de ce type ne dure pas 100 ans s’il n’est pas construit avec une grande précision, ce qui confirme le savoir-faire de Cajétan Arsenault, qui a construit les arches à la demande du curé Pierre-Paul Arsenault.  

À plusieurs reprises pendant le lancement de la campagne, le caractère unique de ces monuments et du terrain sur lequel ils ont été érigés a été mentionné.  L’église, majestueuse, et le presbytère, non moins imposant, construits grâce à la grande dévotion des quelque 135 familles de la paroisse à l’époque, ne cessent de surprendre les visiteurs, et font de l’endroit un lieu très prisé de ces derniers.  

Les arches se sont ajoutées environ 20 ans après la construction du presbytère (1902).  Les deux premières, incluant celle qui sert de cénotaphe pour les paroissiens qui ont perdu la vie dans les deux Grandes Guerres, datent de 1923.  Mais c’est surtout l’arche qui se trouve devant l’église (1924) qui semble avoir le plus besoin de réparation.  

Henri Gallant, représentant du comité des finances de la paroisse, se réjouit que la paroisse ait pu trouver un maçon pour faire ce travail.  «On a été très chanceux.  Il va trouver une façon pour que le mortier qu’il utilise ressemble en tout point au mortier d’origine, pour qu’on ne voie pas la différence», a indiqué Henri Gallant.  

Les organisateurs de la campagne souhaitent que les gens de partout qui ont des attachements à la paroisse de Mont-Carmel ou qui sont simplement des amis du patrimoine soient heureux de contribuer à ce projet.  

Le conseiller historique du projet, Georges Arsenault, qui est aussi le président du Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches, a rappelé dans sa présentation que ces monuments font partie du patrimoine acadien, non seulement de la paroisse de Mont-Carmel, mais de toute l’Île et même de toute l’Acadie, a-t-il affirmé.  À l’aide de nombreuses photographies, il a pu donner un bon aperçu de l’histoire des monuments et de leur valeur visuelle.  Au coucher du soleil, la silhouette des arches se découpe sur le ciel qui est ainsi immortalisée par de nombreux photographes d’ici et d’ailleurs. 

Ces moments érigés dans les années 1920 comprennent trois arches et un mausolée, ce dernier érigé à la mémoire du dynamique curé et patriote acadien, le père Pierre-Paul Arsenault. La plus imposante des arches, inaugurée en 1923, sert de cénotaphe en l’honneur des soldats de Mont-Carmel morts pendant les deux Grandes Guerres mondiales.

Les dons peuvent être faits à la Caisse populaire Provincial à Wellington en personne au compte « Monuments Mont-Carmel » ou par transfert bancaire à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. 

Les dons peuvent aussi être envoyés directement à la paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel à l’adresse : Campagne «Restauration des monuments de Mont-Carmel», 486 chemin Panneau,  Saint-Timothée (Î.- P.-É.) C0B 2E0.  

La campagne se déroule aussi en ligne sur GoFundMe (Restaurons nos monuments de Mont-Carmel).

Des reçus officiels pour fins d’impôt seront délivrés par la Paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel à ceux qui le demandent.  Les dons corporatifs de 1 000 $ ou plus peuvent faire l’objet d’une publication sur Facebook, si les donateurs le souhaitent.

Monumentdepierre2L’arche qui se trouve devant l’église paroissiale a un besoin urgent d’attention. (Photo : J.L.)

 Monumentdepierre3On peut voir que les anges qui ornent le cénotaphe ont connu de meilleurs jours.  (Photo : J.L.)

 Monumentdepierre4Claudette Gallant est la trésorière de la campagne de financement.  Lors du lancement de la campagne, elle a pu enregistrer de nombreux dons. (Photo : J.L.)

Monumentdepierre5À partir de la gauche, Robert Gallant et Henri Gallant, membres du Comité de finances de la Paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel, acceptent un généreux don de 7 500 $ de la Légion royale canadienne de Wellington, filiale 17, représentée par le membre de l’exécutif, Mario Couture, et l’ancien président Gilles Painchaud.  (Photo : J.L.)

Patrimoine

Le président de la Société nationale de l’Acadie, Martin Théberge, et Jean Gaudet de la Commission de l’Odyssée acadienne, ont fièrement participé au dévoilement d’un second monument de l’Odyssée acadienne en Louisiane, plus précisément dans la communauté de Loreauville récemment.

Patrimoine

(NDLR) La paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel et le Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches tiennent, ce mercredi 10 mai (jour de parution de La Voix acadienne), une conférence de presse afin de dévoiler les détails d’une campagne de financement pour restaurer et mettre en valeur des monuments en pierre de la paroisse de Mont-Carmel. En raison de cette coïncidence, et pour offrir quelques détails à nos lecteurs le jour même du lancement, nous avons demandé aux membres du comité organisateur de nous envoyer quelques notes sur ces monuments, qui sont admirés, mais dont on ignore souvent l’origine.  Voici donc plusieurs détails sur lesdits monuments.  

Patrimoine
Par Jacinthe Laforest

Le cinéaste néo-écossais Phil Comeau a donné naissance à un film documentaire sur l’Ordre de Jacques Cartier, un film qui est aussi une sorte de quête au cours de laquelle il a enfin saisi pourquoi son père, Julius Comeau, n’était jamais à la maison.  

Patrimoine
Par Valerio Herera

Le Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard à Miscouche propose un cycle de conférences sur l’histoire de l’Île-du-Prince-Édouard, animées par l’historien Georges Arsenault.  Lors de la première rencontre, le jeudi 2 février, le public était au rendez-vous et il a apprécié la découverte de l’histoire des premiers Acadiens de la province.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier