FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 1er avril 2020

- Jacinthe Laforest / Initiative de journalisme local - APF - Atlantique

Les cours d’art du East Coast Art Party gagnent en popularité. Colby et Casen Arsenault, les fils de Christine, aiment bien faire cette période d’art.  (Photo : Christine Arsenault)

 

Depuis la fin de la semaine de relâche, le ministère de l’Éducation et de l’Apprentissage continu fait parvenir aux familles des liens vers des ressources pédagogiques variées, accessiblesen ligne. En ce qui concerne ses écoles, la Commission scolaire de langue française (CSLF) collabore pour assurer que les ressources correspondent aux besoins. 

 

L’idée n’est pas que les parents reproduisent l’école à la maison.  «Nous ne voulons pas submerger les parents avec des leçons et des devoirs à faire.  Ce n’est pas nos attentes.  Les ressources sont là pour aider les parents à maintenir les acquis, surtout en français», dit Julie Gagnon, directrice de l’instruction à la Commission scolaire de langue française. 

 

Le vendredi 27 mars, le gouvernement provincial a annoncé que les écoles resteraient fermées jusqu’au 11 mai.  «Même avant de savoir que les écoles n’ouvriraient pas le 6 avril, on se préparait à l’éventualité que non.  On est à mettre en place un cadre de collaboration entre les enseignants, les conseillers pédagogiques, et les différentes équipes, afin d’identifier les résultats d’apprentissages à atteindre pour fournir aux élèves les ressources qu’il leur faut»,dit Julie Gagnon. 

 

Jusqu’au 3 avril, il n’est pas question de demander aux enseignants d’enseigner. «Nous les encourageons à communiquer avec leurs élèves. Ils passent beaucoup de temps ensemble en temps normal. Il y a des enfants qui s’ennuient de leur enseignant, de leurs amis et de l’école, et les enseignants, de leur côté, se soucient de leurs élèves, pas juste du côté apprentissage, mais aussi de leur bien-être. On encourage aussi nos enseignants à profiter de cette période pour faire du développement professionnel à leur rythme, se rattraper sur leurs lectures en pédagogie», suggère la directrice de l’instruction à la Commission scolaire de langue française. 

 

Des cours d’art gratuits sur le web 

 

Dans les familles, les routines varient d’une maison à l’autre. «Nous avons reçu les ressources du ministère, mais c’est compliqué. Je travaille toute la journée, à la maison mais tout de même, je ne suis pas entièrement disponible pour guider mes garçons dans les ressources qu’ils nous envoient. On fait ce qu’on peut. Je les encourage à faire de la lecture le soir», disait Christine Arsenault le 25 mars, alors qu’elle était encore en train d’établir une nouvelle routine. 

 

Dans cette routine, il y a une place pour les arts grâce au groupe East Coast Art Party, qui offre deux cours d’art par jour gratuitement. «On a installé un chevalet pour les garçons et ils suivent les intructions sur leur tablette. Ça va très bien», se réjouit Christine Arsenault. 

 

Chez Karine Gallant et Iain MacInnes, à Saint-Timothée, un horaire un peu plus structuré a été instauré : les parents ont établi la structure de base et les trois enfants d’âge scolaire choisissent lequel des six sujets présélectionnés ils vont travailler pendant la prochaine «période».   

 

Depuis le lundi 23 mars, Vincent, Mia et Frances ont un horaire autogéré de six sujets (chimie/physique, biologie, histoire, éducation physique, construction et arts) en plus de blocs communs de temps libre, lecture, musique, cinématographie, cuisine et plein air. 

 

«Vincent a choisi de faire un travail sur Léonard de Vinci. Il prépare une présentation orale pour le samedi 28 mars. Il y aura quatre présentations samedi», indiquait Karine Gallant le mercredi 25 mars. 

 

Utilisant la magie des technologies, les enfants ont aussi eu accès à l’expertise d’invités spéciaux pour enrichir leurs travaux. 

 

Chez les Gallant-MacInnes à Saint-Timothée, la routine s’est installée rapidement, incluant un cours de musique. Frances est aux percussions, Vincent est au piano, avec sa petite sœur Evelyn, et Mia est à la guitare. (Photo : Karine Gallant)

 

«Profitez de ce temps avec vos enfants»

 

Rejoints par appel vidéo, le 25 mars en soirée, les enfants ont dit apprécier cet horaire. «Je trouve que c’est plus libre qu’à l’école», dit Vincent, approuvé par ses deux grandes sœurs, Mia et Frances. Cette dernière s’ennuie tout de même de l’école. «J’aime la manière que ça se passe ici, mais mes amis me manquent et les sports scolaires aussi», ajoute Frances. Mia aime l’idée de piger au hasard le sujet de la prochaine période. 

 

Pour ce qui est des sports, les enfants suivent un programme d’entraînement par Internet. «Ils font du gros cardio, au moins une demi-heure par jour», précise Karine. Pour les arts, la famille a elle aussi décidé de suivre les cours d’art de East Coast Art Party. Comme la vidéo reste en ligne, il est possible de suivre les instructions n’importe quand. Et ils font aussi de la cuisine : Frances était très fière de ses petits pains au fromage. 

 

Pour Julie Gagnon, à la CSLF, il n’y a pas de mauvaise façon de traverser les jours qui s’en viennent. Les familles s’ajustent de leur mieux. «Notre message aux parents, c’est de profiter de ce temps avec leurs enfants, autant que possible, en maintenant un bon niveau de français à la maison. Des films en français, des échanges en français par FaceTime, etc., en particulier dans les familles où le français est moins présent.» 

 

Réjeanne et Katherine Arsenault, d’Abram Village, ont aussi participé à ce cours d’art en ligne.  Voici leurs résultats. (Photo : Gracieuseté)

 

Colleen Richard et ses deux filles, Alexa et Danika, adorent réaliser cette activité ensemble. Sur la photo, on voit Colleen avec sa fille Alexa et leurs peintures. (Photo : Gracieuseté)

 

Chez les Gallant-MacInnes à Saint-Timothée, Mia, Frances, Vincent et la jeune Evelyn. (Photo : Karine Gallant)

 

L'Île-du-Prince-Édouard en images