Le 28 mai 2014

Lori MacAdam, coordonnatrice des services de bibliothèques en français, Jennifer Robichaud, coordonnatrice de la logistique locale pour le Salon du livre, et Anne Godin, coordonnatrice du Salon du livre de l’Île-du-Prince-Édouard.  Un total de plus de 3000 jeunes visiteront le Salon dans le cadre des visites scolaires et plus de 4 450 jeunes rencontreront des auteurs dans le cadre de 53 animations, dans les écoles et au Salon.

Le tout premier salon du livre de l’Île-du-Prince-Édouard, du 5 au 7 juin, pour la portion ouverte au grand public, accueillera environ 20 auteurs du Québec, de l’Acadie et des Îles-de-la-Madeleine.  

La coordonnatrice de cette première édition, Anne Godin, était à l’Île-du-Prince-Édouard la semaine dernière pour régler les derniers détails de la programmation par ailleurs, très ambitieuse.  

«Nous avons vraiment pensé à tous les publics, autant aux écoles françaises et d’immersion, aux parents, aux amateurs de bonne lecture et même aux amateurs de cuisine», souligne la coordonnatrice.  

Même si les dates officielles du Salon sont du 5 au 7 juin, dès le 2 juin, des auteurs vont circuler dans les écoles pour y rencontrer les élèves.  De plus, de nombreux groupes d’immersion et des écoles françaises vont venir au salon durant les journées du jeudi et du vendredi.  

«Nous avons mis tout en œuvre pour exposer le plus grand nombre de jeunes possible aux auteurs et aux livres francophones, même si nous avions, à l’évidence, des contraintes de temps et de budget.  Mais je pense que nous avons réussi», dit Mme Godin.  

Parmi les auteurs et les personnages qui risquent d’être les plus populaires durant le salon, mentionnons Géronimo Stilton, qui sera là en chair et en os, ainsi que la jeune fée Fééli Tout.  Tous deux feront de nombreuses animations, autant dans les écoles que sur le site même du Salon.  

Le salon ouvrira le jeudi soir et lors de la soirée, un hommage sera rendu à l’auteur insulaire Melvin Gallant, qui a entre autres créé la série Ti-Jean/Tite-Jeanne.  

Le vendredi, le salon sera ouvert toute la journée au public et à la clientèle scolaire.  En soirée, deux auteures de renom, Dominique Demers (de 18 h à 18 h 50) et Marie Laberge (de 19 h à 19 h 50), se prêteront à de longues entrevues par des intervieweurs et amateurs de lecture, Diane Bernier-Ouellette et Georges Arsenault.  «Nous installerons des tables et des chaises et les gens pourront se prendre un café pour écouter les entretiens.  Ce sera une belle expérience, je crois», dit la coordonnatrice du Salon du livre.  

Tout de suite après ces deux conférences, l’accent sera mis sur le vin, et la littérature sur le vin, pour un maximum de 40 personnes qui auront acheté un billet.  Le sommelier Jean-Sébastien Morin animera une soirée de dégustation de vins en s’inspirant des livres sur le vin, dont certains seront en vente au salon.  

Grande librairie

«Nous ne pouvons évidemment pas promettre que le livre que vous cherchez sera là, mais les gens qui viendront au salon auront un choix de livres comparable à celui d’une grande librairie.  Nous allons avoir 18 kiosques, plusieurs maisons d’édition, et ce sera vraiment agréable de se promener parmi les livres et de magasiner.  En plus, les gens pourront faire signer leurs achats par les auteurs, le cas échéant, et cela ne se trouve pas en librairie», dit Anne Godin.  

Présence de Radio-Canada

Radio-Canada Acadie sera très présente durant tout le salon.  Premièrement, le vendredi matin, Le Réveil sera diffusé en direct du Centre Belle-Alliance et le petit déjeuner sera offert jusqu’à 9 heures.  Le lendemain matin, l’émission de fin de semaine Tout un samedi, signée Anne Godin (l’autre Anne Godin), sera diffusée en direct du Salon, de 7 heures à 11 heures.  

«Anne Godin va dans tous les salons du livre.  C’est une grande lectrice.  Lorsqu’elle va dans les salons, elle arrive quelques jours à l’avance, elle fait son repérage, choisit ses intervenants et elle construit son émission au fur et à mesure.  Son émission de ce samedi portera sur le Salon du livre, mais aussi sur le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown», précise la coordonnatrice du Salon.  

Volet concours

En prévision du Salon du livre, un concours a été lancé pour permettre à 25 enfants de venir passer une nuit à la bibliothèque.  «Nous avons invité les jeunes à participer en nous envoyant une question qu’ils aimeraient poser à Dominique Demers.  Nous allons piper 25 noms et durant leur nuit à la bibliothèque, l’auteure ira répondre à leurs questions des jeunes.  Je pense que ce sera une expérience marquante pour ces jeunes lecteurs», dit Mme Godin.  

