FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 26 avril 2019

- Par Ericka Muzzo

Emily Arsenault a gagné deux médailles et battu plusieurs records le 20 avril, lors d’une compétition de dynamophilie. Elle a réussi à soulever des charges impressionnantes, sous l’oeil avisé de son entraîneur Mitchell Caissy.  (Photos : Gracieuseté)


L’athlète de 16 ans a battu tous les records à la compétition de la «Canadian Powerlifting Federation», le 20 avril dernier.  Elle détient désormais les records canadiens pour sa catégorie d’âge et de poids aux trois exercices de dynamophilie : la flexion sur jambes (squat), le développé couché (bench press) et le soulevé de terre (deadlift), ainsi que pour le total de poids soulevé. 

De plus, Emily Arsenault a levé plus haut que les records mondiaux de flexion sur jambes et de total.  Comme aucun juge mondial n’était présent à la compétition, ces derniers records sont non officiels. 

Ses performances ont valu à la jeune athlète une médaille d’or dans sa catégorie de poids (82,5 kg), et une médaille d’argent dans sa catégorie d’âge (16-17 ans). 

«Je ne pourrais pas être plus fier d’Emily.  Elle a performé de son mieux.  Il y a eu quelques imprévus pendant la journée, et Emily a très bien géré les situations.  Son niveau de maturité et de concentration m’a grandement impressionné», confirme son entraîneur, Mitchell Caissy. 

Celui-ci a débuté une petite ligue de dynamophilie à l’École-sur-Mer, il y a environ deux ans, et ne se doutait pas que l’une de ses athlètes serait aussi performante.  «Emily a un talent naturel pour la dynamophilie, et aussi pour briller sous pression.  Elle a tout donné», salue celui qui est aussi professeur d’éducation physique à l’école francophone de Summerside. 

Emily Arsenault et Mitchell Caissy sont tous deux inscrits à la prochaine compétition de dynamophilie de la province, qui aura lieu le 1er juin à la Credit Union Place de Summerside.  Ils tenteront d’y déloger les détenteurs de records de la Fédération internationale de dynamophilie. 






L'Île-du-Prince-Édouard en images