FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 2 mai 2018
En tant que président de l’organisme porte-parole de la communauté acadienne et francophone, Guy Labonté voit les élections scolaires de la fin mai comme une occasion pour la communauté acadienne et francophone d’exercer un droit, mais aussi un devoir important.  «Premièrement, quand on décide d’aller voter, pour un candidat ou un autre, on s’intéresse plus à ce que nos commissaires élus font ou ne font pas.  Le vote comme tel est une partie importante de la démocratie, mais ce qui se passe ensuite l’est aussi.  Les électeurs de toutes les zones sont en droit de s’attendre à ce que leur commissaire ou leurs commissaires parlent pour eux aux réunions et qu’ils questionnent les décisions à prendre jusqu’à ce qu’ils se sentent à l’aise de décider», a insisté le président de la Société Saint-Thomas-d’Aquin. 

Le 1er mai 2018
La Commission scolaire de langue française (CSLF) et la Fédération des parents de l’Île-du-Prince-Édouard organisent des sessions d’information sur les élections scolaires dans chacune des six régions scolaires de la province. Le but de ces sessions est d’informer les personnes intéressées à l’éducation de langue française et de les encourager à soumettre leur candidature aux élections de la CSLF et d’exercer leur droit de vote le 28 mai prochain.

Le 17 avril 2018
L’école Évangéline a formé un groupe de 18 élèves motivés par la perspective de participer à un échange culturel. Les participants, de la neuvième année, ont été jumelés avec une école de Témiscouata-sur-le-Lac au Québec par l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF). Ils auront l’occasion d’aller découvrir cette communauté du 16 au 22 mai 2018. À leur tour, les gens de Témiscouata-sur-le-Lac viendront visiter la région Évangéline du 28 mai au 3 juin 2018.

Le 17 avril 2018
La Commission scolaire de langue française (CSLF) de l’Île-du-Prince-Édouard est heureuse d’annoncer l’embauche de Julie Gagnon en tant que directrice de l’instruction. Madame Gagnon remplacera Paul Cyr à compter du 1er juillet 2018.  Julie Gagnon a mérité un Baccalauréat en éducation, une Maîtrise en éducation et une Maîtrise en administration scolaire.

Le 10 avril 2018
Il n’y a pas de loi spécifique à l’intimidation à l’Île-du-Prince-Édouard.  Par contre, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ont tous les deux des lois spécifiques.  Au Nouveau-Brunswick, la Politique 703, Milieu propice à l’apprentissage et au travail, révisé en 2013, énonce les droits et les obligations du ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, des districts scolaires et des écoles pour la création d’un milieu propice à l’apprentissage et au travail dans le système d’éducation publique. 

Le 27 février 2018
Le personnel enseignant de la Commission scolaire de langue française (CSLF) participera le 5 mars à une sixième journée de perfectionnement professionnel en 2017-2018. Cinq sessions de formation seront au programme. Une session portera sur le développement du langage pendant la journée scolaire. La session, qui aura lieu à l’École Saint-Augustin de Rustico, sera animée par Annie Jolicoeur, Anne-Marie Rioux et Nathalie Bourque-Mol. Elle vise le personnel enseignant de la maternelle à la 3e année.

Le 29 août 2017
La rentrée scolaire des enfants de la Commission scolaire de langue française de l’Île-du-Prince-Édouard (CSLF) approche à grands pas avec la fin du mois d’août.  Quelques changements auront lieu cette année dans les six écoles qui en font partie, mais l’objectif commun est le même : éduquer les enfants en français. 

Le 13 juin 2017
Le 2 juin dernier, le ministre de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture, Doug Currie, a annoncé la création de 27 postes d’enseignants pour la prochaine rentrée scolaire à l’automne 2017.  En soi, la nouvelle est bonne, mais pour la Commission scolaire de langue française, c’est une autre preuve que le gouvernement provincial ne respecte pas le droit des francophones à l’instruction en français.  Émile Gallant, président de la Commission scolaire de langue française, était à Québec pourle travail, au moment de l’annonce.  «J’aurais pu aussi être à Charlottetown, où l’annonce avait lieu.  Je n’ai pas été invitée.  Ma directrice générale, Anne Bernard-Bourgeois, a été informée de la conférence de presse à quelques heures d’avis, sans toutefois y être invitée.  Ça n’a pas de sens. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images