Activité de cuisine pour les aînés et le grand public

L’une des auteures qui viendront au salon s’appelle Jacqueline Lagacé.  Elle a écrit un livre où elle raconte comment elle a vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation.  Jacqueline Lagacé participera à une journée destinée aux Francophones de l’âge d’Or, le vendredi, et le lendemain, de 12 à 13 h 30, elle sera en vedette dans une causerie animée par Josée Alain, elle-même adepte de la méthode Lagacé, où on présentera entre autres des mets à déguster et bons pour la santé.  

Ceci n’est qu’un petit aperçu de la programmation 5 étoiles qui sera offerte au premier Salon du livre de l’Île-du-Prince-Édouard.

Saison des ouragans, des prévisions record
Actualité

Saison des ouragans, des prévisions record

11 juin 2024Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Entre 17 et 25 tempêtes nommées sont prévues, mais il est encore bien trop tôt pour savoir lesquelles toucheront les côtes de l’Île-du-Prince-Édouard. L’augmentation sans précédent de la température de l’océan, liée au réchauffement climatique, explique en grande partie l’intensification des ouragans de l’Atlantique Nord. 

La petite robe rouge : un miroir, une fenêtre et une porte 
Culture

La petite robe rouge : un miroir, une fenêtre et une porte 

11 juin 2024Jacinthe Laforest

Annoncé depuis quelque temps déjà, le lancement de l’album La petite robe rouge, de Julie Gagnon et de Julie Pellissier-Lush, a eu lieu comme prévu dans le cadre du Salon du livre de l’ÎPÉ, le vendredi 31 mai.  Le livre a été accueilli avec beaucoup de respect et de reconnaissance pour l’important message qu’il contient.  

À 99 ans, Albert Arsenault est parmi les derniers vétérans de la SGM encore vivants
Communauté

À 99 ans, Albert Arsenault est parmi les derniers vétérans de la SGM encore vivants

9 juin 2024Jacinthe Laforest

Les vétérans de la Seconde Guerre mondiale, qui a pris fin en 1945, se font de plus en plus rares.  L’un des derniers vétérans natifs de la région Évangéline est Albert Arsenault, qui a servi sur l’Iroquois, un destroyer qui a escorté des convois et a assumé des rôles offensifs dans le golfe de Gascogne, dans la Manche et au large des côtes de France, de la Norvège et du Nord de la Russie.  

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités

Saison des ouragans, des prévisions record
Actualité

Saison des ouragans, des prévisions record

11 juin 2024Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Entre 17 et 25 tempêtes nommées sont prévues, mais il est encore bien trop tôt pour savoir lesquelles toucheront les côtes de l’Île-du-Prince-Édouard. L’augmentation sans précédent de la température de l’océan, liée au réchauffement climatique, explique en grande partie l’intensification des ouragans de l’Atlantique Nord. 

Gilles Arsenault croit que l’Île sort grandie du Sommet sur les îles durables
Actualité

Gilles Arsenault croit que l’Île sort grandie du Sommet sur les îles durables

5 juin 2024Jacinthe Laforest / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne - ATL

Le Sommet sur les îles durables 2024 d’Island Innovation a eu lieu ici même à l’Île-du-Prince-Édouard du 21 au 23 mai.  Des représentants de 50 îles d’un peu partout dans le monde se sont réunis à Crowbush pour partager leurs meilleures pratiques et discuter de défis communs.  Le ministre du Développement économique, de l’Innovation et du Commerce de l’Île-du-Prince-Édouard, Gilles Arsenault, était présent.  

Communauté

À 99 ans, Albert Arsenault est parmi les derniers vétérans de la SGM encore vivants
Communauté

À 99 ans, Albert Arsenault est parmi les derniers vétérans de la SGM encore vivants

9 juin 2024Jacinthe Laforest

Les vétérans de la Seconde Guerre mondiale, qui a pris fin en 1945, se font de plus en plus rares.  L’un des derniers vétérans natifs de la région Évangéline est Albert Arsenault, qui a servi sur l’Iroquois, un destroyer qui a escorté des convois et a assumé des rôles offensifs dans le golfe de Gascogne, dans la Manche et au large des côtes de France, de la Norvège et du Nord de la Russie.  

Les coquelicots vont fleurir jusqu’en novembre dans la région Évangéline
Communauté

Les coquelicots vont fleurir jusqu’en novembre dans la région Évangéline

6 juin 2024Jacinthe Laforest 

Les coquelicots sont le symbole le plus distinctif identifié au souvenir du sacrifice fait par les soldats canadiens au cours des guerres dans lesquelles ils ont servi.  La Légion de Wellington vient tout juste de démarrer un projet communautaire qui va se conclure en novembre prochain : la réalisation d’une cascade de coquelicots qui partira du toit de la Légion jusqu’au sol, en prévision du Jour du Souvenir. 

