Communauté
04 août 2022 Par Marcia Enman
Edmond Arsenault lors de sa visite à lʼÎle pour célébrerses 100 ans. (Photo : M.E.)

Edmond Arsenault a fêté ses 100 ans le 21 juillet 2022.  Originaire d’Abram-Village, il s’installe à Toronto, en Ontario, où il vit encore actuellement.  La famille lui demandant ce qu’il aimerait recevoir comme cadeau de fête, il a vite répondu de rendre visite à la parenté et les amis à l’Île-du-Prince-Édouard.

Le 22 juillet dernier, Edmond Arsenault met les pieds sur le sol rouge de l’Île, le jour après avoir célébré son 100e anniversaire avec sa femme et sa famille immédiate en Ontario.  Voyageant en avion, accompagné de l’une de ses filles Muriel, avec qui habite Edmond et son épouse Imelda, il est très content d’être arrivé à ce qu’il nomme encore «chez nous». 

Les célébrations ont continué depuis le jour de son arrivée à l’Île.  La parenté du côté de la famille de son épouse, les Cormier sont venus fêter avec lui et on a aussi fêté à la Légion royale canadienne de Wellington le samedi 30 juillet avec beaucoup de parents et d’amis. 

Service à la Guerre

Edmond Arsenault, fils de Fidèle et Jacqueline, s’est enrôlé dans le «West Nova Regiment» le 8 janvier 1943 et a servi au Royaume-Uni, en Europe continentale, en Méditerranée centrale en terminant en Hollande.  Edmond a participé à son premier engagement sur la ligne de combat la veille de Noël 1943 à Ortona, en Italie.  Il a été démobilisé le 18 mars 1946 avec plusieurs décorations incluant la Médaille canadienne du volontaire avec agrafe, l’Étoile de 1939-1945, l’Étoile de l’Italie et l’Étoile de France et de l’Allemagne.

«Moi et Hermas à Sylvère Antoine, un vétéran venant de Mont-Carmel étions sur la même ligne de combat et un matin pour être comique, Hermas dit, Edmond as-tu vu les écureuils ce matin et seulement 10 minutes plus tard il a marché sur une mine et était mort», raconte Edmond.  «Une autre fois on était dans les champs de bataille et plusieurs des vétérans ont été se cacher dans une grange, mais moi j’ai pensé que ce n’était pas vraiment une bonne idée, la grange était une cible facile, alors j’ai décidé de me creuser un trou et je me suis caché.  Mon officier est sorti de la grange pour me demander la pelle, alors en allant à sa rencontre pour lui amener la pelle, on savait que la bombe n’était pas loin, moi j’étais plus proche de la grange alors j’ai eu le temps de courir dans la grange tandis que mon officier n’a pas pu se rendre.  J’ai toujours senti que mon officier avait perdu sa vie pour sauver la mienne».

En demandant à Edmond pourquoi vouloir aller à la guerre, puisque lorsqu’il a fait sa première demande il avait été refusé à cause de sa trop petite taille, c’est juste un peu plus tard qu’on est revenu pour le reconquérir.  «C’était une occasion d’aller découvrir du pays et pour la paie pour aider la famille».  Son frère Alfred qui a aussi servi à la guerre a perdu sa vie après la guerre lors du grand nettoyage en Allemagne.  Il s’est noyé et il est enterré dans ce pays.  Edmond a déjà visité sa tombe. 

Retour de sa jeunesse

Edmond a parlé de sa vie de jeune enfant.  «J’ai dû quitter l’école en 5e année pour aller travailler pour aider ma mère, mon père étant décédé très jeune.  Je travaillais sur Charlie Pitre, un fermier à Mont-Carmel pour 50 sous par jour.  J’ai aussi fait de la pêche comme aidant».  C’est seulement après son retour de la guerre et avoir épousé Imelda qu’il a décidé d’aller faire une vie à Toronto (vers les débuts des années 50).  «Il n’y avait pas grand-chose comme travail ici en ce temps».  On indique qu’Edmond et Imelda avaient toujours les portes ouvertes pour de nouveaux arrivants de l’Î.-P.-É qui venaient s’installer à Toronto.  On les accueillait jusqu’à ce qu’ils trouvent un emploi et un logement.  Certains ne voulaient pas vraiment repartir puisque Imelda était excellente cuisinière.

Retour aux Pays-Bas et en Italie

Quand Edmond Arsenault a quitté le Canada pour l’Europe, sa petite amie, en ce temps, Imelda, lui a donné un bracelet qu’il a porté pendant toute la guerre.  À son retour, M. Arsenault a épousé Imelda et, le 14 juillet, ils ont célébré 74 ans de vie commune.  Il y a quelques années, on a donné le bracelet spécial à sa petite-fille. 

Lorsqu’il a appris qu’il allait retourner aux Pays-Bas, en 2015, M. Arsenault a demandé à emprunter le bracelet pour ce voyage d’une délégation de plus de 60 anciens combattants canadiens qui ont pu se joindre aux Pays-Bas pour commémorer ce moment historique du 70e anniversaire de la fin de la guerre.  Sa fille Gisèle a accompagné son père lors de ce voyage.

Encore plus, Edmond a aussi fait partie d’une délégation qui s’est rendue en Italie pour les commémorations soulignant le 75e anniversaire de la fin de la guerre en 2019.  Cette fois c’est son fils Roger qui l’a accompagné. 

Santé aujourd’hui à 100 ans

Edmond est en très bonne santé pour son âge.  Il se déplace très facilement et il raconte «J’ai cent ans et j’ai toutes mes dents», en riant.  «Je ne connais vraiment pas cela, la maladie, je me considère en bonne santé.  J’ai dû avoir un “root canal” il y a quelques semaines, mais à part cela, ça va pas mal bien.  Je n’ai mal nulle part».  La famille aimerait qu’il se serve plus de sa canne conçue pour une stabilité, mais il n’a pas l’air écouté, il bouge plus vite que la majorité de nous.

Installé à Union Corner dans un très beau chalet au bord de la mer, Edmond est très relaxe avec sa fille Gisèle et son conjoint Yves.  «On l’emmène visiter des endroits dans la région, la parenté vient le visiter», souligne Gisèle.  Edmond avait hâte d’assister au souper-spectacle le mercredi soir de l’entrevue au Village musical acadien. 

Edmond et Imelda Arsenault ont trois enfants, Roger, Gisèle et Muriel, cinq petits — enfants et deux arrière-petits-enfants qui vivent tous en Ontario.

On souhaite à cet homme très humble et sympathique encore plusieurs années de santé et on espère qu’il pourra revenir à nouveau en visite sur son île natale.  

Edmond 100 ans 2Sur cette photo on voit Edmond Arsenault assis lors d’une des nombreuses célébrations organisées en l’honneur de ses 100 ans.  Des camarades de la Légion royale canadienne de Wellington se sont joint pour fêter avec lui en plus de plusieurs parents et amis.  De gauche à droite, David Gallant, Dave Blacquiere du PEI Command, Thérèse Gallant, Paul Gallant, Earle Arsenault, Roger Arsenault et Gérald Arsenault.  (Photo : Gracieuseté)

Edmond 100 ans 3Edmond Arsenault devant la maison de son enfance. (Photo : Gracieuseté de la famille)

 Edmond 100 ans 4Edmond Arsenault lors de son voyage aux Pays-Bas en 2015. (Photo : Canada Remembers)

 Edmond 100 ans 5Edmond Arsenault dépose une gerbe de fleurs sur une tombe en Italie.  (Photo : Gracieuseté)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Communauté