Société
Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne
Photo : Marine Ernoult

La forme des flocons, la couleur de la neige, la nourriture et la boisson… les changements de saison suscitent de nombreuses questions auxquelles La Voix acadienne a essayé de répondre. 

Ça sent l’hiver. Ces derniers jours, le thermomètre a subitement dégringolé à l’Île-du-Prince-Édouard. Le froid semble s’être définitivement installé. La région de Charlottetown a d’ores et déjà reçu 16 centimètres de neige début novembre et certains météorologues prédisent un hiver particulièrement neigeux dans les Maritimes.

Cette chute des températures vient avec son lot de questions que tout un chacun se pose sur la nature ou encore la nourriture. La Voix acadienne tente d’y répondre.

  • La neige est-elle blanche?

- Pas vraiment -

Elle a l’air blanche parce qu’elle réfléchit la lumière au lieu de l’absorber. C’est le même phénomène pour les nuages. Mais en réalité, elle est transparente. Comme la neige réfléchit 95 % du rayonnement solaire visible, on obtient une lumière blanche qui est en fait un mélange des différentes couleurs du spectre lumineux.

  • Les flocons ont-ils une forme unique ?

- Pas du tout -

Si la forme adoptée par le flocon se rapproche de celle d’une étoile, aucun modèle unique ne peut être déterminé. Tout dépend en effet de la température : de 0 degré à - 4 degrés, les flocons ressemblent à des prismes hexagonaux, alors que de - 4 degrés à - 6 degrés, ils prennent plutôt l’apparence d’une aiguille.

L’Association internationale des sciences cryosphériques les classe en plusieurs catégories distinctes : plaquettes, étoiles, colonnes, aiguilles, dendrites, boutons de manchette…

Par ailleurs, le physicien américain Kenneth Libbrecht, de l’Institut de technologie de Californie, note, sur son site Internet, que tous les flocons ne sont pas parfaits : les contours irréguliers sont même les plus courants.

Flocon_Pixabay.jpg

Leș flocons de neige ont tous des formes différentes. (Photo : Pixabay, lorilorilo)

  • Faut-il manger plus quand il fait froid ?

- Non - 

Manger équilibré est d’autant plus indispensable à cette époque de l’année qu’une mauvaise alimentation peut engendrer une fatigue, elle-même renforcée en cette période de l’année par le peu de luminosité et la baisse des températures.

En revanche, manger trop riche fatigue l’organisme en provoquant une digestion difficile. La suralimentation, qui peut se traduire par un excès d’apport en lipides ou en sucres ajoutés, baisse la résistance des défenses immunitaires. 

À noter que les soupes, en plus de réchauffer, apportent le plein de sucres rapides (carottes et navets) et lents (poireaux et oignons), le tout couplé avec une hydratation optimale en hiver. Une nécessité quand le froid et le chauffage des espaces intérieurs assèchent l’air et le corps.

Soupe.jpg

La soupe est un repas idéal lorsque les températures refroidissent. (Photo : Pixabay, congerdesign)

  • Un petit verre, ça réchauffe, non ?

- Bof  -

L’alcool ne désaltère qu’un temps et tend même à induire une déshydratation, car l’alcool engendre une augmentation de la production d’urine.

De plus, l’impression de chaleur est trompeuse : l’alcool entraîne la dilatation des vaisseaux sanguins à la surface du corps et le sang circule alors plus près de l’épiderme. C’est ce qui apporte plus de chaleur à la surface de la peau et la sensation de se réchauffer.

Sauf que cela fait surtout perdre sa chaleur au buveur : la température du corps diminue d’un demi-degré pour 50 grammes d’alcool consommé. La sensation de chaleur disparaîtra dès que les vaisseaux sanguins ne seront plus dilatés.

Grog.jpg

Boire de l’alcool ne réchauffe pas, au contraire, cela fait perdre de la chaleur au buveur.  (Photo : Pixabay, ferencvc)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Société