Patrimoine
18 août 2021 Par Aveyanna Poulin
La réplique de la Salle de la Confédération qui se trouve au foyer du Centre des arts de la Confédération.

Une fois de plus, les visiteurs ont l’occasion de découvrir l’histoire de la Confédération, à travers la réplique de la salle de la Confédération de Province House, située dans le Centre des arts de la Confédération à Charlottetown. 

Bien que le bâtiment de Province House soit fermé aux fins de restauration, le Centre des arts de la Confédération est la visite qui s’impose.  Vous pouvez admirer une fidèle réplique de la Salle de la Confédération et visionner la nouvelle vidéo intitulée «Un édifice, une destinée».  Une visite guidée qui comprend aussi quelques artefacts originaux de la Salle de la Confédération.  C’est ici que les Pères de la Confédération se sont réunis pour s’entendre sur une union politique et économique avec les colonies de l’Amérique du Nord britannique et des maritimes. 

Il y a eu trois conférences avant la Confédération, mais celle de Charlottetown en 1864 fut celle où les discussions ont été entamées pour mener à la création du Dominion du Canada en 1867…  «Si vous aviez à participer à l’une de ces conférences, celle-ci était la meilleure, puisque tout le monde apprenait à se connaitre et les discussions n’étaient pas aussi sérieuses que plus tard.  Il y avait plusieurs fêtes, des danses et des pique-niques», explique Suzanne Mills, la guide lors de notre visite. 

Situé au foyer supérieur du Centre des arts de la Confédération à Charlottetown, la reproduction de la salle de la Confédération, lieu historique non seulement pour le Canada, mais également pour l’Île-du-Prince-Édouard, peut être visitée par les insulaires et visiteurs afin d’approfondir leurs connaissances sur ce lieu tout en le voyant. 

«Î.-P.-É., à l’époque, ne voulait pas rejoindre la Confédération.  Nous l’avons rejoint que 6 ans plus tard.  Nous ne pensions pas que ce serait bon pour nous, puisque la Confédération proposait un chemin de fer dont nous ne pourrions pas nous servir à l’Î.-P.-É.  Aussi, l’un des problèmes les plus importants sur l’Île-du-Prince-Édouard était la location foncière.  Quand les Britanniques ont pris l’Île-du-Prince-Édouard aux Français, ils l’ont divisé en 67 lots.  Comme il y avait plus d’individus que le nombre de lots, le gouvernement de la Gran-de-Bretagne décida d’une loterie pour allouer les lots.  Pendant cent ans ou plus, si vous veniez à l’Île-du-Prince-Édouard pour construire une ferme, défricher la terre, abattre les arbres, travailler, travailler et travailler, cela ne vous appartiendrait jamais, cela appartiendrait toujours à quelqu’un d’autre, même pendant des générations.  Si vous étiez en retard sur votre loyer, une seule fois, vous deviez partir.  Ce n’était pas un bon système.  Il n’y avait aucun autre système comme celui-ci, à l’époque.  L’Île-du-Prince-Édouard a donc décidé de rejoindre le Canada si l’on nous donnait assez d’argent pour racheter toutes les terres et obliger la Grande-Bretagne à nous vendre les terres, ce qui s’est produit.  Ceci à aider à conclure les termes de l’union pour l’entrée de l’Île-du-Prince-Édouard dans la Confédération le 1er juillet 1873», raconte la guide.

La réplique de la Salle et le nouveau film vous ramènent dans le temps, pendant les huit premiers jours de septembre 1864, au moment où se sont tenues, à Province House, des
discussions qui devaient changer la face de l’Amérique du Nord.  Ce film porte également sur des thèmes connexes comme les Premières Nations dans le contexte de la Confédération et le rôle des femmes dans la société victorienne.

La reproduction de la Salle compte aussi quelques objets authentiques et une reproduction parfaite des objets de la chambre originale.  Les armoiries datent de 1867.  Donc, tous les objets que l’on retrouve ici sont des répliques parfaites.  Par exemple, les chaises ont été toutes numérisées et un plan exact a été donné aux menuisiers afin de recréer très semblables à l’original et ceci pour toutes les pièces», partage Suzanne Mills.

Les travaux de la deuxième phase du projet de la con-servation de Province House étant l’intérieur du bâtiment, on prévoit, si tout va bien, une réouverture en 2023. 

Les visites, de la réplique de la Salle de la Confédération située au Centre des arts de la Confédération, sont possibles du lundi au samedi, de 9 h à 17 h et le dimanche de 12 h à 17 h, gratuitement.   

La guide Suzanne Mills offre les détails de l’histoire de la Confédération.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier