Le 7 novembre 2018


L’équipe féminine de volleyball intermédiaire de l’École-sur-Mer avec leur médailles d’argent.  De gauche à droite, au premier rang, on voit Janelle Gardiner, Emma McInnis, Cassidy Gallant, Lydia Enman, Sarah-Ève Roy et Émilie-Sophie Benoit.  Au second rang, on voit Terry Caissie (entraîneur), Brianna Short, MacKenzie Hambly, Taylor Caissie, Emma MacLeod (entraîneure), Renée Gardiner (entraîneure), Emma Collicutt (entraîneure) ainsi que Tessa Larose.  (Photo : Gracieuseté)

La saison a été exceptionnelle pour l’équipe féminine de volleyball intermédiaire de l’École-sur-Mer.  Neuf matchs joués, neuf matchs gagnés en saison régulière, et une médaille d’argent au tournoi provincial du 1er novembre.  Exceptionnellement, l’équipe était cette année entraînée par des joueuses de l’équipe senior, une formule qui semble faire ses preuves. 

«On les faisait souvent pratiquer à l’heure du dîner, mais on avait peu de temps pour de vrais entraînements, les filles ont vraiment fait du bon travail.  Certaines n’avaient jamais joué avant cette année, elles se sont énormément améliorées au cours de la saison» s’enthousiasment les jeunes entraîneures, Renée Gardiner, Emma MacLeod et Emma Collicutt. 

Quand leur professeur du cours de Santé et leadership a approché la classe pour soumettre le projet, les trois filles n’ont pas hésité une seconde.  «On a été les seules à lever notre main, mais on était vraiment excitées pour ce projet! C’est beaucoup de travail, mais maintenant c’est amusant, pas stressant», expliquent-elles.  L’équipe est aussi encadrée par Terry Caissie (parent), qui avait accepté le rôle d’entraîneur s’il avait de l’aide pour le côté «volleyball». 

«Terry est vraiment bon pour remonter les filles quand elles sont démoralisées, c’est important.  Nous, on essaye de leur montrer ce que nos entraîneurs nous ont appris dans le passé, on prend beaucoup de notes», expliquent les jeunes sportives.  Durant les pratiques, les joueuses enchaînent les attaques, les services, les blocs.  Pour les stimuler, les entraîneures sont sans pitié :un service manqué mérite une dizaine de burpees ou de pompes.  De quoi réussir ses coups!

Une équipe unie

L’infime différence d’âge permet une grande complicité entre les coaches et les joueuses.  «On n’a pas vraiment le sentiment d’être des  entraîneurs c’est plus comme des amies.  On a déjà joué avec certaines des filles du niveau intermédiaire, il y a un très bon esprit d’équipe», affirment les joueuses seniors.  Durant les matchs, les filles sur le terrain se félicitent pour les bons coups ou s’encouragent pour ceux manqués. 

Même si l’équipe a gagné tous ses matchs, le pointage était parfois très rapproché, et l’adrénaline se faisait sentir dans le gymnase.  Rencontrées la veille du championnat provincial, les entraîneurs avouaient être excitées et stressées, craignant un match difficile contre l’équipe de Grace Christian.  «Ils ont perdu un seul match, ça va peut-être être un autre niveau.  Mais on espère quand même remporter la bannière!» C’est finalement devant l’équipe de Souris qu’elles se sont inclinées 3-0, alors que Grace Christian a remporté le bronze. 

Les trois adolescentes jouaient, elles aussi, plus tôt dans la journée, pour se qualifier pour le tournoi provincial.  «Ça fait beaucoup, deux équipes, avec l’école et nos autres occupations», admettent-elles.  Il est même arrivé qu’un de leurs matchs soit déplacé parce qu’il était en conflit d’horaire avec celui de l’équipe intermédiaire, «notre priorité», affirment les jeunes entraîneures. 

Pour bien préparer l’équipe à la saison du printemps prochain, pas question de chômer cet hiver.  «On espère continuer de pratiquer et même amener les filles au gymnase», prévoient les entraîneures.  Sur une si belle lancée, l’équipe ne peut que continuer.   


