Sports
Par Jacinthe Laforest
Eric Morency est un mordu de hockey. Il y a huit ans, avec trois autres partenaires, il a fondé Tenacity Hockey. (Photo : J.L.)

Eric Morency est conseiller en orientation à la Commission scolaire de langue française.  Dans ce travail, il aide les jeunes à développer les compétences qui leur permettront de réussir dans le domaine de leur choix.  Lorsqu’il met sa casquette d’entraîneur au hockey, son discours est le même.  

Il y a huit ans cet automne, Eric Morency de Mont-Carmel s’est joint à l’organisation des Western Capitals de Summerside à titre d’entraîneur des gardiens de but.  C’est là qu’il a rencontré l’entraîneur-chef de l’équipe, Billy MacGuigan, et que l’idée de mettre sur pied une école de hockey a été semée. 

«Vous me connaissez.  Je suis un mordu de hockey.  Lorsque j’ai rejoint l’organisation des Capitals, j’avais déjà l’idée d’amener à l’Île une école de hockey du Nouveau-Brunswick, une sorte de partenariat.  Je pense que c’était entre deux périodes d’une partie des Caps.  Je parlais de ça avec Billy MacGuigan.  Je ne le connaissais pas si bien que ça.  Mais l’idée d’une école de hockey lui a plu et il m’a convaincu qu’on serait capables d’en créer une.  La première année, on avait 60 jeunes», se souvient Eric Morency.  

À la 7e saison, en juillet-août 2023, 350 jeunes ont profité de l’école de hockey nommée «Tenacity Hockey».  La formule en vigueur depuis quelques années consiste en un programme d’une demi-journée intensive centrée sur le hockey : un bloc sur la glace pour pratiquer les habiletés, et un second bloc hors glace pour un entraînement cardio et musculaire.  «Notre bloc sur la glace est toujours le plus long.  On utilise la patinoire secondaire de la CUP.  Pour les habiletés, on utilise la surface de la grande patinoire.  Pour l’entraînement musculaire et cardio, on va au Dôme.  Les jeunes arrivent le matin et repartent à la mi-journée.  Dans l’après-midi, on accueille une seconde cohorte.  On a donc six cohortes en trois semaines», explique le responsable.

  ecole_de_hockey_1.jpg

La grande famille de l’école de Hockey Tenacity, incluant les partenaires : De gauche à droite, on voit Tammy, Clark, Brooke, Emmalee et Billy McGuigan; Janessa (maman) et Brett avec leurs enfants Eli et Jack Gallant; Alex Gallant; Frederick, Annie Pier, Dominique, Eric et Olivier Morency.  Cette photo date de quelques années. (Photo : Gracieuseté)

Un succès surprenant

En plus de Billy MacGuigan et d’Eric Morency, les deux autres gars tenaces sont deux joueurs pros dans la Ligue américaine de hockey, Brett et son frère Alex Gallant.  «Nous quatre, on travaille fort pour ce qu’on a et quand est venu le temps de choisir un nom pour notre école, le mot Ténacité (Tenacity) nous a paru représentatif de nous quatre et porteur d’un bon message.  Je ressens une grande fierté lorsque je vois un jeune qui porte son chandail Tenacity dans ses activités de tous les jours.  Et j’en vois de plus en plus», dit le chef d’entreprise, qui avoue ne pas comprendre exactement ce qui explique le succès de Tenacity.  

«On n’a même pas de site Web.  On a juste une page Facebook.  Le bouche-à-oreille travaille pour nous.  On misait surtout sur la clientèle locale, mais au cours des récentes années, on a eu des inscriptions du Nunavut et d’ailleurs au Canada.  Ça nous a fait réaliser qu’il y a un potentiel à l’extérieur de l’Île.  J’ai donc mis mon nom pour participer à la mission de ventes au Québec, organisée par RDÉE ÎPÉ», informe Eric Morency.  

Auparavant, les missions de vente au Québec impliquaient obligatoirement un voyage au Québec, en plein durant l’année scolaire.  «Ça n’aurait pas été possible.  Mais par visioconférence, c’est très bien.  J’ai quelque chose comme 17 rendez-vous.  Il y a une grande curiosité pour notre formule.  Les gens veulent en savoir plus», dit le porte-parole francophone de Tenacity.  

Cette première tentative de recrutement actif à l’extérieur de la province pourrait avoir un impact sur le calendrier de l’école de hockey.  «D’habitude, on ouvre les inscriptions en janvier et en deux jours, on a 250 inscriptions.  Cette année, on va lancer la campagne plus tôt, simplement parce que les personnes de l’extérieur ont besoin de réserver leur logement longtemps à l’avance.  En 2024, notre école commence le 22 juillet et finit vers la mi-août.  Durant cette période, c’est difficile de trouver une chambre pendant une semaine.  Malgré ça, on pense que la formule de demi-journée se prête bien au tourisme.  On verra pour l’avenir.»

La mission de vente d’Eric Morency se déroule du 31 octobre au 2 novembre.

ecole_de_hockey_2.jpg

Eric Morency aime voir les jeunes s’amuser tout en développant leur potentiel et leurs habiletés au hockey.  (Photo : Gracieuseté)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Sports