Éducation
11 mars 2021

Dès septembre prochain, les parents, les tuteurs et tutrices ayant inscrit leur enfant dans un centre de la petite enfance (CPE) francophone de l’Île pourront bénéficier des subventions provinciales, annoncées en décembre 2020. Ces subventions visent à inciter tous les parents d’enfants de 4 ans de la province à les inscrire dans un CPE reconnu, afin de leur offrir un service de prématernelle de grande qualité et de réduire les frais de garde. Les enfants nés en 2017 sont invités à s’inscrire au CPE de leur région dès que possible.

Les parents, les tuteurs et tutrices peuvent inscrire leur enfant à tout moment pendant l’année, mais l’inscription est encouragée en ce temps-ci de l’année pour permettre aux CPE et aux écoles de mieux prévoir les besoins en ressources humaines et en espaces après l’été. Les parents, les tuteurs et tutrices sont invités à rejoindre l’ACPEFIPÉ au 902-888-1687 ou par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et la CSLF au 902-854-2975 ou par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

De plus, si votre enfant a 5 ans au 31 décembre 2021, il est encore temps de l’inscrire dans l’un des six beaux centres scolaires communautaires de La Commission scolaire de langue française – CSLF de l’Île-du-Prince-Édouard. Nous vous invitons à vous rendre à une de nos écoles ou à consulter notre site web https://cslfipe.wordpress.com/parents/criteres-dinscription/ pour remplir un formulaire d’inscription. Vous pouvez aussi contacter le siège social de la CSLF pour plus d’information au 902-854-2975.

 

Cette année, La Commission scolaire de langue française (CSLF) et l’Association des centres de la petite enfance francophone de l’Île-du-Prince-Édouard (ACPEFIPÉ) jumèlent leurs efforts en promotion et en recrutement afin de joindre le plus grand nombre de parents, de tuteurs et tutrices. Ces organismes desservent la même clientèle, mais à un âge particulier.

 

Selon le président de la CSLF, Gilles Benoit, les CPE francophones sont des partenaires essentiels à la réussite du système scolaire de langue française. «D’abord, les CPE sont situés sous le même toit que nos écoles, ce qui permet une belle collaboration pendant des soirées “Voir Grand”, par exemple. Ensuite, les CPE sont d’excellentes portes d’entrée à nos six écoles et ont contribué à l’augmentation significative de nos effectifs scolaires depuis 2014. Enfin, les CPE francophones permettent aux petits d’apprendre le français avant l’école, ce qui réduit nos efforts en francisation et facilite l’intégration de l’enfant dans une école de langue française».

 

La présidente de l’ACPEFIPÉ, France Gallant, abonde dans le même sens. «Les CPE et les écoles développent et éduquent les enfants selon des méthodes et des approches respectives, mais ce développement et cette éducation ne sont pas une fin en soi. Nos efforts bénéficient aux enfants, mais ils contribuent aussi à la communauté acadienne et francophone de l’Île».