L’équipe féminine de volleyball intermédiaire de l’École-sur-Mer devant la mascotte de l’école.  De gauche à droite, au premier rang, on voit Cassidy Gallant, Emma McInnis, Lydia Enman et Janelle Gardiner.  Au second rang, on voit Renée Gardiner et Emma MacLeod (entraîneures), Émilie-Sophie Benoit, MacKenzie Hambly, Sarah-Ève Roy, Taylor Caissie, Tessa Larose, Brianna Short et Terry Caissie (entraîneur).  (Photo : Gracieuseté)

- Par Ericka Muzzo

Communiqué

Des subventions sont offertes pour des projets communautaires visant le mieux-être

15 juin 2021

Les groupes et organismes communautaires peuvent faire une demande en ligne afin d’obtenir un financement pour des initiatives de mieux-être qui font la promotion d’un style vie sain.  Le Programme de subventions pour le mieux-être soutient les initiatives communautaires qui favorisent les modes de vie sains et le bien-être de la communauté. Tous les projets financés par le programme doivent porter sur au moins un des domaines suivants : 

Communiqué

Déclaration du premier ministre King

15 juin 2021

L’honorable Dennis King, premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard a émis la déclaration suivante après l’annonce par l’honorable Wayne Easter qu’il ne se représentera pas aux prochaines élections fédérales :  « Au nom du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, je veux remercier Wayne Easter pour ses 28 années de service public à titre de député de Malpeque.  Wayne a été mon député local depuis les 17 dernières années. Comme observateur politique, j’ai vu Wayne depuis sa première élection en 1993 représenter notre province avec dignité, respect et intégrité tout en veillant à ce que les voix des Insulaires soient toujours entendues à notre capitale nationale. »

L’environnement, victime invisible de la COVID-19?
Actualité

L’environnement, victime invisible de la COVID-19?

14 juin 2021Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Depuis un an et demi, la COVID-19 monopolise l’attention du monde entier, reléguant au second plan les problématiques environnementales.  Pourtant, en pleine crise écologique, il n’a jamais été aussi urgent de penser le monde d’après. 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Exemple

Actualités

L’environnement, victime invisible de la COVID-19?
Actualité

L’environnement, victime invisible de la COVID-19?

14 juin 2021Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Depuis un an et demi, la COVID-19 monopolise l’attention du monde entier, reléguant au second plan les problématiques environnementales.  Pourtant, en pleine crise écologique, il n’a jamais été aussi urgent de penser le monde d’après. 

Travailleurs étrangers temporaires : «Le Canada devrait avoir honte»
Actualité

Travailleurs étrangers temporaires : «Le Canada devrait avoir honte»

10 juin 2021Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

«La pandémie aggrave les conditions de vie des travailleurs étrangers temporaires.  En dehors des lieux de travail, on ne les protège pas comme on devrait, ils ont peur», regrette Tracy Glynn.  La chercheuse à l’Université Saint-Thomas au Nouveau-Brunswick est l’une des auteures du rapport «En sécurité au travail, en danger à la maison», publié le mardi 1er juin. 

Exemple

Communauté

Les Premières Nations de l’Île en pleine réappropriation de leur gouvernance
Communauté

Les Premières Nations de l’Île en pleine réappropriation de leur gouvernance

12 juin 2021Jacinthe Laforest

Même si les pensionnats autochtones sont aujourd’hui fermés, la politique qui a permis leur création continue de subsister, notamment avec la Loi sur les Indiens, datant de 1876, et toujours en vigueur aujourd’hui.  C’est cette loi qui a notamment converti les gouvernements autochtones en conseils de bande sans réels pouvoirs et conférant aux Autochtones le statut «d’enfants de l’État», avec donc des droits limités.  Des droits que les Premières Nations tentent de regagner.

Un plan pour une approche scolaire-communautaire renforcée
Communauté

Un plan pour une approche scolaire-communautaire renforcée

01 juin 2021

La force de la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard réside dans l’engagement fort et solidaire de ses membres ainsi que dans la pluralité des organismes qui la constituent.  Il est à présent nécessaire de mettre en place une collaboration scolaire-communautaire plus active et transparente.

