Patrimoine
08 mai 2021
David Le Gallant, rédacteur en chef de Veritas Acadie, tient fièrement le premier numéro de la revue en 2012. (Photo : Archives)

Tout a commencé en 2009 alors que sept historiens et mordus d’histoire acadienne issus de milieux différents en Acadie, au Québec et en Nouvelle-Angleterre, ont fondé une société pour défendre la véracité historique en histoire acadienne sous tous ses aspects en particulier, mais non exclusivement sur la période de la Déportation.  Cette entreprise se nomme la Société internationale Veritas Acadie (la SIVA).

La revue «Veritas Acadie», qui fait aujourd’hui 152 pages en couleur, se veut un cri de cœur des fondateurs et contributeurs qui trouvent que l’histoire officielle donne trop souvent l’illusion de tout savoir, et tait ce qu’elle veut ignorer ou lui donne une coloration légère.   

Aux dires de plusieurs collaborateurs à la revue, certains universitaires, pourtant de renommée, prennent beaucoup de liberté avec l’Histoire.  Veritas Acadie se donne la mission de «mettre les pendules à l’heure».

La SIVA et sa revue comptent parmi ses membres, abonnés et collaborateurs, des gens de tous les horizons; des juristes, des avocats, des religieuses, des prêtres, des poètes, des patriotes, des nationalistes, des historiens et des folkloristes, des professeurs d’université et des auteurs, qu’ils viennent de l’Acadie, du Québec, de la France ou des États-Unis.  

«Les sujets abondent en couleurs, dit le rédacteur en chef, David Le Gallant.  Il y a même des généalogies de hockeyeurs acadiens, des articles sur les Premières Nations.  La revue a évolué depuis dix ans.  Ses parties principales sont aujourd’hui : La Nouvelle-France, Le Génocide acadien, Les Fondements, Les Composantes identitaires et La Substantifique Moelle Ailleurs (recherches et découvertes hors Acadie), toutes eu égard aux Acadiens de près ou de loin». 

Plusieurs bibliothèques, archives et collections ont Veritas Acadie sur leurs étagères telles la Robertson Library à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, la Wisconsin Historical Society Library, etc.  

Le Musée acadien de l’Î.-P.-É. (Miscouche), et les régions de Prince-Ouest (les capitaines Bernard, Placide l’homme mystérieux, etc.) et Rustico (Napoléon III) sont particulièrement à l’honneur cette fois-ci.

La revue est disponible au Centre acadien de Prince-Ouest et prochainement aux points de vente du Musée acadien de l’Î.-P.-É. (Miscouche) et du Centre Belle-Alliance (Summerside) ainsi que plus tard cet été, ailleurs dans l’Île.  Au Nouveau-Brunswick, elle se vend à la Librairie acadienne (Université de Moncton), la Librairie Pélagie (Shippagan et Caraquet) et la Librairie Matulu (Edmundston).  Pour info, écrire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

La 4e page de la couverture de la plus récente édition de Veritas Acadie marque le 10e anniversaire (2012-2021).  On y voit les 10 numéros de la revue grâce à la photo d’une collaboratrice de la revue en Provence, France.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier