Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Le grand requin blanc fait sa réapparition dans les eaux du golfe du Saint-Laurent. Une centaine d’individus en quête de nourriture seraient présents dans la région du Canada atlantique. Si l’espèce reste menacée, les mesures de conservation mises en œuvre depuis vingt ans commencent à porter leurs fruits.  

Société
Par Jacinthe Laforest

Après une période de pénurie dans les ressources humaines, l’Association des centres de la petite enfance francophones de l’ÎPÉ est maintenant confrontée à une autre crise, celle du logement tout court, et surtout, du logement abordable et adéquat. «Je ne peux même pas trouver une chambre à louer entre Évangéline et Summerside», s’alarme la directrice générale de l’organisme, Kathleen Couture.  

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Les forêts de l’Île-du-Prince-Édouard sont la proie de plusieurs insectes ravageurs, originaires d’Asie ou d’Europe. Deux coléoptères, particulièrement destructeurs, menacent également de faire leur entrée dans la province.

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne 

De plus en plus d’images intimes d’Insulaires sont diffusées sur internet sans leur consentement. C’est ce que révèlent de récentes données publiées par Statistique Canada. Si les victimes ne veulent pas aller voir la police, elles disposent d’autres options juridiques. 

Société
Par Jacinthe Laforest / / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Le 2 août dernier à Charlottetown, Marci Ien, ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse, et Natalie Jameson, ministre de l’Éducation et de la Petite enfance et ministre responsable de la Situation de la femme de l’Île-du-Prince-Édouard, ont annoncé un financement 9,5 millions de dollars sur quatre ans pour appuyer la mise en œuvre du Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre à l’Île-du-Prince-Édouard. 

Société
Par Jacinthe Laforest

La présidente de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne, Nour Enayeh, suit de près l’évolution des dossiers féminins et francophones au Canada.  Elle a appris à identifier les petites victoires et à s’en réjouir, car les grandes victoires sont rares. 

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Pour freiner le déclin sans précédent de la nature, les Insulaires disposent d’un atout maître : leurs jardins. À la campagne comme en ville, ils peuvent se muer en réserves de biodiversité, à condition de choisir des espèces indigènes adaptées au sol et au climat.

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne 

Le trappage existe toujours à l’Île-du-Prince-Édouard. Pierre-Yves Daoust, professeur émérite au Collège vétérinaire de l’Atlantique, rédige même un rapport sur le sujet. La question de l’évolution des techniques de piégeage sepose alors que la société est de plus en plus sensible au bien-être animal.

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne 

La population prince-édouardienne pourrait atteindre les 200 000 habitants dans moins de cinq ans. Bianca McGregor, directrice générale d’Island Nature Trust, s’inquiète des conséquences négatives de cette explosion démographique sur l’environnement. 

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Chaque été, c’est la même rengaine à l’Île-du-Prince-Édouard : lorsque le thermomètre grimpe et que l’humidité est au plus haut, on se retrouve avec la désagréable sensation de suffoquer. Pour l’être humain, la chaleur humide est bien plus difficile à supporter que la chaleur sèche.

Société
Par Jacinthe Laforest /  IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Yvon Poirier de Québec est convaincu que l’économie sociale solidaire, ESS, est la réponse aux problèmes d’équité et de mal distribution des ressources dans le monde.  aAvec l’aide de ses collègues du RIPESS (Réseau intercontinental de promotion de l’économie sociale solidaire), il a réussi à faire en sorte que le concept fasse l’objet d’une résolution adoptée par l’ONU en avril 2023.  Et le travail n’est pas fini. 

Société
Par Charlotte Dubois / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne - Atl

Jusqu’au 31 septembre 2023, les visiteurs au Centre culturel Lefurgey peuvent admirer une reproduction à l’échelle réduite des monuments rendant hommage aux Célèbres cinq, les Famous Five, les cinq femmes qui ont grandement fait avancer la cause des femmes au 20e siècle.   

Société
Par Marine Ernoult 

Avec les étés de plus en plus chauds que connaît la région Atlantique, la climatisation est une solution prisée pour rafraîchir les intérieurs. Mais l’usage croissant de ces appareils dope la consommation d’électricité et entraîne des émissions nocives pour la planète.

Société
Par Jacinthe Laforest / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Le parcours des femmes francophones ayant subi de la violence fondée sur le genre à l’Île-du-Prince-Édouard est très peu documenté.  Avec sa nouvelle étude lancée récemment en collaboration avec l’École de travail social de l’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, Actions Femmes veut changer cela.

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Le programme de sages-femmes de l’Île-du-Prince-Édouard pourrait commencer dès l’automne 2023. Les quatre sages-femmes, en cours de recrutement, offriront une continuité de soins aux femmes enceintes tout au long de leur grossesse. Les militantes saluent ces avancées.

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

L’Île-du-Prince-Édouard est confrontée à une crise de la santé sans précédent. Le manque d’infirmières n’a jamais été aussi criant. Régulièrement, les services de soins de longue durée et les urgences ferment aux quatre coins de la province. Pour mieux comprendre les enjeux sur le terrain, La Voix acadienne a interrogé Barbara Brookins, présidente du syndicat des infirmières de l’Île-du-Prince-Édouard. 

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Insuffler le goût des mathématiques, de l’écologie, ou encore de la politique aux filles et aux jeunes des minorités sexuelles et de genre de l’Île-du-Prince-Édouard. C’est l’ambition de trois organismes de la province qui ont reçu à cet effet des subventions du Secrétariat interministériel provincial aux affaires féminines. 

