FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 29 avril 2020

- Par Jacinthe Laforest

La Commission scolaire de langue française (CSLF) a décidé de ne pas renouveler le contrat de sa directrice générale, Natascha Joncas, à la fin de la période probatoire qui finissait plus tôt en avril.  «Natascha Joncas a fait avancer plusieurs dossiers pendant son séjour chez nous.  C’est une grande travaillante, et elle a de nombreuses compétences et qualités», a décrit le président de la CSLF, Gilles Benoit, en entretien téléphonique le vendredi 24 avril. 

 

Malgré cela, le contrat n’a pas été renouvelé et la CSLF va démarrer sous peu la période de recrutement.  «Je dirais que d’ici quelques semaines, nous serons en mesure de commencer le recrutement.  Nous avons créé un comité d’embauche et nous allons suivre les directives de la fonction publique.  Dans l’intérim, d’ici la fin juin, nous avons demandé à Marise Chapman, directrice de l’École La-Belle-Cloche, de prendre la direction», dit le président de la CSLF. 

 

Selon lui, deux grands dossiers sont prioritaires à ce point-ci : la COVID et les mesures qu’elle entraîne, et la planification pour l’an prochain, surtout en ce qui concerne les besoins en ressources humaines. 

 

Pour ce qui est des mesures reliées à la COVID et à une possible réouverture des écoles le 11 mai, Gilles Benoit affirme ne pas avoir d’indications à partager.  «J’imagine que si on est pour ouvrir les écoles le 11 mai, les autorités doivent être en train de faire des plans A, B et C.  Ailleurs, j’ai vu qu’il était question d’un retour sur une base volontaire.  Je ne sais pas si c’est ce qui est prévu ici».

 

Comme président de la CSLF et comme citoyen, Gilles Benoit suit de près l’évolution de la contagion à l’Île-du-Prince-Édouard.  «La première vague a été facile à contenir, car tous les cas étaient liés à des voyages soit à l’extérieur du pays ou de la province.  Éventuellement, le trafic va reprendre.  Une deuxième vague de contagion pourrait être plus difficile à contenir», analyse-t-il. 

 

Par ailleurs, la Commission scolaire de langue française est à fignoler son nouveau plan stratégique ainsi que son plan d’infrastructure pour les 10 prochaines années. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images