Publi-reportage

Culture

La petite robe rouge : un miroir, une fenêtre et une porte 
Culture

La petite robe rouge : un miroir, une fenêtre et une porte 

11 juin 2024Jacinthe Laforest

Annoncé depuis quelque temps déjà, le lancement de l’album La petite robe rouge, de Julie Gagnon et de Julie Pellissier-Lush, a eu lieu comme prévu dans le cadre du Salon du livre de l’ÎPÉ, le vendredi 31 mai.  Le livre a été accueilli avec beaucoup de respect et de reconnaissance pour l’important message qu’il contient.  

Littérature en Acadie : «Les livres doivent être plus connectés à nos réalités»
Culture

Littérature en Acadie : «Les livres doivent être plus connectés à nos réalités»

7 juin 2024Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

La littérature acadienne suscite de plus en plus d’intérêt et s’exporte de mieux en mieux. Mais les éditeurs ont parfois du mal à trouver de nouveaux auteurs. Donner le goût de l’écriture et de la lecture aux jeunes et aux moins jeunes est loin d’être évident en situation minoritaire. Les autrices et éditrices interrogées insistent sur le rôle de l’école et des parents. 

L’improvisation, ça ne s’improvise pas
Culture

L’improvisation, ça ne s’improvise pas

1 juin 2024Jacinthe Laforest

L’équipe d’improvisation n’a eu aucun mal à recruter ses athlètes et à former une équipe de quatre gars et quatre filles tous plus engagés les uns que les autres.  Le siège social de l’équipe est cette année à l’École Saint-Augustin.   

Éducation

Le cours sur le leadership communautaire est maintenant offert
Éducation

Le cours sur le leadership communautaire est maintenant offert

21 mai 2024Jacinthe Laforest

Développé par et pour le secteur communautaire francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, le programme de formation en leadership communautaire est maintenant disponible au Collège de l’Île.  Ce cours en 12 modules autoportant s’adresse à toutes les personnes qui œuvrent dans le développement communautaire francophone à l’Île-du-Prince-Édouard.

Denis Morais est honoré par ses collègues
Éducation

Denis Morais est honoré par ses collègues

9 mai 2024Jacinthe Laforest

Denis Morais, enseignant à l’École Pierre-Chiasson depuis 2012, est le récipiendaire 2023-2024 de la Pomme d’or professionnelle, le prix créé par l’Association des enseignants et enseignantes de la CSLF.  La surprise de Denis Morais était totale lorsqu’il a été rejoint sur la scène par ses parents et sa sœur, venus expressément du Nouveau-Brunswick, pour assister à la présentation.  

Patrimoine

Louis Arsenault reçoit un prix du patrimoine pour son travail en généalogie
Patrimoine

Louis Arsenault reçoit un prix du patrimoine pour son travail en généalogie

1 avril 2024Jacinthe Laforest 

Bien connu des lecteurs de La Voix acadienne, Louis Arsenault est très actif dans le domaine de la préservation du patrimoine, en particulier pour ses recherches en généalogie.  Récemment, il a fait les manchettes pour son projet sur la petite école de Saint-Hubert.  Le dimanche 17 mars, il a reçu un bel encouragement sous la forme du Prix de généalogie Mary Cornfoot Brehaut.  

Documenter le vieux style de danse et l’enseigner : l’objectif de Megan et Hélène Bergeron
Patrimoine

Documenter le vieux style de danse et l’enseigner : l’objectif de Megan et Hélène Bergeron

16 mars 2024Jacinthe Laforest 

Au cours des 40 dernières années, la région Évangéline a vu naître de nombreuses troupes de danse traditionnelle.  Depuis les Danseurs Évangéline à la fin des années 1970 jusqu’aux Steppeuses, en passant par Les Pas d’Folie, l’accent était mis sur la synchronisation et le respect de la chorégraphie.  En adoptant ce «nouveau style», on a mis de côté le vieux style et les vieux pas qui constituent la vraie danse traditionnelle de la région Évangéline.  C’est ce vieux style que Megan Bergeron et sa mère Hélène veulent ramener à l’avant plan, afin qu’il cohabite avec le «nouveau style»

Société

La faim, une nouvelle normalité à l’Île-du-Prince-Édouard? 
Société

La faim, une nouvelle normalité à l’Île-du-Prince-Édouard? 

8 juin 2024Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Dans la province, la faim se maintient à un niveau très élevé. Selon Statistique Canada, 41% des enfants à l’Île-du-Prince-Édouard souffrent d’insécurité alimentaire. La situation s’est dégradée ces dernières années. Le gouvernement s’éloigne de son objectif d’éradiquer ce fléau d’ici l’an prochain. 

Hospice ÎPÉ a besoin de bénévoles francophones et bilingues
Société

Hospice ÎPÉ a besoin de bénévoles francophones et bilingues

5 juin 2024

Hospice ÎPÉ recherche des personnes qui seraient intéressées à faire du bénévolat auprès des bénéficiaires de soin.  « Notre banque de bénévoles francophones est faible », de dire Catherine Gaudet, coordonnatrice des services d’Hospice dans Prince-Est, «nous en avons deux dans notre région et ce serait vraiment bien d’en avoir plus. Il est nécessaire d’avoir plus de bénévoles bilingues.»

Santé