Société
Par Jacinthe Laforest

La diversité est un sujet très vaste et large qui englobe de nombreuses réalités avec lesquelles bien des gens ne sont pas 100 % à l’aise. La nouvelle trousse sur la diversité, réalisée grâce à un partenariat entre Cap enfants et la Fédération des parents de l’Île, fournit aux parents des outils pour apprivoiser graduellement les différentes facettes de la diversité.

Les parents francophones de l’Île-du-Prince-Édouard ont désormais accès à des ressources d’une grande qualité pour parler de la diversité avec leurs enfants.  «La diversité, c’est très large.  Ça englobe des réalités qui peuvent différer des nôtres et que nous n’avons pas encore pleinement apprivoisées.  Notre nouvelle trousse sur la diversité s’adresse en premier lieu aux parents.  Elle contient des explications, des conseils, des ressources, ainsi que des livres et des jouets pour les enfants», décrit Céline Beuvens, qui a conçu la trousse, avec l’appui d’un comité-conseil. 

La trousse sur la diversité s’ajoute aux trousses précédentes réalisées dans le cadre du projet Petite enfance en santé, avec du financement de l’Agence de la santé publique du Canada. 

Alors que les trousses précédentes sont accessibles principalement par l’entremise des trois bibliothèques publiques francophones (Abram-Village, Summerside et Charlottetown) la trousse sur la diversité sera en tout temps présente dans les six régions, sauf lorsqu’elle sera dans une famille. 

«Nous avons fait la trousse en 10 exemplaires.  Deux dans chaque bibliothèque, une à Cap enfants à Wellington, ainsi qu’une en permanence au Centre acadien Grand-Rustico à Rustico, au Centre acadien de Prince-Ouest à DeBlois, et au Pavillon de l’Est à Rollo Bay.  En plus, je suis en train de numériser cette trousse pour qu’elle puisse être consultée en tout temps à partir du site Web de la Fédération des parents», décrit Céline Beuvens. 

Diversité diversifiée

Écrire la trousse n’a pas été une tâche facile.  Céline Beuvens avoue avoir appris à débusquer les stéréotypes, et surtout, à ne pas les reproduire.  «À voir les cartables et les ressources, on ne se doute pas du montant de réflexion investi dans les détails.  Chaque petit personnage, chaque élément visuel a été conçu de manière à renforcer le message, à éviter les stéréotypes trop faciles.  Ça ne veut pas dire qu’on a pensé à tout.  C’est pour cette raison que nous recommandons que la trousse soit révisée tous les trois ans et mise à jour si nécessaire», précise Céline Beuvens. 

Codes QR à la rescousse

La trousse sur la diversité intègre les nouvelles technologies de références et de liens Web, entre autres, pour accéder facilement aux ressources.  «Pour chaque type de diversité que nous avons identifié, nous suggérons des ressources, surtout des livres.  Bien que nous ayons pu inclure un livre par type de diversité, nous avons aussi identifié d’autres livres et avons ajouté les QR Codes, au cas où les parents voudraient enrichir leur bibliothèque familiale avec des ressources plus diversifiées.  Nous avons fait des efforts pour faciliter l’accès aux ressources.  Moi-même, j’ai fait beaucoup de recherches pour identifier des livres et des ressources pertinentes pour la trousse.  Autant en faire profiter plus de monde.»

Mentionnons que si les trousses précédentes visaient les enfants de 0 à 6 ans, la trousse sur la diversité peut accompagner les parents d’enfants de 0 à 12 ans. 

diversite2

La trousse contient quatre cartables-guides distincts : Les religions; Le racisme; La diversité de genre; Les handicaps; La diversité familiale, et La sexualité et la diversité sexuelle.  (Photo : J.L.)

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

À leur arrivée à l’Île-du-Prince-Édouard, les premiers colons français comptaient sur les plantes médicinales pour se soigner. Les Mi’kmaqs ont notamment partagé avec eux leurs connaissances ancestrales. Si une partie de ces savoirs se sont envolés, la population se retourne aujourd’hui vers les plantes médicinales.  

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Les légumes du potager peuvent-ils cohabiter avec le petit peuple des insectes? Tout est affaire d’équilibre. Si les insectes ont mauvaise réputation, la grande majorité est bénéfique aux cultures et constitue une aide précieuse pour les jardiniers amateurs. 

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Le retour des beaux jours est synonyme du retour des oiseaux migrateurs à l’Île-du-Prince-Édouard. Chaque année, une centaine d’espèces s’installent dans la province pour se reproduire. Mais, chaque année, de moins en moins d’individus atteignent les côtes de grès rouge. 

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Nettoyer les cours d’eau, planter des arbres, installer des passes à poisson, durant l’été, les 24 groupes de bassins versants de l’Île-du-Prince-Édouard vont travailler d’arrache-pied sur le terrain. Pour eux, c’est la période la plus occupée de l’année. 

Société
Par Jacinthe Laforest 

 En février 2023, Jean-Marie Nadeau du Nouveau-Brunswick a fait parvenir une lettre au Moniteur acadien, le journal hebdomadaire du Sud-Est du Nouveau-Brunswick.  Dès sa publication, sa lettre a relancé un débat sur la pertinence de changer le nom de l’Université de Moncton.  Sa suggestion? L’Université de l’Acadie.  

Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Températures au-dessus des normales de saison, faible enneigement et déficit de glace, l’hiver 2022-2023 a été particulièrement doux à l’Île-du-Prince-Édouard.  Bilan d’une saison pas si froide… pas tout à fait normale.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Société