Exemple

Le 15 avril 2020

- Marine Ernoult / Initiative de journalisme local - APF – Atlantique

«C’est plus motivant de s’entraîner en groupe, on est poussé par les autres», assure Mireille Martin, hockeyeuse des Panthers de l'Université de l’Î.-P.-É.

 

Avec le confinement, les sportifs professionnels et les amateurs tentent de s’adapter pour continuer à faire du sport à la maison.

«Le hockey me manque beaucoup, les entraînements avec mon équipe aussi, c’est stressant de ne pas savoir quand ça reprendra». À l’image de Mireille Martin, hockeyeuse des Panthers de l'Université de l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.), de nombreux sportifs ne peuvent plus pratiquer leur activité depuis la mise en place des mesures de confinement. «Mon moral en prend un coup», confie Brendon Clavelle, hockeyeur des Islanders de Charlottetown.

 

Aréna, gymnases, piscines, salles de sport ont fermé et l’activité physique est à l’arrêt. Les cours collectifs et rassemblements sportifs ne sont plus autorisés, Heather Morrison, la médecin-hygiéniste en chef de l’Î.-P.-É., appelle les insulaires à limiter au maximum leurs déplacements à l’extérieur.

 

Les sportifs accrocs aux hormones sécrétées durant l’effort ont du mal à se plier à de telles consignes. «L’activité physique leur permet de dépenser l’énergie générée par le stress, explique Bruno Ouellette, psychologue sportif. Aujourd’hui, avec le confinement, ils ont beaucoup plus de difficulté à dépenser cette énergie qui risque de devenir négative, voire toxique.» L’absence de fatigue physique peut aussi provoquer des insomnies, de l’énervement.

Système D

Soudainement privés d’activités, les athlètes de haut niveau angoissent, eux qui avaient jusqu’alors une vie structurée, réglée au millimètre. «J’ai travaillé toute ma vie pour faire partie des meilleurs, réagit Kaylee Dufresne, hockeyeuse des Panthers de l’Université de l’Î.-P.-É. Ma passion m’a été retirée tellement brusquement, tout s’est arrêté si subitement, c’est dur de ne pas savoir comment va se passer la saison prochaine.» Pour les sportifs amateurs qui pratiquent quotidiennement, le confinement peut également ouvrir un «grand vide existentiel», assure Bruno Ouellette, car «le sport fait partie de leur identité».


Alors, depuis le début de la crise, chacun se débrouille comme il peut pour échapper au manque. L’équation est complexe pour les hockeyeurs. «C’est un défi pour eux de modifier leurs pratiques sportives, un virage à 180 degrés», admet Jean-Michel Pelletier, psychologue sportif qui prépare plusieurs joueurs canadiens pour les Jeux olympiques. Avant la pandémie, Mireille Martin avait trois entraînements intensifs sur glace par semaine, aujourd’hui elle fait des exercices physiques une heure par soir, six jours sur sept, mais «sans glace».

 

«Tout s’est arrêté si subitement, c’est dur de ne pas savoir comment va se passer la saison prochaine», confie Kaylee Dufresne, hockeyeuse des Panthers de l'Université de l’Î.-P.-É.

 

«Recréer une routine quotidienne»

 

La jeune hockeyeuse a improvisé une salle de sport dans son sous-sol, essaye de pratiquer son lancer dans son jardin, court quand elle peut et visionne des vidéos d’anciens matchs. Sa coéquipière, Kaylee Dufresne s’astreint au même régime, séquence de gym et d’étirements le matin, course à pied l’après-midi. «J’essaye de rester positive, d’être prête pour la rentrée», raconte-t-elle.

 

Pour affronter un confinement qui pourrait s’éterniser, une seule solution : s’adapter. «Il faut retrouver de nouvelles habitudes, se faire un emploi du temps de façon à reprendre le contrôle et recréer une routine quotidienne», conseille Bruno Ouellette. Le psychologue recommande même d’élaborer un plan d’utilisation des journées avec des plages horaires dédiées au sport, et de coucher sur le papier les progrès réalisés.

