Santé
Par Marine Ernoult /  / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Consommation excessive d’alcool et de cannabis, surconsommation d’écran, manque d’activité physique, alimentation déséquilibrée, stress… l’enquête COMPASS dresse un bilan de santé inquiétant des jeunes de l’Île-du-Prince-Édouard.

L’enquête COMPASS a été réalisée entre 2022 et 2023 auprès des élèves de la 7e à la 12e année dans 18 écoles de l’Île-du-Prince-Édouard, dont deux écoles francophones. Près de deux élèves sur trois y ont participé. 

Les auteurs de l’étude ont ausculté la perception qu’ont les jeunes de leur santé, de leur nutrition, de leur pratique sportive, de leur sommeil, de leurs angoisses ou encore de leur usage de produits psychoactifs. 

Dans la semaine précédant le sondage, 30 % des élèves se sont sentis seuls et près d’un quart se sont dits «déprimés». Face à ce mal-être, 27 % d’entre eux ont déclaré avoir bu de l’alcool dans les 30 jours avant le questionnaire. Parmi ceux-là, plus d’un tiers l’avaient fait seul. 

Pire, 16 % ont répondu avoir pratiqué des beuveries express dans les mois précédents le sondage. 13 % ont également affirmé avoir été dans un véhicule conduit par une personne aux facultés affaiblies par l’alcool.

Surexposition aux écrans 

«La consommation d’alcool fait partie intégrante de notre culture, les enfants grandissent en voyant de l’alcool au sein de la famille, lors d’événements et d’activités», observe Laura Lee Noonan, responsable de la promotion de la santé au bureau de la santé publique de l’Î.-P.-É. «Nous devons trouver des moyens d’éduquer les jeunes sur les méfaits de la consommation d’alcool.»

La responsable estime qu’il faut renforcer la légalisation provinciale et limiter l’accès des jeunes à l’alcool : «Nous devons avoir des politiques d’éducation et d’information aux points de vente, des étiquettes sur les boissons alcoolisées, comme c’est le cas pour les produits du tabac.» 

13 % des élèves reconnaissent par ailleurs avoir consommé du cannabis dans les semaines avant l’enquête et 18 % déclarent avoir fumé une cigarette électronique. Là encore, une majorité l’a fait seule. 

«Lorsque vous commencez à consommer des substances tout seul, avec le temps, cela peut mener à des problèmes de dépendance», s’inquiète Laura Lee Noonan. 

Autre point préoccupant, les jeunes Prince-Édouardiens passent en moyenne 7,9 heures par jour devant les écrans, bien au-delà des deux heures par jour (hors activité pédagogique) recommandées au niveau national. 

Laura Lee Noonan

Laura Lee Noonan est responsable de la promotion de la santé au bureau de la santé publique de l’Î.-P.-É. (Photo : Gracieuseté)

«Rôle primordial» des familles 

«Les nouvelles technologies sont là pour rester, nos enfants ont grandi avec, réagit Laura Lee Noonan. Mais, il faut encourager les jeunes à utiliser les écrans de manière positive et pédagogique, sinon cela peut avoir des conséquences négatives sur leur santé.»

Dans ce tableau sombre, seuls le sommeil et l’activité physique font figure de résultats positifs. Les élèves dorment en moyenne 8,1 h par nuit la semaine et une grande majorité fait une heure d’activité physique quotidienne, ce qui correspond aux recommandations nationales.

«À mesure qu’ils grandissent, entre les niveaux 7 et 12, ils perdent néanmoins ces saines habitudes de vie. Ils mangent moins bien, font moins d’activité physique et consomment plus d’alcool et de cannabis», alerte Laura Lee Noonan. 

La responsable de la santé publique appelle tous les secteurs, et pas seulement ceux de la santé et de l’éducation, à construire une communauté plus saine. «Nous avons une responsabilité collective. Les familles ont aussi un rôle primordial à jouer pour promouvoir des comportements sains à la maison», insiste-t-elle. 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Santé