FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 6 février 2020

- Par Jacinthe Laforest

Natascha Joncas, directrice générale de la Commission scolaire de langue française.  (Photo : J.L.)

 

La Commission scolaire de langue française (CSLF) est dans les médias depuis quelque temps.  La révision de la politique d’admission des élèves a suscité beaucoup d’intérêt dans les médias, ce qui, par le fait même, a occasionné beaucoup de trafic sur les page Facebook de la CSLF, où il est désormais possible de visionner les réunions publiques, en direct, ou en différé.  

«Ce n’est pas nouveau pour moi, ce mode de transparence. C’est normal qu’on affiche nos ordres du jour, nos procès verbaux, et je dirais que vous allez voir de plus en plus d’information sur notre site Web», a insisté Natascha Joncas, directrice générale de la Commission scolaire de langue française depuis quelques mois. 

 

D’ici quelque temps, de nouvelles informations vont apparaître sur le site Web, comme les rôles et responsabilités des employés, un organigramme de la CSLF, des curriculum scolaire ainsi que des informations pour les parents concernant les services aux élèves auxquels ils peuvent accéder par l’entremise de la CSLF ainsi que dans le public et dans le privé. 

 

Ces nouvelles informations seront ajoutées progressivement.  «Lorsque je suis arrivée, un des mandats que m’ont donné les commissaire est d’augmenter la transparence.  Partout où j’ai travaillé, c’était comme cela.»

 

Plan stratégique 2020-2025

 

Un autre mandat que la directrice générale a reçu à son entrée en fonction est celui de doter la CSLF d’un plan stratégique, dont elle était privée depuis environ cinq ans.  «Un plan stratégique, ça encadre le travail, ça donne une direction à nos actions, ça permet de rester sur la cible et de ne pas s’éparpiller partout.  C’est le quatrième plan stratégique que j’écris dans ma carrière.  J’aime que mes actions soient structurées», dit Natascha Joncas. 

 

En consultation avec les directions d’école, les commissaires et d’autres partenaires de la CSLF, sept domaines prioritaires ont été identifiés : 

1- Réussite scolaire, éducative et bien-être des élèves ; 

2- Construction identitaire acadienne et francophone; 

3- Gouvernance scolaire ; 

4- Infrastructure, transports, et finances ; 

5- Le développement d’une culture d’excellence parmi le personnel scolaire; 

6- Recrutement et rétention du personnel et de la clientèle scolaire et ; 

7- Collaboration avec les parents, la communauté. 

 

Natascha Joncas estime que vers la fin du mois de février, une ébauche du plan stratégique 2020-2025 sera affichée sur le site Web de la Commission scolaire, pour que le grand public puisse en prendre connaissance et y réagir s’ils le souhaitent.  Cette dernière étape de consultation devrait durer environ trois semaines, avant que le plan soit approuvé en mai ou juin et que la mise en oeuvre démarre pour la rentrée scolaire 2020-2021. 

 

«Tout découle d’un plan stratégique.  Présentement, nos écoles manquent de direction et d’orientation.  En s’arrimant au plan stratégique global, les objectifs d’apprentissage seront clairement établis.  Ce qui va varier d’une école à l’autre, ce sont les actions que chaque école va choisir pour atteindre les objectifs et celles-ci se retrouveront dans le plan de développement des écoles», précise la directrice générale.

 

Gouvernance axée sur les politiques

 

Un autre domaine d’expertise de Natascha Joncas est la gouvernance axée sur les politiques, un mode de fonctionnement que les commissaires ont dit souhaiter adopter.  «Présentement sur le site Web de la CSLF, il y a environ 89 politiques.  C’est beaucoup trop et plusieurs sont trop vieilles.  Depuis quelque temps, avec l’équipe de la CSLF, nous avons entrepris de faire le ménage la dedans : lesquelles sont des politiques qui relèvent des commissaires, lesquelles sont des directives administratives qui relèvent de la direction générale et lesquelles sont des protocoles qui relèvent des écoles.

 

Pour Natascha Joncas, c’est important d’être efficace.  Changer une politique demande une adoption en trois lectures, un processus lourd qui a sa raison d’être pour les politiques qui devraient être des guides structurants pour le fonctionnement, d’où l’importance de les tenir à jour et pertinentes. 

 

Natascha Joncas profite de cette occasion pour remercier toutes les personnes avec lesquelles elle travaille depuis son arrivée. Leur chaleureux accueil et leur ouverture envers les changements qui s’en viennent lui donne l’énergie dont elle a besoin pour poursuivre son travail. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images