 

«C’est moins stimulant de poursuivre les entraînements à domicile, ils sont moins intenses, plus monotones», reconnaît Jean-Michel Pelletier. Mireille Martin confirme : «C’est plus motivant en groupe, on est poussé par les autres». Pour garder sa motivation, la hockeyeuse est en contact permanent avec son coach et ses coéquipières. La suite ? Brendon Clavelle l’appréhende : «Je n’y pense pas, la situation change tout le temps, je vis au jour le jour». Le joueur des Islanders préfère chausser sa paire de skis de fond chaque matin, tant qu’il y a de la neige.

 

Brendon Clavelle, hockeyeur des Islanders de Charlottetown, ne peut plus pratiquer et son moral en prend un coup.  (Photos : Gracieuseté)

Communiqué

COVID-19 à l’Î.-P.-É. : trois nouveaux cas le 19 avril et mesures plus rigoureuses concernant les déplacements

20 avril 2021

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef, a confirmé la présence de trois nouveaux cas de COVID-19 dans la province et la mise en place de mesures additionnelles concernant les frontières pour limiter la transmission du virus à l’Île-du-Prince-Éddouard.

L’un des cas est un individu dans la trentaine qui est venu à l’Île-du-Prince-Édouard depuis l’extérieur du Canada atlantique et est un contact rapproché d’un cas annoncé précédemment. Cette personne est en auto-isolement depuis son arrivée dans la province et la Santé publique fait des suivis avec elle chaque jour.

Communiqué

Réouverture de la bulle Atlantique retardée

14 avril 2021

La protection de la santé des Canadiens de l’Atlantique demeure la priorité absolue des premiers ministres de la région atlantique.  Le premier ministre Blaine Higgs du Nouveau-Brunswick a présidé une téléconférence du Conseil des premiers ministres de l’Atlantique avec le premier ministre Iain Rankin de la Nouvelle-Écosse, le premier ministre Dennis King de l’Île-du-Prince-Édouard et le premier ministre Andrew Furey de Terre-Neuve-et-Labrador. Ils ont fait le point sur l’état de la pandémie de COVID-19 dans la région et ont examiné ce qu’il faut faire pour aller de l’avant avec la réduction des restrictions de voyage dans l’Atlantique.

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»
Actualité

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»

10 avril 2021Propos recueillis par Marine Ernoult

Normand Bernard, très attaché à ses origines acadiennes de l’Île-du-Prince-Édouard, fait carrière dans l’industrie de la mode à Montréal depuis près de 30 ans. Il doit beaucoup au Collège Holland pour ses succès. Le créateur de mode revient sur sa vie et nous donne son sentiment sur l’avenir du secteur.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»
Actualité

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»

10 avril 2021Propos recueillis par Marine Ernoult

Normand Bernard, très attaché à ses origines acadiennes de l’Île-du-Prince-Édouard, fait carrière dans l’industrie de la mode à Montréal depuis près de 30 ans. Il doit beaucoup au Collège Holland pour ses succès. Le créateur de mode revient sur sa vie et nous donne son sentiment sur l’avenir du secteur.

Communauté

40 ans à la Caisse populaire Évangéline
Communauté

40 ans à la Caisse populaire Évangéline

09 avril 2021Jacinthe Laforest

Le 30 mars dernier, Gisèle Gallant a franchi le cap des 40 ans comme employée pour la Caisse populaire Évangéline. En 40 ans, elle a vu passer beaucoup de monde, et a vécu de nombreux changements.

Le Village musical acadien revient sur une année difficile en AGA
Communauté

Le Village musical acadien revient sur une année difficile en AGA

08 avril 2021Jacinthe Laforest

Le Village musical acadien à Abram-Village a tenu son assemblée générale annuelle le mercredi 31 mars, pour son exercice financier qui a pris fin avec l’année civique 2020, le 31 décembre. C’était l’occasion de revenir sur une année difficile, mais pas désas-treuse, du moins pour ce qui est de l’aspect purement financier.

Culture

L’exposition du CMA d’Abram-Village sera montrée en France du 1er au 16 août prochain
Culture

L’exposition du CMA d’Abram-Village sera montrée en France du 1er au 16 août prochain

01 avril 2021Jacinthe Laforest

Le jeudi 25 mars, Théo Thériault revient de Summerside avec une centaine d’exemplaires d’un petit livre réunissant les photos de chacune des peintures réalisées par les artistes de la coopérative d’artistes La Palette, en prévision du CMA 2019. Ce petit livre, à la préparation duquel il a consacré plusieurs semaines, n’est qu’une pièce dans un projet plus grand, qui inclut une exposition des œuvres lors de la Semaine acadienne 2021 à Courseulle-sur-Mer.