Culture

Annette la Roupette, une courte pièce de théâtre qui valorise la gentillesse
Culture

Annette la Roupette, une courte pièce de théâtre qui valorise la gentillesse

30 mai 2021Jacinthe Laforest

Annette est une jeune fille populaire dans son école.  Elle est jolie, elle est bonne dans les sports, tout le monde veut être son ami.  Sous cette image de perfection, Annette cache une blessure, mais personne ne le sait.  Lorsque Babine, une grosse paire de lèvres qui parle avec sagesse, suggère à Annette d’accueillir son amie Claudette, Annette devient presque méchante.  «Oui, elle est dans ma classe, mais elle n’est pas mon amie.  Elle est laide; elle est grosse; elle est stupide».

Opportunité de théâtre pour les jeunes cet été!
Culture

Opportunité de théâtre pour les jeunes cet été!

26 mai 2021

«Hé, les jeunes? Êtes-vous âgés de 8 ans et plus et avez-vous un goût pour les arts de la scène? Si oui, vous pourriez vivre une belle expérience cet été grâce au projet de la jeune compagnie que lance l’entreprise Les Productions Cuisine à Mémé 2021», lance le directeur artistique Paul D. Gallant.

Éducation

Cinquante-six saumons changent d’aquarium
Éducation

Cinquante-six saumons changent d’aquarium

05 juin 2021Jacinthe Laforest

Les élèves de 4e et 5e année de l’École Pierre-Chiasson ont dit au revoir et bonne chance à 56 petits saumons le mardi 25 mai, au cours d’une excursion avec leurs parents à l’étang Profit, à Rosebank près de Mill River East.  Une activité de connexion avec la nature et de sensibilisation à l’environnement.

400 $ pour le terrain de jeu intermédiaire à Évangéline
Éducation

400 $ pour le terrain de jeu intermédiaire à Évangéline

02 juin 2021

Un spectacle de musique et de théâtre, titré «Boucane dans la cabane» a été présenté le mardi 25 mai dernier à l’École Évangéline, à Abram-Village, et a amassé la belle somme de plus de 400 $ pour le terrain de jeu des élèves de l’intermédiaire.

Patrimoine

Veritas Acadie souligne son 10e anniversaire
Patrimoine

Veritas Acadie souligne son 10e anniversaire

08 mai 2021

Tout a commencé en 2009 alors que sept historiens et mordus d’histoire acadienne issus de milieux différents en Acadie, au Québec et en Nouvelle-Angleterre, ont fondé une société pour défendre la véracité historique en histoire acadienne sous tous ses aspects en particulier, mais non exclusivement sur la période de la Déportation.  Cette entreprise se nomme la Société internationale Veritas Acadie (la SIVA).

Jeu-questionnaire sur l’Acadie de l’Î.-P.-É
Patrimoine

Jeu-questionnaire sur l’Acadie de l’Î.-P.-É

02 février 2021

Le Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches lance son populaire jeu-questionnaire annuel.  Ce jeu-questionnaire, qui porte sur des aspects de l’histoire et du patrimoine acadiens de l’Île-du-Prince-Édouard, comprend dix questions avec un choix de réponses.  Le Comité historique suggère que le jeu-questionnaire devienne une belle activité éducative de groupe dans une salle de classe, en famille, lors d’un souper d’amis ou encore dansle cadre d’une réunion. 

Société

Palestine : Des marcheurs dénoncent l’injustice à Charlottetown
Société

Palestine : Des marcheurs dénoncent l’injustice à Charlottetown

11 juin 2021Jacinthe Laforest

Le 22 mai dernier, 250 marcheurs ont manifesté pacifiquement à Charlottetown, en réponse à l’appel lancé par la Société musulmane de l’Île-du-Prince-Édouard.  «Dans les deux heures suivant la publication de notre invitation, nous avions le maximum d’inscriptions permis par la COVID-19 et les autorités de santé qui avaient approuvé notre plan», dit Zaïn Esseghaïer, porte-parole de la Société musulmane de l’Île.  

L’École Saint-Augustin fait partie de la 1re cohorte de quatre récipiendaires des prix de réconciliation
Société

L’École Saint-Augustin fait partie de la 1re cohorte de quatre récipiendaires des prix de réconciliation

01 juin 2021Jacinthe Laforest

L’Assemblée des conseils Epekwitk a profité de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones pour inaugurer une toute nouvelle récompense afin de reconnaître les efforts de réconciliation.  Pour cette Assemblée, c’était aussi une façon de cristalliser sa nouvelle présence permanente sur le front de mer de Charlottetown, où s’élève dorénavant l’édifice de l’Assemblée Epekwitk.