Une passion tardive n’est pas moins passionnante
Culture

Une passion tardive n’est pas moins passionnante

19 mars 2021Jacinthe Laforest

«C’est une drôle d’histoire. Je visitais ma voisine, Irène Cormier, qui est une grande tisserande, et je me suis adonnée à lui dire que j’aimerais apprendre le métier pour mon projet de retraite. C’était à la fin de l’année 2016. Alors, elle m’a dit que son mari, Jean, n’utilisait plus son métier, mais qu’il ne voulait pas qu’il soit mis dans une grange, quelque part. Avec mon mari Ernest, on a étudié ça, on a examiné la place qu’on avait et on s’est dit que ça pourrait aller. On a déménagé son gros métier, et j’ai appris avec Irène, que j’appelle Madame Professeure».

Éducation

Recrutement et rétention des enseignants de français : Malgré l’urgence, trouver des solutions durables prendra du temps
Éducation

Recrutement et rétention des enseignants de français : Malgré l’urgence, trouver des solutions durables prendra du temps

13 mars 2021Jacinthe Laforest

En mai 2019, le gouvernement du Canada a dévoilé sa Stratégie de recrutement et de rétention des enseignants de français dans tout le Canada, afin de répondre à une pénurie persistante des ressources humaines dans ce secteur. Presque deux ans plus tard, le 3 mars dernier, la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, a confirmé qu’un financement totalisant 46,5 millions de dollars avait été accordé à 76 projets qui, à plus ou moins long terme, devraient améliorer la situation.

Patrimoine

Jeu-questionnaire sur l’Acadie de l’Î.-P.-É
Patrimoine

Jeu-questionnaire sur l’Acadie de l’Î.-P.-É

02 février 2021

Le Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches lance son populaire jeu-questionnaire annuel.  Ce jeu-questionnaire, qui porte sur des aspects de l’histoire et du patrimoine acadiens de l’Île-du-Prince-Édouard, comprend dix questions avec un choix de réponses.  Le Comité historique suggère que le jeu-questionnaire devienne une belle activité éducative de groupe dans une salle de classe, en famille, lors d’un souper d’amis ou encore dansle cadre d’une réunion. 

Anciennes traditions à Noël
Patrimoine

Anciennes traditions à Noël

23 décembre 2020

Le charbon, les patates et les oranges

Dans le temps, la liste des enfants sages et celle des p’tits pas fins existaient pour de vrai.  Donc, chaque Noël, des millions d’enfants attendaient anxieusement de savoir s’ils avaient été assez sages pour avoir une orange dans leur bas de Noël.  Sinon, ils avaient droit à une patate.  Et s’ils avaient vraiment été des sacripants, un morceau de charbon.  Aujourd’hui, tous les enfants ont des cadeaux, peu importe leur comportement.  Et si tu donnes une orange comme cadeau de Noël à ton fils ou ta fille, c’est garanti que tu vas avoir un enfant pas vraiment content.

Société

Randonnée d’hiver en VTT pour une bonne cause
Société

Randonnée d’hiver en VTT pour une bonne cause

23 mars 2021Jacinthe Laforest

Le Club des VTT de la région Évangéline a convié ses membres et tous les amateurs de VTT de la province à une dernière activité de la saison avant la fermeture des sentiers pour la fonte des neiges. Il s’agissait en même temps d’une activité de collecte de fonds pour la campagne «Ça va bien aller Tracy».

Vivre avec la maladie de Parkinson, une maladie injuste
Société

Vivre avec la maladie de Parkinson, une maladie injuste

12 mars 2021Jacinthe Laforest

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui s’attaque au corps. Ordinairement, nos mouvements sont régis par la dopamine, un produit chimique qui fait voyager les signaux entre les neurones du cerveau. Quand les cellules qui produisent la dopamine meurent, on voit apparaître les symptômes de la maladie de Parkinson. Chez Yvette Arsenault, ils sont apparus graduellement et ils n’ont cessé de progresser.